Le syndicat canadien des travailleurs de l'automobile impose de multiples reculs à l'usine CAMI après des discussions secrètes avec GM

Par Carl Bronski
22 janvier 2021

Les travailleurs de l'usine d'assemblage CAMI de General Motors à Ingersoll, en Ontario, ont ratifié lundi une nouvelle convention collective qui prévoit l'arrêt progressif de la production du véhicule multisegment Equinox d'ici 2023 et l'introduction progressive d'un véhicule électrique. La restructuration de l'opération CAMI impliquera une injection de fonds d'un milliard de dollars canadiens de la part de GM afin de relancer la transition mondiale de la société vers les véhicules électriques.

Jerry Dias, Unifor National President. (Image Credit: UNIFOR Canada/Facebook)

Décrire la réunion de ratification rapide via Zoom à laquelle les 1900 travailleurs de l'usine ont été convoqués dimanche comme ayant un rapport avec un vote démocratique serait une parodie. En réalité, il s'agissait d'une embuscade soigneusement planifiée par les bureaucraties syndicales locales et nationales, en collaboration avec la direction de GM et les gouvernements fédéral et ontarien du Canada. Leur objectif commun, qu'ils ont atteint grâce à une combinaison de chantage, de menaces, de conspiration en coulisses et de dissimulation, était de réduire les coûts de main-d'œuvre de GM à l'usine afin que le géant de l'automobile puisse engranger des bénéfices exceptionnels lors de sa transition vers la production de véhicules électriques.

Unifor a tardivement admis dans une mise à jour du 11 janvier aux travailleurs qu'il avait entamé le 4 janvier des pourparlers officiels avec GM sur la réouverture du contrat existant, qui devait expirer en septembre. Cependant, il est probable que des tractations en coulisses ont eu lieu pendant des semaines avant cette date, impliquant le président d'Unifor, Jerry Dias, la direction de GM et des représentants du gouvernement fédéral libéral et du gouvernement progressiste-conservateur de l'Ontario.

Lors de la réunion Zoom, les travailleurs ont appris qu'Unifor avait accepté de donner carte blanche à GM pour déterminer les niveaux de personnel et les conditions de travail dans l'usine. La brochure des «faits saillants» du contrat en question ne contenait aucun détail écrit sur l'impact de l'accord proposé sur les règles de travail, les horaires, les temps d'arrêt et les niveaux de personnel définitifs.

Afin de pousser les membres à ratifier l'accord, le président de l'usine, Mike Van Boekel, et le président de la section locale 88 d'Unifor, Joe Graves, ont brossé un tableau désastreux d'un «coup de grâce» imminent pour l'usine si les travailleurs ne ratifiaient pas l'accord de principe.

Il n'y aurait aucune garantie quant à l'emploi final ou aux chiffres de production, ont-ils dit aux travailleurs. Les règles de travail et les classifications des emplois seront modifiées de manière significative. Cependant, un nouvel «accord d'exploitation concurrentiel» avec tous les détails ne peut pas encore être annoncé. En raison d'un réoutillage imminent, une grande partie de l'usine serait mise en veilleuse, mais l'ampleur et la durée des licenciements ne pouvaient pas encore être prévues. La taille des équipes continuera à être réduite, ont-ils déclaré. De plus, les emplois qualifiés seront finalement supprimés.

La brochure explique que «les parties ont reconnu qu'il y avait encore beaucoup d'inconnues concernant les nouvelles opérations». Pour couvrir leurs paris sur les effectifs définitifs, des formules de retraite anticipée ont été proposées.

La partie économique de l'accord reflétait l'accord type de trois ans rempli de reculs, mis en place à l'automne dernier dans toutes les autres usines des Trois Grands de Detroit au Canada. L'objectif principal de ces accords était de forcer les anciens travailleurs mieux payés à quitter les usines et de les ouvrir aux travailleurs de second rang et aux travailleurs temporaires à temps partiel, qui n'ont pratiquement aucun droit. Le système salarial à deux vitesses, détesté, a été consolidé, des horaires de travail alternatifs pénibles ont été introduits et le paiement des heures supplémentaires a été réduit. En termes de salaires, les travailleurs ont bénéficié d'une augmentation de 5 % sur trois ans, soit un gel des salaires en termes réels. Une prime de productivité et de qualité allant jusqu'à 7200 dollars et quelques primes de protection contre l'inflation ont également été incluses pour adoucir la pilule amère.

Bien que le président du syndicat national, Jerry Dias, ait déclaré aux journalistes que les niveaux d'emploi à CAMI seraient finalement «comparables» aux chiffres actuels une fois que la production de véhicules électriques sera pleinement établie, GM, comme le font toujours les entreprises automobiles, s'est réservé le droit de gérer les niveaux de personnel comme bon lui semble. «Les parties comprennent que les conditions attendues sur lesquelles ces opportunités sont basées peuvent changer, ce qui pourrait affecter la répartition des produits et/ou les niveaux d'emploi», a noté le résumé de l'accord.

À cet égard, il convient de noter qu'Unifor a présidé à une réduction substantielle des effectifs à CAMI ces dernières années. Depuis que le syndicat a saboté la grève de 2017 en incitant le nationalisme canadien pour diviser les travailleurs de CAMI de leurs frères et sœurs de classe au Mexique et aux États-Unis, les effectifs de l'usine ont diminué de près d'un tiers, passant de 2800 à 1900 personnes.

Sur ces 1900 travailleurs, 1545 ont voté après la réunion de ratification. Lundi, Unifor a indiqué que 91 % des membres votants avaient voté «oui» sous la menace du pistolet que les bureaucrates du syndicat leur avaient placé sur la tête. Cependant, le soutien des travailleurs qualifiés était beaucoup plus faible, à seulement 65 %. Cela est sans doute dû à la menace directe pour les emplois des métiers spécialisés contenue dans la brochure.

La pratique d'Unifor dans les négociations de l'industrie automobile, qui consiste à refuser de présenter le contrat complet avant le vote et à ne laisser pratiquement aucun temps aux travailleurs pour délibérer entre eux, fait l'objet de critiques amères de la part des membres depuis de nombreuses années. Mais la réouverture secrète par le syndicat d'un contrat existant sans rien dire publiquement, sans parler de l'obtention d'un mandat des travailleurs avec l'imposition d'un ultimatum fait plonger les normes antidémocratiques du syndicat dans de nouvelles profondeurs. Le syndicat fonctionne comme une agence conspiratrice des patrons et des gouvernements capitalistes, travaillant à surmonter l'opposition des travailleurs aux attaques sauvages contre leur emploi et leur niveau de vie.

Quiconque en doute devrait considérer l'enthousiasme que suscite l'accord CAMI dans la salle du conseil d'administration de GM, la presse financière et les gouvernements fédéral et ontarien des grandes entreprises. Pas plus tard que la semaine dernière, et en grande pompe, Mary Barra, PDG de GM, a annoncé le lancement de sa marque BrightDrop de véhicules utilitaires électriques de livraison et des solutions logicielles associées. La société prévoit d'investir 27 milliards de dollars américains d'ici 2023, avec une présence mondiale conçue pour défier Ford et Tesla sur le marché des véhicules électriques.

Un modèle de fourgon de livraison BrightDrop EV600 qui sera produit à l'usine CAMI d'Ingersoll est le premier véhicule de cette initiative. FedEx a passé un contrat avec GM pour les commandes de l'EV600 de l'opération CAMI qui débutera en novembre. D'autres commandes d'autres sociétés de logistique sont attendues pour le début de l'année 2022. L'incursion de GM dans la production de véhicules électriques au Canada fait suite à des initiatives similaires de Ford à Oakville et de Fiat-Chrysler à Windsor, en Ontario.

Comme pour ces initiatives, le gouvernement fédéral libéral et le gouvernement conservateur de l'Ontario contribueront jusqu'à 15 % du financement de la transition de CAMI vers la production de véhicules électriques. Commentant l'accord CAMI, le ministre fédéral de l'Innovation et de l'Industrie, François-Philippe Champagne, a promis que son gouvernement travaillerait avec GM «pour amener rapidement cet investissement jusqu'à la ligne d'arrivée».

Le président de GM Canada, Scott Bell, qui a révélé que Dias et les présidents des usines locales du syndicat étaient des «partenaires», a noté que le projet bénéficierait également d'un allégement gouvernemental des coûts d'électricité provinciaux et des taxes industrielles municipales. Bell a fait référence, avec approbation, au fonds «Net Zero Accelerator» des libéraux, qui a été créé en décembre. Ce fonds de plusieurs milliards de dollars, financé aux frais de l'État, apparaît clairement comme une autre caisse noire destinée à financer les appétits insatiables de l'élite patronale pour des profits toujours plus élevés sous le couvert de la promotion d'une «économie verte».

Les gouvernements fédéral et provinciaux accordent plus d'un milliard de dollars de subventions aux Trois Grands constructeurs automobiles de Detroit – GM, Ford et Fiat-Chrysler – dans le cadre d'une restructuration de l'industrie automobile canadienne soutenue par les syndicats et visant à garantir sa «compétitivité mondiale». Les nouveaux contrats garantiront que l'industrie continuera à générer des bénéfices exceptionnels pour les investisseurs grâce à une production intensifiée, des suppressions d'emplois, des horaires de travail brutaux et une nouvelle érosion des droits des travailleurs et du niveau de vie. Invariablement, de plus en plus de travailleurs de second rang et de travailleurs temporaires à temps partiel viendront peupler les ateliers, ce qui réduira considérablement les coûts de main-d'œuvre des patrons de l'industrie automobile.

Ce processus d'exploitation intensifiée ne se limite pas à CAMI, à GM, ni même à l'industrie automobile. En fait, l'alliance corporatiste du gouvernement libéral, des syndicats et des grandes entreprises, conclue au cours de la première vague de la pandémie de coronavirus au printemps dernier, travaille sans relâche à la restructuration de larges pans de l'industrie et de la fabrication canadiennes aux dépens de la classe ouvrière. C'est pourquoi les événements de la CAMI doivent être considérés comme un avertissement par tous les travailleurs.

Ces événements provoqueront, plus tôt que tard, une nouvelle flambée de luttes acharnées de la classe ouvrière dans les usines automobiles, les fournisseurs de pièces détachées et d'autres secteurs économiques. Pour se préparer à ces batailles, les travailleurs de CAMI et de tout le secteur automobile canadien doivent rompre de manière décisive avec le nationalisme et le corporatisme d'Unifor, établir des comités d'action dans chaque usine pour lutter pour l'annulation de tous les reculs contractuels, et unifier leurs luttes avec leurs frères et sœurs de classe dans toute l'Amérique du Nord dans une lutte commune pour des emplois décents et sûrs pour tous.

(Article paru en anglais le 20 janvier 2021)

Le syndicat canadien des travailleurs de l'automobile «rame dans la même direction» que Ford et l'establishment politique 12 octobre 2020

Le syndicat des travailleurs canadiens de l'automobile annonce un accord de principe avec General Motors 9 novembre 2020