La débâcle mondiale de la distribution de la vaccination contre la COVID se reflète aux États-Unis

Par Benjamin Mateus
20 janvier 2021

L'expérience récente de la distribution inéquitable du vaccin contre la COVID-19 ne constitue qu'une preuve supplémentaire que l'allocation mondiale des ressources humaines organisée sous le capitalisme est un échec abject. Malgré la réalisation étonnante de la production de vaccins sûrs et efficaces contre le SRAS-CoV-2 en moins d'un an, le monde est confronté au fait que la distribution de ces traitements vitaux est désorganisée, chaotique et gérée sous le diktat des marchés.

Les membres de la Garde nationale du Connecticut attendent l'enregistrement des véhicules pour la plus grande clinique de vaccination au volant du Connecticut, le lundi 18 janvier 2021, à East Hartford, Connecticut (AP Photo / Jessica Hill)

Selon le suivi de la vaccination fait par Bloomberg, environ 42,2 millions de doses ont été administrées dans 51 pays, une moyenne approximative de 2,43 millions de doses par jour, une majorité significative représentant les pays à revenu élevé. Les États-Unis ont administré 14,3 millions de doses ou 4,4 doses pour 100 personnes, avec 46 pour cent des vaccins distribués étant administrés. Au moins 1,8 million de personnes ont terminé le régime à deux doses dans le monde. Seuls Israël, les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Royaume-Uni sont en tête des États-Unis.

En revanche, le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré que seulement 25 doses de vaccins avaient été administrées dans un des pays à faible revenu. «Je dois être franc. Le monde est au bord d'un échec moral catastrophique, et le prix de cet échec sera payé par des vies et des moyens de subsistance dans les pays les plus pauvres du monde. Avec plus de 8 milliards de doses de vaccins mises de côté dans des dizaines et des dizaines d'accords pour garantir l'accès aux vaccins, de toute évidence, si ceux-ci étaient répartis uniformément, au moins la moitié de la population mondiale pourrait être assurée de deux doses pour compléter le schéma de vaccination.»

Doses de vaccin COVID-19 administrées par habitant (Source: Our World in Data)

L'initiative COVAX de l'OMS a été créée en partenariat avec GAVI, l’alliance du vaccin, et la coalition pour la préparation aux épidémies afin d'assurer un accès équitable aux vaccins à tous les pays du monde pour délivrer 2 milliards de doses. Pourtant, l’accumulation délibérée de vaccins par les pays riches en commandant d’avance des millions de doses a conduit de nombreux pays qui ont rejoint COVAX à conclure des accords bilatéraux avec les fabricants de vaccins, faisant grimper les prix et limitant l'accès des pays en développement à un avenir lointain et indéterminé.

Dans toute l'Afrique, une deuxième vague de pandémie menace d'inonder le fragile système de soins de santé à travers le continent. Des pays comme le Nigeria, le Zimbabwe, le Sénégal, le Soudan, l'Afrique du Sud et la République démocratique du Congo signalent que la capacité des hôpitaux et l'approvisionnement en oxygène sont à court.

Le Financial Times a rapporté que «le taux de mortalité à l'échelle du continent ce mois-ci a dépassé la moyenne mondiale pour la première fois». Avec près de 3,3 millions d'infections, l'Afrique a connu 80.000 décès au cours des mois qui ont suivi la pandémie, soit un taux brut de mortalité de plus de 2,42%, supérieur à l'Europe avec 2,27% et aux États-Unis avec 1,66%, en comparaison. Malgré un âge médian beaucoup plus jeune, sans ressources adéquates, les pays africains seront confrontés à un défi considérable. La livraison de vaccins aux agents de santé de première ligne dans ces régions est une priorité essentielle.

Carte des pays par statut d'approbation: (Vert foncé) Approuvé pour un usage général, vaccination de masse en cours (Vert clair) EUA accordée, vaccination de masse en cours (Orange) EUA accordée, vaccination limitée (Bleu foncé) Approuvé pour usage général, vaccination de masse prévue (Bleu clair) EUA accordée, vaccination de masse prévue (jaune) EUA en attente

Malgré la prédominance mondiale des États-Unis en termes de richesse, ils ont montré leur totale incompétence dans l’organisation d’une vaste initiative nationale de vaccination. Après avoir promis aux Américains que 100 millions de personnes seraient inoculées en 100 jours, un mois après l'administration du premier vaccin, moins de 12 millions ont été vaccinés.

La phase initiale du déploiement du vaccin visait à vacciner les 24 millions de travailleurs de la santé et les résidents des maisons de soins infirmiers à travers le pays. Les personnes du domaine médical, de par la nature de leur profession, sont les plus exposées au risque d'infection. Pendant ce temps, les occupants des établissements de soins de longue durée présentent le risque le plus élevé de gravité de la maladie et de décès associés à la COVID-19 en raison de leur âge et de leur état de santé. Pourtant, comme le gouvernement fédéral a laissé à chaque État, et leurs ressources limitées, le soin d'élaborer leur propre plan de déploiement, cela a été un énorme fiasco. Comme l'a noté STAT News, «la plupart des faux pas à ce jour découlent du même problème: des décisions de priorisation qui ignorent la science de l'évaluation des risques et laissent trop au hasard.»

C'est peut-être la Dre Camara Jones, ancienne présidente de l'American Public Health Association, qui la caractérise le mieux, lorsqu'elle a déclaré à Business Insider: «Vous savez, c'est le Far West. C'est en quelque sorte le contraire d'un plan de distribution équitable, s'il y avait un plan. Mais il n'y a pas de plan! Pas de plan!»

Il n'y a pas de solution miracle à cette situation difficile en cours de développement, mais de passer aux phases suivantes du déploiement de la vaccination avec l'intention d'inoculer 180 millions de doses est la recette pour une catastrophe. Les États devront identifier rapidement des dizaines ou des centaines de milliers de personnes souffrant de problèmes de santé qui augmentent leur risque de COVID-19 grave. En plus de cela, on tentera de catégoriser par âge dans un calcul compliqué pour voir qui devrait obtenir les doses en premier. De nombreuses personnes âgées sont confrontées à des défis technologiques, ce qui rend difficile de communiquer quand et où elles doivent aller pour se faire vacciner.

Dans une réaction instinctive à cette catastrophe, les États se tournent vers des outils de catastrophe naturelle pour déterminer la distribution des vaccins. Leurs décisions seront basées sur l'évaluation du nombre de personnes vivant dans un comté et sur l'utilisation de l'indice de vulnérabilité sociale (SVI), qui utilise des données telles que la pauvreté, l'accès aux véhicules et les résidences surpeuplées, pour fournir un score de vulnérabilité pour chaque secteur de recensement américain. Les pharmacies deviennent le principal mécanisme d'administration des vaccins.

Ces efforts peuvent aggraver la situation. Comme l'a noté STAT News, «L'utilisation de la population comme facteur signifie que les communautés denses, simplement parce qu'elles sont peuplées, recevront beaucoup plus de doses qu'elles n'en ont besoin. … De plus, le SVI ne tient pas compte des antécédents cliniques individuels ou des déterminants sociaux clés de la santé au niveau du comté, tels que la qualité de l'air et la proximité des épiceries en fonction du code postal. Et compter sur les pharmacies pour la distribution exclut les personnes qui vivent dans les déserts de pharmacies, qui sont plus courantes dans les quartiers à faible revenu, les communautés de couleur et les zones rurales.

Alors que les États se tournent vers les pharmacies, CNN a récemment rapporté que CVS et Walgreens avaient été critiqués par les responsables de la santé pour la lenteur du déploiement de leurs programmes de vaccination dans les maisons de retraite. En partenariat avec le gouvernement fédéral, les équipes de ces pharmacies ont été chargées de vacciner les résidents des foyers de soins et leur personnel. La semaine dernière, seul un quart des 4,7 millions de doses attribuées avait été administré.

Joseph Biden, s'exprimant à Wilmington, au Delaware, a déclaré la semaine dernière: «Nous n'épargnons aucun effort pour faire vacciner les Américains. Nous demeurons dans un hiver très sombre. Le taux d'infection est en hausse de 34%. Nous voyons 3000 ou 4000 décès par jour. Les choses vont empirer avant de s'améliorer.»

Bien que Biden ait appelé à des centres de vaccination soutenus par le gouvernement fédéral utilisant la FEMA pour superviser leur construction ainsi que des sites de vaccination communautaires, comme Trump, il s'appuiera sur les pharmacies commerciales pour distribuer les vaccins. «Le déploiement du vaccin aux États-Unis a été jusqu'à présent un échec lamentable», a-t-il déclaré. «Ce sera l'un des efforts opérationnels les plus difficiles que nous ayons jamais entrepris en tant que nation. Nous devrons déplacer le ciel et la terre pour faire vacciner plus de gens.» Cependant, il n'y a eu aucune mention d'un confinement pour endiguer la vague de décès.

(Article paru en anglais le 19 janvier 2021)