Le comité de sécurité des enseignants aux États-Unis tient sa première réunion nationale en 2021

Par Matthew MacEgan
12 janvier 2021

Samedi, le «Comité de sécurité des enseignants» a tenu sa première réunion nationale de 2021 sous le mot d’ordre: «Arrêtez l’apprentissage en présentiel jusqu’à ce que la pandémie soit contenue!» Cette réunion a rassemblé des enseignants et éducateurs d’Alabama, d’Alaska, de Californie, du Texas, de l’Illinois, du Michigan, de New York, de Pennsylvanie et de nombreux autres États. Il y avait plus de 150 participants des États-Unis et du monde entier. Des infirmières, des travailleurs de l’automobile et des travailleurs d’Amazon y ont également participé.

La réunion a été présidée par David Brown, un enseignant spécialisé travaillant à Oakland, en Californie. Evan Blake, un ancien enseignant spécialisé, a présenté le rapport d’ouverture. Il a replacé la lutte des enseignants et éducateurs dans le contexte de la crise politique qui se déroule à Washington DC.

Une coalition d’enseignants, d’étudiants et de familles proteste lors d’un rassemblement appelé «Journée nationale de résistance contre l’ouverture d’écoles dangereuses», lundi 3 août 2020, à New York. (AP Photo/Bebeto Matthews)

Selon Blake, le coup d’État fasciste du 6 janvier du président américain Donald Trump «est profondément lié à la réouverture des écoles et aux politiques plus générales menées par la classe dirigeante pendant la pandémie». Si le coup d’État de Trump avait été un succès – et il avait encore le temps de lancer d’autres provocations avant le jour de l’investiture, son objectif était d’établir une dictature présidentielle et d’utiliser l’armée et la police pour imposer un règne de terreur contre la classe ouvrière.

Blake a insisté sur le fait que les travailleurs – y compris les enseignants – devaient exiger l’éviction et l’arrestation immédiates de Trump. Il fallait également ouvrir une enquête criminelle, ouverte et publique, sur tous ceux qui ont aidé et encouragé le putsch fasciste du 6 janvier.

«Biden a fait exactement le contraire de ce que ferait tout véritable dirigeant politique confronté à un coup d’État. Il a encouragé Trump – le comploteur de coup d’État en chef – à s’exprimer devant des dizaines de millions de personnes à la télévision nationale. Biden a explicitement rejeté les appels à une destitution de Trump et a au contraire appelé à l’“unité” avec ses “collègues républicains”».

Les mêmes processus qui avaient conduit aux événements du 6 janvier avaient également conditionné la réponse générale de la classe dirigeante à la pandémie de COVID-19, y compris la politique criminelle d’«immunité collective» et la campagne bipartite pour renvoyer les enseignants et les élèves à l’école. Dès le début, les entreprises et l’establishment politique s’étaient souciés de sauver les profits et pas les vies.

Blake a partagé avec les participants un graphique comparant les changements dans l’indice Dow Jones Industrial Average en 2020 et les décès dus à la COVID-19 aux États-Unis. Le résultat était une vision spectaculaire qui montrait la montée en flèche, à partir du mois de mars, des valeurs boursières et celle de décès qui auraient pu être évités.

La lutte contre la pandémie et le danger du fascisme, a conclu Blake, dépendait entièrement de l’initiative indépendante de la classe ouvrière. Cela comprend la formation de comités de sécurité de la base, indépendants des syndicats. Les enseignants et des sections plus larges de travailleurs devaient se mobiliser contre les partis de la grande bourgeoisie et le système de profit qu’ils défendent.

***GRAPHIQUE***

Suivi au rapport d’ouverture de Blake, le Dr Benjamin Mateus qui a beaucoup écrit sur l’aspect médical de la pandémie pour le «World Socialist Web Site», a fait une présentation. Il a expliqué qu’il y avait actuellement 90 millions d’infections COVID-19 documentées à travers le monde, soit un peu plus d’un pour cent de la population mondiale.

À ce jour, il y avait déjà eu deux millions de décès résultant principalement du COVID-19 ; on pouvait donc supposer sans risque qu’un bond à 10 pour cent d’infections dans la population mondiale entraînerait environ 20 millions de décès. «C’est tragique dans la mesure où cela est non seulement prévisible, mais aussi évitable», a noté Mateus.

Mateus a partagé des diapositives mettant en évidence les régions des États-Unis où se trouvent les plus grands districts scolaires: New York, Los Angeles, Chicago – toutes des régions où les gouvernements locaux ont fait pression pour rouvrir les écoles. Cette réouverture a augmenté dans ces zones tant le nombre d’hospitalisations que le nombre de décès dus au COVID-19.

Ensuite, il a comparé les statistiques de ces zones à une étude portant sur 41 pays, dont les États-Unis, et où les infections avaient fortement diminué lorsqu’on avait temporairement fermé écoles, universités et entreprises non essentielles à la fin de l’hiver et au printemps l’an dernier. «C’est essentiel», a insisté Mateus. «Lorsque vous employez ces mesures, on constate que le taux de reproduction est réduit. Ces mesures d’atténuation devraient être mises en place dès maintenant pour que le virus cesse de se propager et pour provoquer une baisse de sa reproduction».

Les diapositives du rapport du Dr Mateus sont disponibles ici.

À la suite de ces rapports, on a donné la parole aux participants pour qu’ils puissent poser des questions et faire des commentaires sur la situation à laquelle sont confrontés les éducateurs. Plusieurs membres et sympathisants du Comité de sécurité des enseignants sont intervenus, mettant à jour le groupe national sur leurs États respectifs.

Tony Jackson a parlé au nom du Comité de sécurité des éducateurs du Texas pour démasquer le gouvernement de l’État du Texas et les plus grands syndicats d’enseignants. Il a dit que les syndicats avaient «trahi les intérêts de leurs membres cotisants et se sont mis au service de la campagne capitaliste pour maintenir l’économie ouverte au détriment de la vie des enseignants».

Jackson a expliqué que le gouverneur du Texas Greg Abbott et le procureur général Ken Paxton avaient collaboré au moyen d’actions en justice pour empêcher les autorités sanitaires locales et les municipalités de fermer ou limiter les heures d’ouverture des écoles, des entreprises et d’autres espaces publics à titre préventif afin de freiner la propagation du COVID-19.

«Tout récemment», a raconté Jackson, «les efforts du juge Ricardo Samaniego d’El Paso pour imposer des couvre-feux dans les bars et restaurants ont été annulés par [Paxton] qui est intervenu en tant que plaignant au nom de neuf restaurants, bars, salles de sport et autres entreprises d’El Paso. Ces entreprises appartiennent à trois individus et groupes d’hôtellerie ayant reçu des millions de dollars du contribuable».

Jackson a insisté sur le fait que la campagne pour garder les entreprises ouvertes est inextricablement liée à l’obsession de forcer les enseignants à travailler dans des lieux dangereux et mortels.

Michael Hull, le fondateur du groupe Facebook «Teachers Against Dying» [Enseignants contre la mort], s’est également exprimé depuis le Texas. Il a déclaré qu’il était nécessaire de «faire sortir de l’esprit des enseignants la fiction que les syndicats ou les démocrates allaient se battre pour eux». Il a souligné le rôle des syndicats dans l’isolement et la trahison de la vague de grèves d’enseignants en 2018-2019 et le choix par Biden de Miguel Cardona, un défenseur de la réouverture rapide des écoles, comme secrétaire à l’Éducation. Au lieu de cela, a-t-il dit, les enseignants devaient «se regrouper et comprendre que le pouvoir réside dans le nombre».

Dans ses commentaires, une infirmière du comté de Los Angeles a donné un compte-rendu effrayant des conditions dans les hôpitaux submergés par les cas de COVID-19. «Même avant la pandémie», dit-elle, «beaucoup d’hôpitaux manquaient de personnel, de fournitures et, souvent, nous n’avions pas assez d’ÉPIs. Nous étions donc déjà partis pour échouer. Avec une pandémie, nous en voyons maintenant les conséquences». Les hôpitaux rationnaient l’oxygène, triant les patients et décidant qui sera soigné et qui ne le sera pas. On avait dit aux ambulanciers de ne pas amener les patients à l’hôpital s’ils ne pouvaient pas les réanimer. Pour aggraver les choses, a-t-elle déclaré, le gouverneur démocrate, Gavin Newsom, avait cédé au puissant lobby des corporations hospitalières en dépassant les limites de l’État sur le nombre de patients par soignant.

Ces conditions désastreuses, a-t-elle dit, étaient «toutes dues à notre système pour le profit. On a renfloué les hôpitaux. On aurait pu utiliser cet argent pour construire d’autres hôpitaux. Nous savions il y a neuf mois que cela allait arriver, et ils n’ont rien fait pour se préparer. La Chine a pu construire un hôpital en quelques semaines. Nous aurions pu le faire». Elle a ajouté que l’argent du renflouement avait servi à verser des indemnités aux PDG et aux actionnaires.

Dénonçant les plans de Newsom visant à renvoyer les enfants et les enseignants dans les écoles, elle a conclu: «Je demande aux travailleurs de s’unir. Je demande à tous les participants à cet appel de se mobiliser et de contribuer à la création de comités de la base. Où que vous soyez dans le pays et dans le monde entier, nous devons nous unir, employer notre pouvoir collectivement pour arrêter cela».

En plus de plusieurs autres commentaires et questions posées au cours de la réunion, Tania Kent a présenté un rapport sur la situation au Royaume-Uni, expliquant que les conditions aux États-Unis étaient presque identiques à celles auxquelles étaient confrontés les enseignants dans le monde entier. «Le Royaume-Uni», a déclaré Kent, «le premier pays au monde à avoir opté pour l’immunité collective a maintenant le taux de mortalité par habitant le plus élevé au monde».

Kent a expliqué sur quelle base l’ERFSC insistait que des comités devaient être formés à l’échelle de chaque État américain. «Les élites dirigeantes se sont préparées à ce que des millions de personnes meurent d’un virus qui était entièrement évitable et contrôlable. Des centaines de millions d’autres mourront en raison de l’impact social de ce virus. Nous appelons à l’action pour mobiliser l’immense force et le pouvoir social des enseignants et éducateurs afin de fermer les écoles, sur un programme d’unité avec des sections plus larges de travailleurs. Cela doit faire partie d’une offensive internationale de la classe ouvrière pour commencer la lutte pour ses propres intérêts».

Phyllis Steele, l’un des membres fondateurs du Comité de sécurité des éducateurs du Michigan, a présenté aux participants un résumé des luttes menées par les enseignants dans son État. Steele a rapporté que la gouverneure démocrate Gretchen Whitmer avait déclaré lors d’une conférence de presse la semaine dernière que toutes les écoles seraient entièrement ouvertes d’ici le 1er mars.

«Pour assurer ce retour dans les établissements, le Michigan a jugé que les enseignants de la maternelle à la 12e année étaient parmi les premiers à recevoir le vaccin COVID. Cette décision – ne vous y trompez pas – c’est les trois constructeurs automobiles de Detroit, les banques et les autres acteurs de l’État qui l’ont prise. Ils veulent que les parents de nos élèves retournent dans les usines de Fiat Chrysler, Ford et GM, ainsi que celles des innombrables fournisseurs et autres grandes entreprises».

Les demandes du comité du Michigan, a-t-elle dit, «tiennent compte du bilan humain que cette pandémie continue d’avoir. Nous devons avant tout protéger la vie. Les travailleurs doivent rester chez eux jusqu’il soit possible de rouvrir les écoles en toute sécurité. Nous devons également exiger que des ressources complètes et gratuites soient fournies aux enfants et aux familles pour leur bien-être social et émotionnel», a-t-elle déclaré. Il fallait «une indemnisation complète des travailleurs afin qu’ils puissent rester chez eux».

Un travailleur d’Amazon de Baltimore et membre du comité de sécurité d’Amazon BWI2 a également pris la parole. Il a déclaré que les conditions de travail de cette entreprise géante, dans tout le pays et dans le monde, avaient montré «qu’il s’agissait essentiellement de capitalisme. Nous sommes encouragés à être là, quel que soit le nombre de cas de COVID, et à travailler avec ou sans ÉPI. Il est très important de nous associer tous, industrie par industrie, en tant que travailleurs de la base et de trouver un moyen de nous unir au niveau international. Peu importe l’industrie dont vous faites partie ou l’État ou le pays oùvous vivez. Il faut que nous ayons une voix. C’est la seule façon de lutter réellement contre cela».

Matthew, professeur d’université et parent célibataire de deux enfants dans le système scolaire public de Floride, a fait une déclaration sur les dernières statistiques COVID-19 dans son État, notamment sur le fait que les derniers tests revenaient avec un taux de positivité de 40 pour cent. «On a signalé près de 20.000 nouveaux cas et 194 nouveaux décès aujourd’hui rien qu’en Floride».

Il a ensuite fourni des détails aux participants à la réunion sur l’attaque de l’État contre Rebekah Jones, la spécialiste des données SIG et lanceuse d’alerte que le ministère de la Santé de Floride a licenciée. Elle avait refusé de manipuler les données afin de permettre au gouverneur républicain Ron DeSantis de mieux justifier la réouverture du commerce en Floride.

Le 7 décembre, la police de l’État a perquisitionné la maison de Jones et pointé des armes sur elle et sa famille, y compris ses enfants. On avait saisi son téléphone, ses ordinateurs et ses clés USB. Ces dernières contenaient des preuves que les fonctionnaires de Floride mentaient au sujet des rapports internes et des avis du CDC (Centre de contrôle des maladies).

Matthew a conclu en lançant un appel aux participants en Floride pour qu’ils s’associent et créent un comité de sécurité à l’échelle de l’État. «La défense de Jones, de la science et de la vie ne viendra d’aucun des partis jumeaux de Wall Street. Si une opposition doit être montée, elle doit venir de la classe ouvrière, organisée indépendamment sur la base de ses propres intérêts».

En résumant la réunion, Joe Kishore, secrétaire national du Parti de l’égalité socialiste, a déclaré que les États-Unis avaient «prouvé plus que toute autre société qu’ils sont incapables de répondre à la pandémie de manière rationnelle, scientifique et humaine». Jeff Bezos d’Amazon, Elon Musk de Tesla et d’autres milliardaires s’étaient enrichis, tandis que 380.000 personnes étaient mortes du COVID.

Les médias et les démocrates cherchaient à dissimuler le fait que la tentative de coup d’État de Trump était liée à une politique beaucoup plus large de l’élite au pouvoir, a déclaré Kishore, pointant les premières manifestations de groupes d’extrême droite en avril dernier dans le Michigan et dans d’autres États, qui demandaient la fin de toutes les restrictions à la propagation du virus. Trump avait cherché à cultiver les forces d’extrême droite pour être le fer de lance de la demande de retour au travail et à l’école, et de la politique d’immunité collective, a déclaré Kishore. Après le sauvetage bipartite des banques, cette politique était devenue celle de la classe dirigeante et des deux partis.

Les démocrates, a-t-il dit, «sont surtout terrifiés par la croissance d’une opposition sociale dans la classe ouvrière qui se transformerait en mouvement contre le capitalisme et toute la politique de la classe dirigeante, en particulier en réponse à la pandémie». C’est pourquoi la défense des vies, a-t-il dit, est liée à un combat pour démasquer la conspiration de Trump et ce qui se cache derrière elle.

Le SEP, a-t-il dit, a demandé une enquête publique pour mettre au jour la conspiration. Cela contribuera au développement de l’opposition de la classe ouvrière à la politique de l’élite dirigeante qui a produit tant de morts et de dévastation. «La classe ouvrière doit intervenir dans cette crise et faire valoir ses propres intérêts. C’est pourquoi je demande instamment à tous ceux qui ont répondu à cet appel de s’associer et de créer des comités de la base, et de rejoindre le Parti de l’égalité socialiste pour entreprendre la lutte pour le socialisme».

Nous prions instamment tous les enseignants, les parents, les élèves, les étudiants et les travailleurs qui souhaitent se joindre à la lutte pour la fermeture des écoles et des entreprises non essentielles à nous contacter. Nous vous exhortons également à prendre la décision de rejoindre le Parti de l'égalité socialiste.

(Article paru d’abord en anglais le 11 janvier 2021)