Les gouvernements Johnson et Macron intensifient leur collaboration dans la persécution des migrants, des réfugiés et des demandeurs d'asile

Par Simon Whelan
14 décembre 2020

Les gouvernements britannique et français sont aux prises avec le Brexit et ne parviennent pas encore à un accord sur le commerce, les échanges, les importations et les exportations. Mais ils n'ont aucune difficulté à trouver un objectif commun suffisant pour persécuter et piétiner les droits démocratiques des migrants, des réfugiés et des demandeurs d'asile.

Plutôt que d'offrir un abri à ceux qui fuient les conséquences de décennies d'agression militaire occidentale, les deux gouvernements unissent leurs forces pour la campagne la plus odieuse et la plus réactionnaire visant à en faire des boucs émissaires aux yeux du public.

Un navire de la Force frontalière amène un groupe de personnes soupçonnées d'être des migrants dans la ville portuaire de Douvres, en Angleterre, depuis de petits bateaux, le samedi 8 août 2020. Le gouvernement britannique dit qu'il renforcera les mesures aux frontières car le beau temps d'été avait provoqué un record nombre de personnes à tenter la traversée maritime risquée en petits bateaux, du nord de la France à l'Angleterre. (Photo AP / Kirsty Wigglesworth)

Un nouvel accord entre le gouvernement Johnson à Londres et celui de Macron à Paris a été conclu le 28 novembre par la ministre britannique de l'Intérieur Priti Patel et son homologue français, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

S'exprimant à la suite de discussions avec Darmanin, Patel a annoncé comment la nouvelle mesure «double en effet le nombre de policiers sur les plages françaises, elle comprend plus de technologies et de surveillance – plus de technologie radar qui soutient l'effort des forces de l'ordre – et en plus de cela, nous partageons ensemble maintenant le renforcement de notre sécurité aux frontières».

Cette promesse de brutaliser les migrants intervient quelques jours seulement après que les forces de sécurité françaises se sont déchaînées dans les rues de Paris dans ce qui ne peut être décrit que comme une émeute policière, passant à tabac impitoyablement les migrants et les journalistes.

Les deux gouvernements, bien qu'ils insistent pour dire que les caisses sont vides auprès de leurs citoyens face à la pandémie, ont réussi à trouver des millions d'euros pour une multitude de nouvelles technologies de surveillance militaire, de drones, d'équipements radar, de caméras et de jumelles optroniques dernier cri.

Les autorités ont révélé comment le Royaume-Uni avait fourni à la France un financement total de 192 millions de livres sterling depuis 2014, visant principalement à empêcher les migrants de traverser la Manche par tunnel, train, transbordeur et canots pneumatiques. La plupart ont été consacrées aux infrastructures telles que les contrôles aux frontières et la sécurité dans la région de Calais sur la côte française.

Au cours du week-end de la signature de l'accord, des patrouilleurs français ont intercepté 45 migrants, dont une femme enceinte et des enfants souffrant apparemment d'hypothermie, tentant de faire la traversée depuis la France. Il y a eu plus de 8000 traversées jusqu'à présent en 2020. En 2019, il y a eu 1844 traversées et 299 en 2018.

Les mesures supplémentaires visant à empêcher les demandeurs d'asile de traverser la Manche sont entrées en vigueur le 1er décembre. Les patrouilles de la police française seront doublées le long des tronçons de côte ayant les distances de traversée les plus courtes et les plus faciles vers le Royaume-Uni. La chasse à l'homme des migrants et des demandeurs d'asile le long de ce tronçon entraînera davantage de morts en forçant des personnes désespérées à commencer leur voyage à partir de sections plus reculées du littoral et à tenter des méthodes et des itinéraires encore plus dangereux pour atteindre le Royaume-Uni.

On sait que quatre personnes tentant la traversée sont décédées l'année dernière et sept jusqu'à présent cette année.

Patel a affirmé que l'accord entre les deux gouvernements européens représentait une avancée significative dans leur «mission commune de rendre les traversées de la Manche non viables». Elle a déclaré que le nombre de migrants effectuant la traversée avait augmenté de façon exponentielle et a accusé les gangs de trafiquants de «faciliter» les voyages dangereux. Mentant effrontément, Patel a poursuivi: «Nous ne devons pas perdre de vue le fait que la migration clandestine existe pour une raison fondamentale: c'est parce qu'il existe des bandes criminelles – des trafiquants de personnes – qui facilitent ce commerce.»

La ministre de l'Intérieur sait parfaitement que la vague d'humanité forcée de fuir vers l'Europe depuis le Moyen-Orient, l'Afrique du Nord et le golfe Persique, le fait non à cause des trafiquants d'êtres humains. Ces migrants extrêmement vulnérables fuient les guerres, les conflits fratricides et les destructions économiques et écologiques créées et exacerbées par les puissances impérialistes mondiales, en premier lieu en Europe par la Grande-Bretagne et la France.

Le gouvernement conservateur intensifie sa politique de création d'un «environnement hostile» pour les immigrants, les réfugiés et les demandeurs d'asile. Le ministère de l'Intérieur vise à criminaliser la migration en brossant aux yeux du public une image sinistre et inexacte de «gangs criminels de migrants» traversant la Manche et «envahissant» le Royaume-Uni.

L'accord anglo-français a été critiqué par Amnesty International UK. Steve Valdez-Symonds, directeur du programme des droits des réfugiés et des migrants de l’organisation, a déclaré: «Les femmes, les hommes et les enfants effectuent des voyages dangereux à travers la Manche car il n’existe pas d’options sûres pour eux, soit de retrouver leur famille dans ce pays, soit un système d'asile efficace auquel ils ont droit. Le gouvernement britannique doit partager la responsabilité avec son voisin le plus proche d’offrir l’asile. Cette focalisation continue sur la simple fermeture des routes vers le Royaume-Uni est aveugle et imprudente: cela ne fait qu'accroître les risques que les personnes, qui ont déjà enduré des difficultés incroyables, sont obligées de prendre.

Le mois dernier, il a été révélé que des migrants sont emprisonnés par le gouvernement Johnson pour avoir pris la barre de bateaux de fortune utilisés pour traverser la Manche. Les timoniers des embarcations sont inculpés de «facilitation». Les demandeurs d'asile sont envoyés en prison pour avoir empêché leur embarcation de dériver sans but dans les conditions dangereuses et les voies de navigation très fréquentées de la Manche.

L'agence de contrôle de l'immigration analyse des images de drones des bateaux transportant des migrants à travers la Manche afin de renvoyer en justice ceux qui pilotent les embarcations. Jusqu'à présent, huit migrants qui tenaient la barre des embarcations lors de ce périlleux voyage sont emprisonnés depuis août. Les peines draconiennes prononcées vont de 16 à plus de 30 mois de prison. Pour couronner le tout, les migrants qui purgeant ces peines de prison sont éligibles à l'expulsion du pays dès la sortie de prison car leur peine était supérieure à 12 mois – en vertu de la loi de 2007 sur les frontières du Parti travailliste .

Les communiqués de presse du gouvernement annonçant l'emprisonnement de migrants accusés d'avoir dirigé ces embarcations décrivent les personnes fuyant fréquemment les ravages provoqués par les forces de l'OTAN comme des «passeurs». Cet outrage juridique est en violation de la définition de l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés selon laquelle les passeurs facilitent les voyages pour «un avantage financier ou autre avantage matériel».

Le ministère de l'Intérieur tente également de dissimuler toute connaissance publique des conditions horribles dans une ancienne caserne de l'armée où les demandeurs d'asile sont détenus derrière des barbelés.

Les visiteurs de la caserne Napier près de Folkestone, dans le Kent, doivent maintenant signer un engagement à garder le silence en vertu de la loi des secrets d'État pour les empêcher de parler des nombreuses grèves de la faim, des tentatives de suicide, du malaise général, des troubles et des urgences médicales régulières constatés parmi les résidents.

Les bénévoles qui fournissent des vêtements, des équipements, de la compagnie et des conseils aux 400 demandeurs d'asile de sexe masculin détenus à la caserne de Napier reçoivent un formulaire de confidentialité de la part de la société de sécurité privée au nom du ministère de l'Intérieur. Le Guardian, qui a vu de première main l'engagement, déclare qu'il engage le signataire à traiter de manière confidentielle toute information concernant les «utilisateurs des services» de Napier, c'est-à-dire les demandeurs d'asile.

Ces informations sont soumises à la loi sur les secrets officiels, conçue pour protéger les questions de sécurité nationale, de renseignement, de défense, de relations internationales et d’informations qui ont été confiées à titre confidentiel à un autre pays. La violation de la loi sur les secrets officiels est passible d'une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à deux ans.

Un porte-parole du ministre de l'Intérieur a répondu avec mépris aux questions de la presse: «Nous travaillons en étroite collaboration avec notre fournisseur d'hébergement Clearsprings Ready Homes et les intéressés pour nous assurer que le site de Napier est sûr et sécurisé.»

Le Guardian arapporté que tandis que le ministre de l'Intérieur a chargé Clearsprings Ready Homes de gérer Napier, la société a sous-traité des responsabilités importantes pour la gestion quotidienne du centre de détention à «un agent de location et une société de gestion immobilière appelée NACCS». La détention des demandeurs d'asile est donc gérée par une société de propriétaires privés et de promoteurs immobiliers.

La résolution du Congrès du Socialist Equality Party, SEP (Parti de l'égalité socialiste) en Grande-Bretagne, adoptée en octobre de cette année, déclare que «le SEP mènera une lutte déterminée pour la défense des immigrés et des demandeurs d'asile. Les victimes des guerres impérialistes et de l'exploitation brutale par les sociétés transnationales sont soumises aux crimes les plus vils, chassées collectivement par les gouvernements européens à l'aide de navires de guerre, laissés à mourir par milliers en mer, emprisonnées dans des camps de concentration et soumises à la déportation. La résolution stipule que le SEP «travaillera avec nos camarades internationaux dans la lutte contre les politiques de forteresse Europe des gouvernements de l'UE, dont les mesures prises par le Royaume-Uni restent une partie intégrante. Nous soulignerons le terrible bilan des morts en Méditerranée et les conditions effroyables dans lesquelles les demandeurs d'asile sont détenus dans des camps de concentration de fait».

Le SEP en Grande-Bretagne et son parti frère en France, le Parti de l'égalité socialiste, appellent les travailleurs et les jeunes de toute l'Europe à s'opposer aux attaques fascisantes contre les migrants et les réfugiés.

(Article paru en anglais le 12 décembre 2020)