Malgré les poursuites et les demandes de recomptage de Trump, les États officialisent la victoire de Biden

Par Patrick Martin
20 novembre 2020

Les gouvernements d’une demi-douzaine d’États étroitement contestés, remportés par le candidat démocrate à la présidence Joe Biden, poursuivent le processus de certification des résultats des élections du 3 novembre, et ce, malgré les poursuites et les demandes de recomptage du président Trump et de ses partisans républicains.

Le décompte des voix se poursuit dans tout le pays, car de nombreux États acceptent les bulletins de vote par correspondance arrivés en retard, à condition qu’on les ait postés avant le 3 novembre. Au moment où nous écrivons ces lignes, le total national de Biden approche les 80 millions de votes, avec une avance de près de six millions de votes par rapport à Trump. En termes de pourcentage, Biden a reçu 51,0 pour cent des voix, contre 47,2 pour cent pour Trump, tandis que les candidats libertariens et verts ont reçu la majeure partie du 1,8 pour cent restant.

La campagne judiciaire et de recomptages de Trump se concentre sur six États que Biden a gagnés avec des avances allant de 10.000 à 150.000 voix: l’Arizona, la Géorgie, le Michigan, le Nevada, la Pennsylvanie et le Wisconsin.

Donald Trump et Joe Biden

Malgré les allégations hyperboliques de fraude et de bourrage des urnes de l’avocat de Trump, Rudy Giuliani, et des partisans de Trump sur Fox News et d’autres médias – tous repris et retweetés par Trump lui-même – rien ne démontre qu’il y aurait eu la moindre fraude électorale. Giuliani, lui-même, lors d’une comparution devant un tribunal mardi en Pennsylvanie, a admis que le procès de la campagne ne faisait état d’aucune fraude, malgré ses déclarations en dehors de la salle d’audience.

Le but réel des allégations de fraude est de créer une apparence de controverse sur un résultat électoral qui est plutôt évident, pour donner à Trump le temps d’un autre type d’intervention pour renverser les résultats.

Dans un scénario, les assemblées législatives républicaines de plusieurs de ces États interviendraient pour attribuer les voix électorales à Trump, malgré la volonté des électeurs. Les dirigeants législatifs républicains du Michigan, du Wisconsin et de la Pennsylvanie ont désavoué une telle éventualité, mais les partisans de Trump soulèvent toujours cette possibilité.

Dans un autre scénario, Trump provoquerait une crise de sécurité nationale – une frappe militaire unilatérale sur l’Iran est une possibilité – puis saisirait l’occasion pour déclarer la loi martiale et arrêter le comptage des votes et la certification des votes électoraux.

Sans une telle action, le processus électoral atteindra une date butoir finale du 8 décembre, lorsque les États soumettront les listes électorales au gouvernement fédéral à Washington. Trump n’a encore fait aucune avancée dans la liste des 306-232 électeurs établie par Biden après que les médias aient accordé l’Arizona et la Géorgie à Biden et la Caroline du Nord à Trump, le week-end dernier.

Le plus important revers juridique de Trump dans le Michigan est survenu mardi, lorsque chaque comté de l’État a certifié ses résultats finaux avant la date limite du 17 novembre. Et cela, malgré les efforts des partisans de Trump pour bloquer la certification des résultats dans le comté de Wayne, le plus grand de l’État.

Le comité de prospection du comté de Wayne, qui est divisé à parts égales entre deux démocrates et deux républicains, a initialement refusé de certifier les résultats compilés par les greffiers des villes et des cantons du comté, y compris Detroit. À un moment donné mardi, la présidente républicaine, Monica Palmer, a suggéré que les démarcheurs certifient tous les résultats du comté de Wayne, à l’exception de la ville de Detroit, qui aurait réduit l’avance de Biden de 221.000 voix et donné les 16 voix électorales du Michigan à Trump.

Il s’en est suivi un tollé politique, des centaines d’habitants du comté de Wayne, dont beaucoup de Detroit, se joignant à un appel Zoom avec le comité des agents électoraux et protestant contre le vote initial de 2-2 et le ciblage des électeurs de Detroit, en particulier pour les priver de leur droit de vote.

Les objections des républicains étaient fondées sur des motifs tout à fait spécieux: de légères divergences, généralement pas plus d’un vote par circonscription, entre le nombre de bulletins de vote comptés et le nombre d’électeurs inscrits dans les registres électoraux. Ces écarts peuvent survenir lorsqu’un électeur se rend aux urnes, prend un bulletin de vote, puis quitte la file d’attente à l’improviste sans le déposer, ou simplement à cause d’erreurs d’écriture. Le total pour la ville de Detroit n’a été que de 367 voix, ce qui n’est pas suffisant pour faire la moindre différence dans le résultat de l’État.

Alors que les tweets de Trump ont dénoncé à plusieurs reprises le bourrage des urnes à Detroit, Biden a en fait remporté moins de voix dans la ville qu’Hillary Clinton en 2016. Biden a remporté Detroit par 233.908 voix contre 12.654, alors que Clinton avait gagné la ville il y a quatre ans par 234.871 voix contre 7.682. La raison pour laquelle Biden a remporté l’État avec une avance importante, contrairement à la défaite serrée de Clinton, est qu’il a fait beaucoup mieux dans la banlieue de Detroit, tant dans les quartiers de la classe ouvrière que dans ceux de la classe moyenne.

En Géorgie, un recomptage manuel à l’échelle de l’État était sur le point d’être achevé mardi soir, Biden étant toujours en tête par 12.781 voix et il ne reste plus que quelques comtés à finaliser. Quatre comtés, dont trois républicains, ont trouvé de petites quantités de bulletins non comptés, ce qui a permis à Trump de réduire la marge de Biden d’environ 1.000 voix dans tout l’État, mais le secrétaire d’État Brad Raffensperger, un partisan républicain de Trump, a déclaré qu’il n’y avait aucune chance que les votes qui restent à recompter effacent l’avance de Biden.

Trump a déjà dénoncé le recomptage manuel – que sa propre campagne a demandé – en le qualifiant de «blague» car il ne lui redonnera pas l’État. Son fils, Donald Trump Jr., a déclaré lors d’un rassemblement en Géorgie – auquel n’ont assisté que 100 partisans – qu’il avait «perdu toute foi dans le processus», mais que son père continuerait à «se battre jusqu’à la mort dans chacune de ces batailles».

En Pennsylvanie, l’avance de Biden sur Trump a atteint plus de 73.000 voix, avec 98 pour cent des voix comptabilisées. La secrétaire d’État Kathy Boockvar a déclaré qu’il n’y aurait pas de recomptage parce que l’avance de Biden est bien supérieure au seuil de 0,5 pour cent pour un tel processus. Mardi, la Cour suprême de Pennsylvanie s’est prononcée à 5 contre 2 contre une poursuite de la campagne Trump, alléguant que ses représentants avaient été tenus trop éloignés des compteurs de votes à Philadelphie.

Lors d’une autre procédure judiciaire en Pennsylvanie, un juge fédéral a vivement remis en question les allégations de Giuliani et d’un autre avocat de Trump. «Vous prétendez que les deux plaignants individuels se sont vu refuser le droit de vote», a déclaré le juge. «Mais au fond, vous demandez à cette cour d’invalider plus de 6,8 millions de votes, privant ainsi chaque électeur du Commonwealth de son droit de vote. Pouvez-vous me dire comment ce résultat peut être justifié?»

Dans le Wisconsin, la campagne Trump a également cherché à attirer l’attention sur des allégations de fraude électorale dans une zone urbaine fortement afro-américaine. La campagne a versé 3 millions de dollars à la commission électorale du Wisconsin mercredi pour obtenir des recomptages dans seulement deux des 72 comtés de l’État: Milwaukee, qui comprend la ville et sa proche banlieue, et Dane, qui comprend la capitale de l’État, Madison.

En sélectionnant ces deux comtés, les bastions traditionnels du Parti démocrate dans l’État, la campagne Trump confirme que son objectif n’est pas de découvrir des votes non comptés pour Trump, mais de supprimer des dizaines de milliers de votes pour Biden. Le démocrate a remporté l’État par 20.608 voix, grâce à des avances énormes dans Milwaukee (182.896 voix) et Dane (181.368 voix).

En Arizona, où Biden détient une avance de 10.377 voix, le Parti républicain de l’État a déposé lundi une plainte qui vise à interdire temporairement la certification des résultats des élections dans le comté de Maricopa, qui comprend la ville de Phoenix et où vivent les deux tiers de la population de l’État. Biden a remporté Maricopa par 45.000 voix. Les républicains cherchent à faire procéder à un audit détaillé des votes, dont le but est de retarder la certification pendant qu’ils trouvent un prétexte pour un autre procès.

Au Nevada, où Biden a gagné par 33.596 voix, la campagne de Trump a déposé une contestation des résultats de l’élection dans cet État, demandant à un tribunal de Carson City de déclarer Trump vainqueur des six électeurs présidentiels du Nevada ou d’annuler entièrement l’élection. Les contestations judiciaires des républicains se concentrent sur des divergences présumées dans le comté de Clark (Las Vegas), où vivent les trois quarts des électeurs de l’État, mais les tribunaux ont rejeté ces poursuites en raison du manque de preuves pour étayer les allégations de fraude.

Mardi également, Trump a licencié Chris Krebs, le directeur de la Cybersécurité et de l’Agence de sécurité des infrastructures, une unité du département de la Sécurité intérieure (DHS), pour avoir jeté le doute sur ses allégations de fraude électorale massive et de violations de la sécurité des élections.

La politique de la terre brûlée des républicains et de Trump, qui comprend le refus catégorique de coopérer de quelque manière que ce soit avec l’équipe de transition de Biden, contraste fortement avec la réaction passive et complaisante des démocrates. Biden a maintes fois rejeté le refus de Trump d’accepter les résultats des élections comme un défaut personnel «embarrassant», plutôt que comme une menace majeure pour les droits démocratiques et les normes constitutionnelles.

Un représentant démocrate, Bill Pascrell du New Jersey, a publié mardi une déclaration qui demande que Trump et ses principaux collaborateurs soient «jugés pour leurs crimes contre notre nation et la Constitution», tout en disant que le refus de Trump d’accepter les résultats des élections «maintient les États-Unis sur la voie de l’anarchie et de l’autoritarisme».

Aucun des principaux démocrates du Congrès ni aucun représentant de la campagne Biden n’a appuyé cette déclaration.

(Article paru en anglais le 19 novembre 2020)