Une réunion de l’IYSSE appelle à une grève des écoles à l’échelle européenne contre la politique d’immunité collective

Par Nos reporters
14 novembre 2020

Lundi, dans le contexte de l’escalade dévastatrice de la pandémie de coronavirus en Europe, l’International Youth and Students for Social Equality (IYSSE) (Étudiants et jeunes internationalistes pour l’égalité sociale) a organisé une réunion en ligne: «Pour une grève des écoles à l’échelle européenne contre la pandémie!»

Parmi les intervenants figuraient Christoph Vandreier, vice-président du Sozialistischen Gleichheitspartei (SGP, Parti socialiste pour l’égalité) en Allemagne, Will Morrow du Parti de l’égalité socialiste (PES) en France, Tania Kent du Educators Rank-and-File Safety Committee (Comité pour la sécurité des éducateurs) au Royaume-Uni, et Genevieve Leigh, présidente de l’IYSSE aux États-Unis. Plusieurs centaines de téléspectateurs ont suivi la diffusion en direct, dont l’enregistrement est disponible ici.

Pour une grève des écoles à l’échelle européenne contre la pandémie!

Dans son discours d’ouverture, Gregor Link, journaliste du WSWS et membre de l’IYSSE, a souligné que la pandémie était hors de contrôle à l’échelle mondiale: «Plus de 50 millions de personnes ont été infectées et au moins 1,26 million de personnes ont perdu la vie. Cet horrible bilan, qui en Europe et en Amérique dépasse tout ce qui s’est passé depuis la Seconde Guerre mondiale, est le résultat d’une politique délibérée de la classe dirigeante.»

Sur la base des reportages actuels des médias et d’une compilation des chiffres disponibles sur les infections, Link a fait état de la situation dramatique dans les hôpitaux et les unités de soins intensifs de toute l’Europe. Alors qu’en Italie et en France, les patients atteints de COVID-19 ont dû être transportés par avion à l’étranger pour y être traités, les médecins allemands partent du principe que tous les lits de soins intensifs seront occupés au plus tard au début du mois prochain. Dans de nombreux États fédéraux allemands, le nombre d’étudiants et d’enseignants infectés s’est multiplié en une semaine.

Christoph Vandreier a été le premier intervenant à aborder en détail la perspective d’une grève scolaire à l’échelle européenne, en la plaçant dans le contexte de la résistance croissante de la classe ouvrière contre la politique de «l’immunité collective». Il a expliqué:

«Les écoles et les crèches doivent rester ouvertes à tout prix, afin de ne pas mettre en danger les opérations économiques et donc les profits des riches. Si les entreprises non essentielles, les écoles et les crèches ne sont pas immédiatement fermées, la surcharge du système de santé et la mort prématurée de millions de personnes sont inévitables. Les vies des personnes âgées et faibles doivent être sacrifiées sur l’autel du profit. Pour mettre en œuvre cette politique totalement impopulaire, les classes dirigeantes ravivent déjà ouvertement l’idéologie des nazis.»

Christoph Vandreier

Vandreier a minutieusement détaillé comment la politique meurtrière d’immunité collective était mise en œuvre par tous les partis politiques, concluant que les travailleurs et les jeunes étaient confrontés à une lutte contre l’ensemble du système capitaliste:

«Une grève des écoles ne peut être que le prélude à une lutte mondiale de toute la classe ouvrière européenne et internationale. Une telle grève doit forcer la fermeture immédiate des écoles et les parents qui doivent s’occuper de leurs enfants doivent recevoir leur salaire complet.»

Enfin, Vandreier a identifié les revendications centrales qui doivent être au cœur de cette lutte, en soulignant que «les comités de la base doivent devenir la base d’un contre-pouvoir qui oppose le programme du socialisme international à la logique capitaliste de l’inégalité, de la guerre et de la maladie.»

Genevieve Leigh, qui s’est exprimée lors de la réunion depuis le Michigan, a brossé un tableau saisissant de la crise sociale et politique aux États-Unis.

«La pandémie fait 1000 victimes chaque jour. Les hôpitaux de nombreuses villes et de nombreux États sont surchargés. Les tests sont trop peu nombreux et la recherche des contacts est presque inexistante. Les allocations de chômage ont été réduites pour des millions de personnes qui ont perdu leur emploi et ne peuvent plus en trouver. Les familles dévastées par la perte d’un être cher doivent payer des factures médicales scandaleusement élevées qui menacent de les plonger dans la ruine financière.

«Dans ces conditions, il n’y a absolument aucun moyen de mener des cours en personne de manière sûre et responsable: mais c’est exactement ce que fait la classe dirigeante. Contrairement à l’affirmation selon laquelle les jeunes ne sont pas en danger, il y a beaucoup d’enfants jeunes, brillants et auparavant en bonne santé confirmés parmi les décès aux États-Unis.»

Plus récemment, a déclaré Leigh, 61.000 enfants ont été testés positifs en une semaine. Au total, le virus avait été diagnostiqué chez plus de 850.000 enfants, soit un neuvième de tous les cas américains. Au moins 121 enfants sont morts. Elle a conclu:

«Le virus est d’origine naturelle, mais les effets et les conséquences que je décris sont liés à la société dans laquelle le virus est apparu. La crise à laquelle sont confrontés les travailleurs et les jeunes est mondiale, et elle nécessite une solution mondiale.»

Clemens et Joshua, lycéens et membres de l’IYSSE, ont également pris la parole lors de la réunion. Clemens, qui termine une année de bénévolat dans une garderie près de Munich, a fait état des conditions de travail totalement dépourvues de protection. Bien qu’un collègue ait été testé positif, le département de la santé a refusé d’ordonner à temps les mesures de quarantaine et de dépistage appropriées et de fermer l’établissement. Jusqu’à présent, par pure chance, personne d’autre n’avait été infecté.

Joshua de Nuremberg, membre de l’IYSSE, a donné à l’auditoire un aperçu des conditions de travail dans les écoles: «En Bavière, les activités scolaires ont repris aujourd’hui. Bien que le nombre d’infections augmente de plus en plus rapidement, rien n’a changé en ce qui concerne le maintien des activités régulières. Nous avons toujours 20 à 30 élèves et un enseignant dans une classe et les seules “mesures de protection” sont le port obligatoire de masques et l’aération des salles de classe.»

L’annonce des gouvernements des Länder allemands selon laquelle ils fermeraient partiellement les écoles lorsque le nombre d’infections augmenterait s’est révélée être un mensonge. «Nous sommes maintenant à environ 200 cas et rien n’a encore changé.» Les élèves sont «exploités en tant que cobayes de la classe dirigeante pour atteindre l’objectif de l’immunité dite “collective”,» Joshua a appelé tous les participants à rejoindre l’IYSSE et le SGP (section allemande sur PES) et à mettre en place des comités de la base pour préparer une grève scolaire et une grève générale.

La deuxième intervenante internationale était Tania Kent, du Royaume-Uni. Kent est enseignante en école primaire et membre fondatrice du comité de sécurité des éducateurs britanniques. Elle a expliqué que l’explosion catastrophique de la pandémie sur le continent avait confirmé les premières alertes de l’IYSSE et du World Socialist Web Site. Une lutte contre les politiques qui sous-tendent cette évolution doit être menée en toute indépendance de tous les partis bourgeois et de leurs syndicats.

«Les syndicats de la branche éducative sont responsables de cette situation. Ils conseillent le gouvernement sur la manière la plus fiable de protéger l’économie. Trois des plus grands syndicats d’enseignants [au Royaume-Uni] soutiennent publiquement la politique du gouvernement et ils acceptent que les mesures de fermeture ne soient pas appliquées aux écoles. Comme nous l’avons prévu, la résistance à cette mesure s’accroît. Jeudi, le premier jour après l’entrée en vigueur des mesures de confinement en Angleterre, 1000 parents ont participé à un boycottage scolaire, qui a été soutenu par des dizaines de milliers d’autres.»

Le comité de sécurité des éducateurs a donné à cette opposition une voix et une perspective, a déclaré Kent. «La colère croissante des enseignants, des élèves et des parents doit être dirigée vers le programme politique de la lutte des classes. Ceux qui rejoignent notre comité dirigeront cette opposition croissante. Ce qui est crucial, c’est notre appel à une grève à l’échelle européenne. C’est au cœur de notre perspective.»

La dernière contribution de la soirée est venue de France, où des milliers d’élèves et d’enseignants courageux, soutenus par les parents, ont organisé des grèves et des protestations contre la réouverture meurtrière des écoles. Will Morrow, membre du Parti de l’égalité socialiste, a déclaré lors de la réunion: «Le mouvement de grève vient des enseignants à la base, pas des syndicats. Dans tout le pays, les enseignants de dizaines d’écoles se sont réunis avant le début des cours et ont voté pour ne pas entrer dans les bâtiments scolaires. Le lendemain, les étudiants ont organisé des manifestations dans une douzaine d’écoles différentes et ont bloqué les entrées des bâtiments avec des poubelles.»

Les demandes des enseignants et des étudiants, a déclaré Morrow, comprenaient la fermeture immédiate des écoles, l’expansion de l’enseignement en ligne, la réduction de moitié de la taille des classes et un protocole d’hygiène pour l’enseignement en personne basé sur les dernières découvertes scientifiques.

Le gouvernement Macron, pour sa part, réagissait aux protestations et aux blocages des écoles en envoyant des unités de police antiémeute en tenue de combat pour attaquer les étudiants avec des gaz lacrymogènes et des matraques.

Morrow conclut: «La réaction du gouvernement Macron illustre la nature de classe des forces qui se sont alliées contre les étudiants et les travailleurs à travers l’Europe. La classe dirigeante poursuit une politique dont elle sait qu’elle entraînera des centaines de milliers ou des millions de morts. Elle considère que c’est essentiel pour maintenir les profits des entreprises pendant la pandémie et pour récupérer les centaines de milliards de dollars de renflouements transférés aux sociétés grâce au travail de la population. Si des personnes âgées et fragiles meurent et n’ont plus à être soutenu, cela est considéré comme positif. La classe capitaliste n’est pas en guerre contre la pandémie, elle est en guerre contre la société.»

La classe ouvrière, a déclaré Morrow, doit contrer cette guerre avec sa propre lutte pour le socialisme en luttant pour «le renversement du capitalisme et l’établissement de gouvernements ouvriers dans toute l’Europe.»

Cette perspective a été reprise par plusieurs participants lors de la discussion qui a suivi. Les questions posées par les membres de l’auditoire allaient de l’importance du développement d’un vaccin contre le coronavirus, du lien entre les blocages des écoles et une grève générale, à un programme socialiste visant à contenir la pandémie et à éradiquer le virus.

À la fin de la discussion, Christoph Vandreier a rappelé que le 9 novembre était le 82e anniversaire de la «Kristallnacht» («Nuit de Cristal», lorsque les forces paramilitaires des SA d’Hitler ont lancé des pogroms contre les Juifs dans toute l’Allemagne). Depuis longtemps, a-t-il dit, l’élite dirigeante allemande ravive de plus en plus ouvertement ses traditions fascistes. Dans la pandémie, les idéologies d’extrême droite sont systématiquement encouragées pour faire appliquer la politique d’immunité collective.

Dans ces conditions, lors d’une grève générale, a soutenu Vandreier, la question du pouvoir politique serait posée avec urgence: «Qui dirige la société? Est-ce la classe dominante, dans l’intérêt de l’oligarchie financière? Ou est-ce les comités de la base et les travailleurs actifs menant la grève générale? La question est posée: le principe social [directeur] est-il celui de la richesse, du profit et de l’enrichissement pervers d’un petit nombre ou le principe social est-il le principe de l’égalité et des besoins de la population? Cette lutte ne peut être gagnée que par une révolution socialiste.»

(Article paru en anglais le 11 novembre 2020)