L'impact politique et le lectorat croissant du World Socialist Web Site

Par Patrick Martin
2 novembre 2020

Le WSWS publie les discours prononcés par des membres influents du CIQI et des contributeurs au WSWS lors du rassemblement en ligne qui s'est tenu le 25 octobre pour saluer la relance du WSWS qui a débuté avec les publications du 2 octobre 2020. Les remarques ci-dessous ont été prononcées par Patrick Martin, membre du comité national du Parti de l’égalité socialiste (États-Unis) et journaliste principal sur le WSWS.

Nous marquons la relance du World Socialist Web Site le 2 octobre comme un jalon important dans le développement du mouvement trotskyste mondial.

Le camarade Dave a déjà fait référence à la décision du Comité international de la Quatrième Internationale de commencer à publier le WSWS en février 1998. Pour ceux de ma génération, il est remarquable que nous ayons déjà passé près de la moitié de notre vie politique à écrire pour un public sur Internet, un public qui n'existait tout simplement pas lorsque nous sommes entrés en politique. Avant le WSWS, nous publiions aux États-Unis le Bulletin, hebdomadaire et bihebdomadaire, et l’International Workers Bulletin, hebdomadaire et bihebdomadaire, publications imprimées par lesquelles nous nous battions pour atteindre et éduquer politiquement la classe ouvrière américaine et internationale.

Cela ne diminue en rien ces premiers efforts de constater qu'aujourd'hui, les articles sur le WSWS qui deviennent viraux, comme nos reportages sur les coupures dans les écoles du Massachusetts, ou l'assassinat du manifestant antifasciste Michael Reinoehl sur la côte ouest, ou les nombreux commentaires sur le Projet 1619, atteignent en quelques jours un public plus large que celui que nous pourrions atteindre en distribuant un journal imprimé en quelques mois, voire quelques années.

Patrick Martin

Après tout, c'est le travail du Bulletin et des journaux publiés par nos partis frères dans le monde entier qui, par une lutte intransigeante pour les principes marxistes, a jeté les bases de la création du WSWS, la première publication véritablement mondiale de la classe ouvrière internationale. Le WSWS est maintenant lu dans pratiquement tous les pays et sur tous les continents.

Lorsque nous avons lancé le WSWS en février 1998, les États-Unis étaient, comme aujourd'hui, en proie à une crise politique majeure qui menaçait de renverser un président – bien que, rétrospectivement, la relation de Clinton avec Monica Lewinsky, qui a été utilisée par ses opposants ultraconservateurs pour lancer une procédure de destitution, n'était que la forme initiale de l'effondrement de la démocratie américaine qui culmine aujourd'hui avec les conspirations fascistes du président Trump. Mais nous avons alors reconnu, dès le tout début de ce processus, que la tentative d'évincer un président élu à deux reprises par les méthodes d'un scandale sexuel impliquait des questions importantes de droits démocratiques. Nous avons dit que la classe ouvrière ne devait pas simplement se tenir à l'écart, mais qu'elle devait intervenir dans la crise politique de l'élite dirigeante et lutter pour ses intérêts indépendants. Nous nous sommes donc opposés à la destitution, malgré notre hostilité au Parti démocrate et à la politique de l'impérialisme américain sous Clinton.

Dès les débuts du WSWS, nous avons commencé à publier des articles quotidiens, cinq jours par semaine. Cela a permis une analyse et un commentaire quasi quotidiens de la crise politique américaine. Au cours de cette première année de publication, nous avons rédigé plus de 100 articles sur divers aspects de la crise Clinton, qui constituent un dossier politique unique et ont servi de modèle pour d'autres crises et événements politiques majeurs, tant aux États-Unis que dans le monde entier. L'année suivante, au cours de la guerre des États-Unis et de l'OTAN contre la Serbie, nous avons étendu la publication à six jours par semaine.

Dans l'accueil initial publié sur le WSWS le 14 février 1998, nous avons déclaré que le WSWS était la voix officielle du Comité international de la Quatrième Internationale, le mouvement trotskyste mondial. Nous avons écrit:

«Le World Socialist Web Site, publié grâce aux efforts coordonnés des membres du CIQI en Asie, en Australie, en Europe et en Amérique du Nord, prend comme point de départ le caractère international de la lutte des classes. Il évalue les développements politiques dans chaque pays du point de vue de la crise mondiale du capitalisme et des tâches politiques auxquelles la classe ouvrière internationale est confrontée. Dans cette perspective, elle s'oppose résolument à toute forme de chauvinisme et d'esprit de clocher national.»

Cette position politique d'internationalisme révolutionnaire a été justifiée au cours de nombreuses luttes de la classe ouvrière dans le monde entier, mais surtout par le développement objectif du capitalisme mondial lui-même. La pandémie de coronavirus n'est pas la première fois que la classe ouvrière internationale connaît une crise de dimension mondiale qui touche les travailleurs du monde entier plus ou moins simultanément.

Tel était le caractère de la «guerre contre le terrorisme» qui a commencé après les attaques du 11 septembre aux États-Unis, puis l'invasion américaine de l'Irak en 2003, qui a provoqué un déferlement mondial d'opposition politique, le plus grand mouvement antiguerre de l'histoire. En 2008-2009, la crise financière mondiale a plongé l'ensemble du capitalisme mondial dans le marasme le plus profond depuis la Grande Dépression des années 1930. Et maintenant, nous avons la pandémie de coronavirus, qui touche les travailleurs de la même manière dans tous les coins du monde.

Nous avons fait remarquer, au moment du lancement du WSWS, que 80 à 100 millions de personnes avaient accès à l'Internet. Ce public était considéré comme insignifiant ou très privilégié par certains de nos ennemis de la pseudo gauche. Un groupe a affirmé que nous fuyions dans le cyberespace, comme si l'Internet était un trou perdu ou une île déserte sur laquelle nous étions sur le point de nous retrouver isolés. Aujourd'hui, 4,6 milliards de personnes sont des utilisateurs actifs d’Internet, et bien plus encore y ont accès.

L'audience d'Internet s'est accrue, tout comme notre travail pour l'atteindre. Au cours de sa première année, le WSWS a publié environ 1500 articles en anglais. En quelques années, ce nombre est passé à plus de 4000 par an. Depuis la première grande relance du site, en 2008, qui a introduit la rubrique «Perspective», nous avons régulièrement publié plus de 5000 articles par an. En août de l'année dernière, en 2019, le total cumulé a atteint 75.000 articles en anglais, et ce chiffre dépasse aujourd'hui largement les 82.000, après une année au cours de laquelle notre audience et le travail des sections du CI contribuant au WSWS ont atteint de nouveaux sommets.

Les travailleurs et en particulier les jeunes du monde entier trouvent leurs luttes et leurs expériences politiques connectées au niveau international, et c'est pourquoi ils répondent si fortement à un site web qui cherche à unir consciemment la classe ouvrière du monde.

En ce sens, le WSWS représente quelque chose de complètement nouveau. Il est la voix de la classe ouvrière internationale, consciente d'elle-même et de sa mission historique, et préparant le renversement du capitalisme à l'échelle mondiale et la construction d'une nouvelle société socialiste internationale.

(Article paru en anglais le 30 octobre 2020)