Treize personnes arrêtées pour complot pro-Trump visant à tuer la gouverneure du Michigan et à renverser le gouvernement de l’État

Par Patrick Martin
10 octobre 2020

Le Federal Bureau of Investigation (FBI) et la police de l’État du Michigan ont arrêté plus d’une douzaine d’hommes de l’État impliqués dans des préparatifs bien avancés pour kidnapper et tuer la gouverneure démocrate Gretchen Whitmer, prendre le pouvoir à Lansing et installer un régime pro-Trump.

La procureure générale du Michigan, Dana Nessel, a annoncé les raids et les mandats de perquisition lors d’une conférence de presse jeudi à 13 heures. Elle a énuméré plus d’une douzaine de villes où des raids furent menés pendant la nuit, dont Sterling Heights, Belleville, Cadillac, Canton, Charlotte, Clarkston, Grand Rapids, Hartland, Luther, Munith, Orion Township, Ovid, Shelby Township et Waterford Township.

Nessel et le gouverneur Whitmer ont tous deux attribué la responsabilité politique de la conspiration terroriste de droite au président Trump et son alignement ouvert sur les groupes d’extrême droite et les groupes suprémacistes blancs.

Les déclarations initiales ainsi que l’acte d’accusation déposé par la procureure générale indiquent que la conspiration du Michigan n’est qu’un élément d’un complot sans précédent dans l’histoire, inspiré et probablement dirigé par un président en exercice, visant à renverser la Constitution par la violence et à établir une dictature.

«Nous avons un président qui semble tolérer ces actions», a déclaré Nessel à MSNBC. Elle a cité ses «tweets pour “libérer le Michigan”», à la suite des manifestations armées de la droite au Capitole de l’État. Elle a fait valoir que les déclarations de Trump n’étaient «pas un simple message codé, mais un ordre de passer à l’action».

Six hommes sont accusés de terrorisme et de conspiration: Brandon Caserta, Adam Fox, Kaleb Franks, Ty Garbin et Daniel Harris, tous du Michigan, et Barry Croft du Delaware. Sept autres, tous du Michigan et tous liés à la milice Wolverine Watchmen, sont accusés de terrorisme, de soutien matériel au terrorisme, d’appartenance à un gang, et de possession d’armes à feu pendant un crime. Il s’agit de: Paul Bellar, Shawn Fix, Eric Molitor, Joseph Morrison, Pete Musico, Michael Null et William Null.

Garbin et Franks ont fait une apparition au tribunal de Grand Rapids jeudi matin et ont demandé à être représentés par des avocats commis d’office, à cause de leur situation financière.

Selon la conférence de presse et le document d’accusation, le FBI a d’abord appris les discussions concernant le renversement violent du gouvernement de l’État sur les médias sociaux. Les agents fédéraux ont recruté au moins deux informateurs au sein du groupe et ont envoyé plusieurs agents sous une fausse identité. Les informateurs et les agents ont enregistré des conversations et des réunions entières, qui constitueront une grande partie des preuves lors de tout procès futur.

Ils ont soigneusement préparé les plans pour kidnapper et tuer Whitmer. Les personnes inculpées auraient surveillé la maison de vacances de Whitmer à deux reprises fin août et début septembre, ayant conclu que cet endroit offrait la meilleure occasion de s’emparer d’elle. Ils ont préparé des cartes qui indiquaient l’emplacement des postes de police et des casernes de la police d’État à proximité et ont calculé le temps qu’il faudrait à la police pour répondre à une urgence.

L’un des participants a construit un engin explosif improvisé, qu’ils ont déclenché pour tester son efficacité. Ils allaient placer un engin similaire dans un tronçon souterrain d’autoroute pour freiner une poursuite de la police en cas d’enlèvement réussi. Un autre participant a acheté un Taser de 800.000 volts qui serait utilisé pour l’attentat contre la gouverneure. Les conspirateurs ont discuté la question de transférer Whitmer dans l’État du Wisconsin, où elle serait «jugée» pour trahison, puis exécutée.

Selon les accusations portées par l’État, les conspirateurs se préparaient à attaquer et tuer des policiers chargés de protéger Whitmer ou de faire respecter divers aspects du confinement imposé dans l’État par Whitmer le printemps dernier en réponse à la pandémie de coronavirus. Ils planifiaient également de prendre contrôle du Capitole de l’État.

Le Michigan était à un moment donné le troisième État le plus touché par les décès et les infections, mais le confinement et les autres restrictions ont eu un effet significatif ces derniers mois. Le Michigan se classe désormais au 10e rang pour le nombre total de décès et au 17e rang pour le nombre d’infections.

Gretchen Whitmer, gouverneure du Michigan (Bureau de la gouverneure au Michigan via l'AP)

Dans une déclaration lue devant l’hôtel de ville, Whitmer a déclaré: «Trump a passé les sept derniers mois à ignorer la science, tout en réconfortant ceux qui répandent la peur, la haine et la division».

Trump «s’est présenté devant le peuple américain la semaine dernière et a refusé de condamner les groupes de suprématie blanche», a-t-elle poursuivi, se référant au débat de Trump avec le candidat démocrate, Joe Biden. «Les groupes haineux ont entendu les mots du président non pas comme une réprimande, mais comme un appel à l’action.»

Il est à noter que trois responsables fédéraux ont soutenu Nessel lors de l’annonce des arrestations et ont appuyé ses affirmations selon lesquelles les partisans armés de la droite cherchaient à renverser le gouvernement de l’État. L’agent spécial adjoint du FBI, Josh Hauxhurst, a déclaré que la «mission première du FBI est de protéger le peuple américain et de faire respecter la Constitution».

Les procureurs américains Matthew Schneider et Andrew Birge ont fait des déclarations similaires qui, dans le contexte des menaces de Trump de défier les résultats de l'élection du 3 novembre, semblaient les opposer directement au président qui les a nommés.

«Nous tous ici présents voulons que le public sache que les forces de l’ordre fédérales et de l’État sont déterminées à travailler ensemble pour s’assurer que les extrémistes violents ne réussissent jamais leurs plans, en particulier lorsqu’ils s’en prennent à nos dirigeants dûment élus», a déclaré Birge.

Les conspirateurs fascistes prévoyaient d’attaquer Whitmer juste avant l’élection. Le moment choisi indique clairement une coordination directe avec les plans de Trump pour inciter à la violence, déclarer la loi martiale, suspendre le vote et arrêter ses opposants politiques. Étant donné l’ampleur de la conspiration dans le Michigan, qui mérite de manière sinistre sa désignation comme État «contesté», la question évidente est de savoir quels sont les plans en cours dans des États similaires: La Pennsylvanie, le Wisconsin, l’Ohio, la Caroline du Nord, la Floride et l’Arizona, entre autres. Dans ses tweets, Trump a ciblé deux autres États comme le Michigan, en proclamant: «Libérez la Virginie» et «Libérez le Minnesota».

Il y a beaucoup plus de questions que de réponses autour de cette conspiration. Il n’est pas clair si le FBI a informé Trump ou la Maison-Blanche, ou même leur patron du Département de la Justice, le procureur général William Barr, de l’opération en cours dans le Michigan. Certainement, Trump ne semblait pas être au courant des raids imminents. Quelques heures seulement avant que le FBI et les troupes de l’État ne commencent à arrêter les partisans armés de Trump, ce dernier dénonçait furieusement Whitmer dans ses tweets, accueillant la décision rendue la semaine dernière par la Cour suprême de l’État du Michigan qui qualifiait d’inconstitutionnelle la loi de 1945 utilisée par Whitmer pour imposer un confinement.

Un conflit public a éclaté entre le FBI et la Maison-Blanche il y a deux semaines, après que le directeur du FBI, Christopher Wray, a témoigné devant le Congrès le 24 septembre qu’il n’y avait aucune preuve de fraude généralisée dans les votes par correspondance, et que les groupes suprémacistes blancs constituaient la plus grande menace de terrorisme intérieur aux États-Unis, et non Antifa, qu’il a décrit comme une idéologie plutôt qu’une organisation. Le chef de cabinet de la Maison-Blanche, Mark Meadows, a dénoncé ces affirmations dans une sèche réprimande adressée au directeur du FBI.