La dernière année de Trotsky

Troisième partie

Par David North
27 août 2020

Ceci est la troisième partie d’une série de quatre. [Première partie][Deuxième partie]

Après l'achèvement de son Manifeste pour la Conférence d'urgence de la Quatrième Internationale, le calendrier implacable et éprouvant de Trotsky pour l'écriture de projets a été interrompu par un événement qu'il avait prévu depuis longtemps, bien que sa date exacte n'ait pas pu être prédite. Au petit matin du 24 mai 1940, le peintre mexicain et stalinien fanatique David Alfaro Siqueiros a dirigé une escouade d'assassins, armés de mitraillettes Thompson de calibre 45, de fusils automatiques de calibre 30 et de bombes incendiaires, dans un assaut contre le dirigeant de la Quatrième Internationale.

David Alfaro Siqueiros

Les assassins n'ont pas eu à prendre d'assaut la villa sur l'Avenida Viena. Le garde de service, Robert Sheldon Harte, a déverrouillé la porte de fer et a permis aux assassins d'entrer. Les tireurs connaissaient manifestement l'ensemble de la disposition du complexe. Un groupe se dirigea vers la section de la villa qui abritait la chambre de Trotsky et de sa femme Natalia et celle de leur petit-fils Seva. Un autre groupe s'est rapidement déplacé vers l'autre extrémité de la cour, à l'extérieur de la section du complexe où les gardes de Trotsky étaient cantonnés. Alors que le second groupe d'hommes armés tirait en direction de la chambre des gardes, les coinçant et les rendant totalement inefficaces, la principale équipe d'assassins pénétrait dans la chambre de Trotsky.

La pièce était sombre, et les assassins ont tiré dans toutes les directions. Trotsky avait pris un somnifère en se retirant pour la nuit et était somnolent lorsqu'il fut réveillé par les tirs. Natalia a réagi plus rapidement et a sauvé la vie de Trotsky. Comme il s'en souvient dans «Staline veut ma mort», un compte-rendu de l'assaut écrit dans la première semaine de juin 1940:

«Ma femme avait déjà sauté de son lit. Les tirs ont continué sans cesse. Ma femme m'a dit plus tard qu'elle m'avait aidé à me mettre au sol, en me poussant dans l'espace entre le lit et le mur. C'était tout à fait vrai. Elle était restée debout, à côté du mur, comme pour me protéger avec son corps. Mais par des chuchotements et des gestes, je l'ai convaincue de s'allonger par terre. Les coups de feu sont venus de tous les côtés, il était difficile de dire d'où ils venaient. À un moment donné, ma femme, comme elle me l'a dit plus tard, était capable de distinguer clairement les jets de feu d'un fusil; par conséquent, le tir se faisait en plein dans la pièce, bien que nous ne puissions voir personne. J'ai l'impression qu'au total, quelque deux cents coups de feu ont été tirés, dont une centaine sont tombés juste à côté de nous. Les éclats de verre des vitres et les éclats des murs ont volé dans toutes les directions. Un peu plus tard, j'ai senti que ma jambe droite avait été légèrement blessée à deux endroits.» [1]

Alors que les tireurs se retirent de la pièce, Trotsky entend son petit-fils de 14 ans, Seva, crier. Trotsky s'est souvenu de ce moment terrible:

«La voix de l'enfant dans l'obscurité sous les tirs reste le souvenir le plus tragique de cette nuit-là. Le garçon – après que le premier tir avait coupé son lit en diagonale, comme en témoignent les marques laissées sur la porte et le mur – s'est jeté sous le lit. Un des assaillants, apparemment pris de panique, a tiré dans le lit, la balle a traversé le matelas, a touché notre petit-fils au gros orteil et s'est enfoncée dans le sol. Les assaillants ont lancé deux bombes incendiaires et ont quitté la chambre de notre petit-fils. En pleurant, «Grand-père!», il les a poursuivis dans le patio, laissant une traînée de sang derrière lui et, sous les tirs, s'est précipité dans la chambre d'un des gardes.» [2]

Trotsky a attribué sa survie à «un heureux accident».

«Les lits étaient sous le feu croisé. Peut-être que les assaillants avaient peur de s’atteindre et ont instinctivement tiré plus haut ou plus bas qu'ils n'auraient dû. Mais ce n'est qu'une conjecture psychologique. Il est également possible que ma femme et moi soyons venus au secours de l'heureux accident en ne perdant pas la tête, en ne volant pas dans la pièce, en ne criant pas ou en n'appelant pas à l'aide quand il était désespéré de le faire, en ne tirant pas quand il était insensé, mais en restant tranquillement sur le sol en faisant semblant d'être morts.» [3]

L'équipe d'assassins s'est échappée, sans se rendre compte que sa mission s'était soldée par un échec. Trotsky quitta sa chambre et entra dans la cour, d'où s'élevait encore la fumée des coups de feu. Il cherchait les membres de la garde, qui étaient toujours dans leur chambre. Aucun d'entre eux n'avait été formé pour réagir à une agression de ce type. Leurs efforts pour riposter aux tirs avaient été sporadiques et inefficaces. La mitrailleuse d'Harold Robins s'est enrayée au premier coup. Il a appris plus tard que les mauvaises munitions avaient été chargées dans l'arme. Robins se souvient que le comportement de Trotsky était remarquablement calme. Ayant connu de nombreuses batailles pendant la sauvage guerre civile russe de 1918-21, l'ancien commandant suprême de l'Armée rouge n'était pas étranger au tir des armes. Mais Robins sentait également que Trotsky était déçu par la réponse totalement inefficace de ses gardes. [4]

Les gardes ont découvert qu'un détachement de la police mexicaine, qui avait été affecté à un poste à l'extérieur de la villa, avait été ligoté. Sur les instructions de Trotsky, ils ont été immédiatement détachés. Une découverte plus troublante est que Robert Sheldon Harte est parti avec les assaillants, ce qui a immédiatement éveillé les soupçons qu'il était impliqué dans la conspiration. En l'absence de preuves tangibles de l'implication de Harte, Trotsky a clamé son innocence, une position qui a semblé être justifiée lorsque le corps du garde a été découvert plusieurs semaines plus tard.

Pour des raisons que l'on peut comprendre, Trotsky était réticent, au lendemain de l'agression, à porter une accusation contre Harte. Mais il n'a pas exclu la possibilité que Harte ait agi en collusion avec la GPU. «Malgré toutes les précautions», écrivait Trotsky, «il est bien sûr impossible de considérer comme absolument exclue la possibilité qu'un agent isolé du GPU puisse se faufiler dans la garde». [5] Il a noté que Harte, en raison de sa disparition, avait été soupçonné. Mais sur la base des preuves alors disponibles, Trotsky n'était pas prêt à conclure que Harte était coupable. Il a accepté la possibilité que de nouvelles informations puissent nécessiter une réévaluation du rôle de Harte. Quel que soit le verdict final, il a poursuivi: «Si, contrairement à toutes mes suppositions, une telle participation devait être confirmée, alors cela ne changerait rien d'essentiel au caractère de l'agression. Avec l'aide d'un des membres de la garde ou sans cette aide, la GPU a organisé une conspiration pour me tuer et brûler mes archives». [6]

Trotsky a exprimé sa confiance dans le choix des gardes du SWP. «Ils ont tous été envoyés ici après une sélection spéciale par mes amis expérimentés et de longue date.» Ce que Trotsky ne savait pas, c'est que le Socialist Workers Party n'avait pas sérieusement contrôlé les personnes qu'il envoyait des États-Unis à Coyoacán. Dans le cas de Harte, ce New-Yorkais de 25 ans n'avait pratiquement pas d'antécédents politiques au sein du SWP. Après la disparition de son fils, son père, Jesse Harte, un riche homme d'affaires et ami de J. Edgar Hoover, s'est envolé pour le Mexique. Au cours de rencontres avec la police mexicaine, l'aîné Harte les a informés qu'une photo de Staline avait été trouvée dans l'appartement new-yorkais de son fils. Lorsque cette information a été divulguée à la presse un peu plus tard, Trotsky a envoyé un télégramme à Jesse Harte, lui demandant de confirmer ce rapport. Harte a répondu par un démenti sans équivoque et malhonnête: «LA PHOTO DE STALINE N’ÉTAIT DÉFINITIVEMENT PAS DANS LA CHAMBRE DE SHELDON.» [8]

Robert Sheldon Harte

Dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de Trotsky, qu'il a lancée en 1975, le Comité international de la Quatrième Internationale a examiné toutes les preuves relatives au rôle de Sheldon Harte dans le raid du 24 mai. Le CIQI a conclu que Harte était bien un participant à la conspiration. Cette conclusion a été dénoncée par le Socialist Workers Party (SWP), dirigé par Joseph Hansen, et ses alliés dans les organisations pablistes anti-trotskystes du monde entier, qui étaient amèrement opposés à la dénonciation des staliniens et autres agents au sein de la Quatrième Internationale. Ils ont dénoncé l'enquête sur l'assassinat de Trotsky comme étant de la «provocation». Le CIQI a été accusé dans une déclaration publique du SWP et de ses alliés internationaux de «profaner la tombe de Robert Sheldon Harte». [9]

La publication des archives de la GPU après la dissolution de l'Union soviétique en 1991 a établi définitivement que Harte était un agent stalinien, qui a joué un rôle essentiel dans l'attentat du 24 mai contre Trotsky. Plusieurs jours après la tentative d'assassinat, la GPU a récompensé Harte pour sa trahison en l'assassinant. Méprisant le jeune traître, Siqueiros et ses complices considéraient Harte comme un individu peu fiable qui pourrait parler s'il était finalement interrogé par la police. Pendant que Harte dormait, ils lui ont tiré une balle dans le cerveau, ont jeté son corps dans une fosse de terre et l'ont recouvert de chaux. Les restes décomposés de Hart ont été découverts plusieurs semaines plus tard.

Malgré le fait évident que l'attentat contre Trotsky avait été perpétré sur ordre de Staline, les mercenaires de la GPU opérant au sein du Parti communiste mexicain, les syndicats et les journaux ont lancé une campagne pour désorienter l'opinion publique en prétendant que le raid du 24 mai était en fait une «autoagression», initiée par Trotsky lui-même. Dans deux articles majeurs, «Staline veut ma mort» et «La Comintern et la GPU» – ce dernier a été achevé le 17 août 1940, trois jours seulement avant la seconde attaque, qui a été couronnée de succès, menée par Ramon Mercader – Trotsky a soumis les mensonges staliniens à une réfutation dévastatrice.

Dans «La Comintern et la GPU», Trotsky a exposé l'absurdité de l'affirmation selon laquelle il aurait ou aurait pu orchestrer l'attaque du 24 mai.

«Quels objectifs pourrais-je poursuivre en m'aventurant dans une entreprise aussi monstrueuse, répugnante et dangereuse? Personne ne l'a encore expliqué à ce jour. On laisse entendre que je voulais noircir Staline et sa GPU. Mais un nouvel assaut ajouterait-il quoi que ce soit à la réputation d'un homme qui a détruit toute l'ancienne génération du parti bolchevique? Il est dit que je souhaite prouver l'existence de la «Cinquième Colonne». Pourquoi? Pour quoi faire? En outre, les agents de la GPU sont tout à fait suffisants pour perpétrer un assaut; il n'y a pas besoin de la mystérieuse «Cinquième Colonne». On dit que je voulais créer des difficultés pour le gouvernement mexicain. Quels motifs pourrais-je avoir pour créer des difficultés au seul gouvernement qui m'a accueilli? On dit que je voulais provoquer une guerre entre les États-Unis et le Mexique. Mais cette explication appartient complètement au domaine du délire. Pour provoquer une telle guerre, il aurait été en tout cas beaucoup plus opportun d'organiser un assaut contre un ambassadeur américain ou contre des magnats du pétrole et non contre un révolutionnaire bolchevique, étranger des milieux impérialistes qui les détestent.

«Lorsque Staline organise une tentative d'assassinat contre moi, le sens de ses actions est clair: il veut détruire son ennemi numéro un. Staline ne prend aucun risque, il agit à distance. Au contraire, en organisant une «autoagression», je dois assumer moi-même la responsabilité d'une telle entreprise; je risque mon propre destin, le destin de ma famille, ma réputation politique et la réputation du mouvement que je sers. Qu'est-ce que j'y gagnerais?

«Mais même si l'on admettait l'impossible, à savoir qu'après avoir renoncé à la cause de toute ma vie, et foulé aux pieds le bon sens et mes propres intérêts vitaux, j'ai décidé d'organiser une «autoagression» au nom d'un but inconnu, il reste encore la question suivante: Où et comment ai-je obtenu vingt assassins? Comment leur ai-je fourni des uniformes de police? Comment les ai-je armés? Comment les ai-je équipés de toutes les choses nécessaires? etc. etc. En d'autres termes, comment un homme, qui vit presque complètement isolé du monde extérieur, a-t-il réussi à accomplir une entreprise qui n'est concevable que pour un appareil puissant? Je dois avouer que je me sens mal à l'aise de soumettre à la critique une idée qui est indigne de toute critique.» [10]

Dans son analyse de la préparation politique de l'assaut par la GPU, Trotsky a fourni de nouvelles preuves de son extraordinaire perspicacité. Il attire l'attention sur le Congrès extraordinaire du Parti communiste mexicain, qui s'est tenu en mars 1940. Le thème principal qui a dominé le congrès était la nécessité d'exterminer le trotskysme. Trotsky a supposé que la décision du congrès d'expulser Hernán Laborde, le secrétaire général du Parti communiste mexicain, et Valentín Campaign, une figure de proue des syndicats, était liée à la nécessité de retirer des postes d'autorité les dirigeants individuels qui hésitaient à impliquer le parti dans un complot d'assassinat politiquement dangereux et impopulaire. Trotsky a souligné que l'initiative de cette purge venait clairement de l'extérieur de l'organisation, c'est-à-dire de la GPU agissant sur les directives du régime du Kremlin. Expliquant que la mise en œuvre des changements organisationnels brutaux au congrès aurait nécessité plusieurs mois de préparation, Trotsky a fait valoir que l'ordre de tentative d'assassinat était arrivé de Moscou en novembre ou décembre 1939.

L'analyse de Trotsky sur les longs préparatifs de l'assaut du 24 mai et l'importance du Congrès extraordinaire du PC mexicain a été corroborée par de récentes études, qui ont démontré que la planification du meurtre de Trotsky a commencé au printemps 1939. Laborde a été approché par un agent de la GPU qui opérait sous le couvert du Comintern. La mission de l'agent «était de rechercher la coopération du secrétariat du PCM dans les plans d'élimination de Trotsky. Laborde aurait consulté Campa et Rafael Carrillo [un autre membre important du PC mexicain] et serait parvenu à la conclusion que non seulement une telle démarche mettrait en danger les relations du PCM avec le gouvernement de Cárdenas, mais qu'elle était en tout cas inutile puisque Trotsky était une force du passé». [11]

La GPU n'était pas d'accord avec l'évaluation faite par Laborde et Campa de l'influence politique de Trotsky. Laborde, Campa et Carrillo se sont rendus à New York en mai 1939 pour demander le soutien d'Earl Browder, chef du Parti communiste des États-Unis (CPUSA), pour s'opposer à une attaque contre Trotsky. Ils n'ont pas réussi. La décision de convoquer un congrès extraordinaire est prise lors du plénum de septembre 1939 du Comité national du PC mexicain. Selon le chercheur Barry Carr, le CPUSA et la Comintern étaient préoccupés «par les insuffisances de la campagne anti-Trotsky du parti mexicain et par sa défense prétendument superficielle de la politique étrangère soviétique, en particulier la décision d'intervenir militairement en Finlande en novembre 1939». [12]

Le premier appel public pour le Congrès extraordinaire a été lancé en novembre. Des délégués du Comintern, en fait des agents de la GPU, ont commencé à arriver au Mexique en provenance d'Europe. Parmi eux se trouvait Vittorio Codovilla, qui avait été en poste en Espagne. Carr écrit que les envoyés du Comintern n'étaient pas satisfaits des préparatifs et de l'ordre du jour du congrès prévu.

«Codovilla a suggéré une réécriture complète de l'ordre du jour et une concentration sur un point essentiel «afin de ne pas distraire l'attention des délégués». Il a ensuite exposé la structure de l'ordre du jour révisé, en y incluant un nouveau point sur la lutte contre les ennemis du peuple (le thème principal étant la lutte contre le trotskysme...)

«Les envoyés n'ont pas limité leurs activités à des suggestions sur le format des documents préliminaires du Congrès extraordinaire. Ils ont également exhorté le parti à faire un «ménage» avant le Congrès, en expulsant les trotskystes... les services de communistes espagnols exilés ont été proposés pour cette dernière tâche.» [13]

Staline considérait Trotsky comme la menace politique la plus sérieuse pour son régime. Il en était venu à considérer la décision de déporter Trotsky d'Union soviétique en 1929 comme sa plus grande erreur politique. Staline avait supposé que Trotsky, isolé dans un pays étranger, serait incapable d’offrir une opposition sérieuse au Kremlin. Staline s'est trompé. Comme l'a noté Trotsky, «Les événements ont cependant montré qu'il est possible de participer à la vie politique sans posséder ni appareil ni ressources matérielles». Le biographe de Staline, Dmitri Volkogonov, qui avait accès aux documents privés de son sujet, a écrit que le dictateur était obsédé par «le fantôme de Trotsky».

«Il [Staline] pensait à Trotsky quand il devait s'asseoir et écouter Molotov, Kaganovich, Khrouchtchev et Zhdanov [membres du Politburo stalinien]. Trotsky était d'un autre calibre intellectuellement, avec sa maîtrise de l'organisation et ses talents d'orateur et d'écrivain. Il était en tout point supérieur à cette bande de bureaucrates, mais il était aussi supérieur à Staline et Staline le savait. «Comment ai-je pu laisser un tel ennemi me filer entre les doigts?» a-t-il presque gémi. Une fois, il a avoué à son petit cercle que cela avait été l'une des plus grandes erreurs de sa vie...

«La pensée que Trotsky parlait non seulement pour lui-même, mais aussi pour tous ses partisans silencieux et les opposants à l'intérieur de l'URSS, était particulièrement douloureuse pour Staline. Lorsqu'il a lu les ouvrages de Trotsky, tels que L'école de falsification de Staline, Une lettre ouverte aux membres du parti bolchevique ou Le thermidor stalinien, le leader a presque perdu tout son sang-froid.» [15]

La haine de Staline envers Trotsky n'était pas de nature purement, ni même principalement, personnelle. Les dimensions homicides de sa rage étaient l'expression concentrée de l'hostilité que la bureaucratie au pouvoir, en tant que caste privilégiée, ressentait envers son adversaire le plus implacable. Comme l'explique Trotsky dans «Le Comintern et la GPU»:

«La haine de l'oligarchie de Moscou à mon égard est engendrée par sa conviction profonde que je l'ai «trahie». Cette accusation a une signification historique qui lui est propre. La bureaucratie soviétique n'a pas élevé Staline au rang de leader immédiatement et sans hésitation. Jusqu'en 1924, Staline était inconnu, même dans les cercles les plus larges du parti, sans parler de la population, et comme je l'ai déjà dit, il ne jouissait pas d'une grande popularité dans les rangs de la bureaucratie elle-même. La nouvelle couche dirigeante espérait que j'entreprendrais la défense de ses privilèges. De nombreux efforts ont été déployés dans ce sens. Ce n'est qu'après que la bureaucratie fut convaincue que je n'avais pas l'intention de défendre ses intérêts contre les travailleurs, mais au contraire les intérêts des travailleurs contre la nouvelle aristocratie, que le virage complet vers Staline fut fait, et que je fus proclamé «traître». Cette épithète sur les lèvres de la caste privilégiée constitue la preuve de ma loyauté à la cause de la classe ouvrière. Ce n'est pas un hasard si 90% des révolutionnaires qui ont construit le parti bolchevique, fait la révolution d'octobre, créé l'État soviétique et l'Armée rouge, et mené la guerre civile ont été détruits en tant que «traîtres» au cours des douze dernières années. D'autre part, l'appareil stalinien a accueilli dans ses rangs, pendant cette période, des personnes dont l'écrasante majorité se trouvait de l'autre côté des barricades pendant les années de la révolution.» [16]

La dégénérescence politique et la décadence morale ne se sont pas limitées au Parti communiste soviétique. Le même processus insidieux a été observé dans l'ensemble du Comintern, dont le personnel dirigeant a été changé dans chaque pays en fonction des exigences politiques et idéologiques du Kremlin. Les dirigeants nationaux étaient choisis non pas sur la base de leur intransigeance révolutionnaire, de leur intelligence politique et de leur intégrité personnelle. Ce que le Kremlin recherchait chez les personnes qu'il choisissait comme dirigeants des partis nationaux était la mollesse, l'opportunisme et la volonté d’exécuter des ordres. Trotsky connaissait très bien le type de personnes que favorisait Staline:

«Manquant de stature, d'idées et d'influence indépendantes, les dirigeants des sections du Comintern ne savent que trop bien que leur position et leur réputation sont liées à la position et à la réputation du Kremlin. Sur le plan matériel, comme nous le verrons plus tard, ils vivent des subventions de la GPU. Leur lutte pour l'existence se résout donc en une défense enragée du Kremlin contre toute opposition. Ils ne peuvent pas ne pas sentir la justesse et donc le danger de la critique qui vient des soi-disant trotskystes. Mais cela ne fait que redoubler leur haine à mon égard et à l'égard de mes co-penseurs. Comme leurs maîtres du Kremlin, les dirigeants des partis communistes sont incapables de critiquer les idées réelles de la Quatrième Internationale et sont contraints de recourir à des falsifications et des coups montés qui sont exportés de Moscou en quantités illimitées. Il n'y a rien de «national» dans la conduite des staliniens mexicains; ils ne font que traduire en espagnol la politique de Staline et les ordres de la GPU.» [17]

Trotsky a documenté la corruption systématique des sections du Comintern encouragée par la GPU. Les pots-de-vin, soutenus par des menaces, ont remplacé l'argumentation politique comme moyen d'assurer la mise en œuvre des politiques souhaitées par le Kremlin.

Leon Trotsky

Le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale a intensifié la crainte de Staline à l'égard de Trotsky. Malgré l'espoir désespéré de Staline que Hitler adhérerait au pacte de non-agression et s'abstiendrait d'envahir l'Union soviétique, il réalisa certainement que, malgré toutes les concessions qu'il avait faites à Hitler, le danger d'une invasion allemande était très réel. Si et quand cela se produirait, les conséquences désastreuses de la politique de Staline – qui comprenait le lancement d'une purge sanglante de l'armée en 1937-38, impliquant l'anéantissement physique des généraux les plus expérimentés et les plus compétents de l'Armée rouge et d'environ trois quarts de son corps d'officiers – laisseraient le régime totalement discrédité. Les défaites subies par les armées tsaristes pendant la Première Guerre mondiale avaient été un facteur majeur dans l'éclatement de la Révolution russe à peine un peu plus de 20 ans plus tôt. Le tsar, qui avait assumé le commandement suprême de l'armée, a été balayé du pouvoir. N'y avait-il donc pas la possibilité qu'une nouvelle guerre entraîne un soulèvement au sein de l'Union soviétique, surtout si le déclenchement de la guerre était suivi de défaites causées par l'incompétence du régime? Staline connaissait certainement l'essai écrit en 1937 par le célèbre écrivain et révolutionnaire Victor Serge. Malgré toutes les persécutions, écrivait Serge, le «Vieil homme» – comme Trotsky était affectueusement appelé par tant de ses disciples – n'avait pas été oublié par le peuple soviétique.

«Tant que le vieil homme vivra, il n'y aura pas de sécurité pour la bureaucratie triomphante. Un esprit de la révolution d'Octobre demeure, et c'est l'esprit d'un vrai leader. Au premier choc, les masses se tourneront vers lui. Au troisième mois de la guerre, lorsque les difficultés commencent, rien n'empêchera la nation entière de se tourner vers «l'organisateur de la victoire».» [18]

Il y avait encore une autre raison pour laquelle Staline voulait la mort de Trotsky. Le dictateur du Kremlin savait que Trotsky travaillait sur une biographie de Staline. L'un des objectifs du raid du 24 mai était de détruire les archives de Trotsky. Staline a certainement supposé que parmi les documents de Trotsky se trouvait le manuscrit de la biographie, que le raid du 24 mai n'a pas réussi à localiser et à détruire. La seule façon d'empêcher l'achèvement de la biographie était d'assassiner son auteur. Staline craignait les conséquences de la révélation par Trotsky de son passé, de sa médiocrité politique, de son rôle mineur dans l'histoire du parti bolchevique avant 1917 et pendant la Révolution, de son incompétence pendant la guerre civile et, surtout, du schéma de déloyauté et de trahison qui amena Lénine à conclure, au début de 1923, que Staline devait être démis de son poste de secrétaire général. La détermination de Staline à empêcher l'achèvement et la publication de la biographie a certainement été un facteur majeur dans la très courte période – moins de trois mois – qui s'est écoulée entre l'assaut infructueux du 24 mai et l'assassinat perpétré par Ramon Mercader le 20 août 1940.

L'assassinat a, en effet, empêché l'achèvement de la biographie. Mais Trotsky a laissé derrière lui un grand manuscrit qui donne un aperçu extraordinaire de la personnalité de Staline et de son évolution politique. Ce n'est qu'en 1946 que la biographie de Trotsky fut publiée; mais cette version fut organisée de manière incompétente, mélangeant des chapitres complets avec des fragments de notes et des passages qui n'avaient pas été clairement intégrés par Trotsky dans le récit biographique. Le traducteur, Charles Malamuth, était incompétent. Dès 1939, sur la base de ce qu'il avait vu des premiers efforts de Malamuth pour traduire des sections du manuscrit, Trotsky se plaignit: «Malamuth semble avoir au moins trois qualités: il ne connaît pas le russe, il ne connaît pas l'anglais et il est extrêmement prétentieux.» [19]

Pire encore, après l'assassinat, Malamuth a pris des libertés extraordinaires avec le texte de Trotsky, en insérant arbitrairement ses propres mots et phrases, imposant intentionnellement à la biographie des opinions qui contredisaient directement celles de l'auteur. Les interpolations de Malamuth s'étendaient souvent sur plusieurs pages, diluant et déformant ainsi le récit tel qu'il était écrit par Trotsky. Ce fut la seule version de la biographie à laquelle le grand public eut accès pendant environ 70 ans. En 2016, une nouvelle version de la biographie a été publiée, avec une approche beaucoup plus consciencieuse de la traduction et de l'organisation du manuscrit et des fragments précédemment non assimilés. [20]

Dans le dernier volume de sa trilogie Trotsky, Isaac Deutscher a écrit que la biographie de Staline – même si l'auteur avait vécu pour la terminer – «serait probablement restée son œuvre la plus faible». Cette critique, qui découle des objections politiques de Deutscher à l'évaluation sans équivoque de Trotsky sur le stalinisme comme contre-révolutionnaire, est profondément erronée. Malgré le fait que la biographie ait été laissée incomplète, tant en ce qui concerne son contenu que l'absence évidente d'un processus d'édition finale qui aurait permis au grand écrivain de donner au manuscrit toute l'étendue de son art, le Staline de Trotsky est un chef-d'oeuvre. D'innombrables biographies de Staline ont été écrites, dont une par Deutscher qui présentait Staline comme un géant politique. Aucune de ces œuvres ne se rapproche de la biographie de Trotsky en termes de profondeur politique, de perspicacité psychologique et de génie littéraire.

La biographie de Trotsky s'appuie sur une connaissance inégalée de l'environnement économique, social, culturel et politique dans lequel le mouvement ouvrier révolutionnaire s'est développé dans le vaste Empire russe. La reconstitution de la personnalité de Staline par Trotsky n'est pas une caricature. La personnalité de Djughashvili-Staline, comme le démontre Trotsky, a été façonnée par les conditions arriérées de son éducation familiale et par l'environnement culturel et politique dans lequel se sont déroulées ses premières activités politiques.

Ce n'est pas le lieu pour un examen complet et détaillé de ce travail extraordinaire. Mais un élément crucial de la biographie sur lequel il faut attirer l'attention est la préoccupation de Trotsky pour les conditions objectives, et leur réflexion dans les processus subjectifs, qui ont rendu possible l'ascension de Staline au pouvoir suprême. Trotsky attire à plusieurs reprises l'attention sur le changement de la culture sociale du parti bolchevique au lendemain de la guerre civile. Le parti qui a mené la révolution a fourni un exemple héroïque «d'une telle solidarité, d'une telle résurgence idéaliste, d'une telle dévotion, d'un tel désintéressement» qui est presque sans comparaison avec tout autre mouvement de l'histoire. [21]

«Au sein du parti bolchevique, il y avait des débats internes, des conflits, en un mot, toutes ces choses qui font naturellement partie de l'existence humaine. Quant aux membres du Comité central, ils n'étaient eux aussi que des êtres humains, mais une époque particulière les a élevés au-dessus d'eux-mêmes. Sans idéaliser quoi que ce soit, et sans fermer les yeux sur les faiblesses humaines, nous pouvons néanmoins dire que, dans ces années-là, l'air que l'on respirait au sein du parti était celui des sommets des montagnes.» [22]

Mais l'atmosphère a changé au lendemain de la guerre civile, alors que de nouveaux éléments, non testés et socialement étrangers, ont afflué dans le parti. Des efforts épisodiques ont été déployés pour protéger le parti contre l'afflux de carriéristes. Mais les conditions objectives évoluaient dans une direction défavorable.

«Après la guerre civile, et surtout après la défaite de la révolution en Allemagne, les bolcheviks ne se sentent plus comme des guerriers en marche. En même temps, le Parti est passé de la période révolutionnaire à la période sédentaire. Les années de la guerre civile sont marquées par de nombreux mariages. Vers sa fin, les couples ont produit des enfants. La question des appartements, de l'ameublement, de la famille commence à prendre de plus en plus d'importance. Les liens de solidarité révolutionnaire qui avaient globalement surmonté les difficultés sont remplacés dans une large mesure par des liens de dépendance bureaucratique et matérielle. Auparavant, il était possible de gagner au moyen des seuls idéaux révolutionnaires. Aujourd'hui, de nombreuses personnes ont commencé à gagner grâce à des positions et des privilèges matériels.» [23]

Trotsky ne plaidait pas pour une ascèse perpétuelle et inaccessible, éloignée de toute préoccupation personnelle et matérielle. Il a lui-même eu quatre enfants. Il expliquait plutôt comment un environnement social conservateur s'est progressivement développé au sein du parti et a interagi avec des processus socio-économiques de grande envergure dans le pays, associés à la relance d'un marché capitaliste par la Nouvelle politique économique. Le regain d'importance de l'entreprise privée dans les campagnes a créé une acceptation soudaine et même un encouragement de l'inégalité sociale. L'accent mis par Trotsky et ses partisans dans l'opposition de gauche sur l'égalité a été remis en cause. Staline s'est adapté à ce climat et l'a exploité. L'égalité «a été proclamée par la bureaucratie comme un préjugé petit-bourgeois». L'animosité envers l'égalité s'accompagna d'une hostilité croissante à l'égard de la perspective de la révolution permanente:

«La théorie du «socialisme dans un seul pays» était défendue à cette époque par un bloc de la bureaucratie avec la petite-bourgeoisie agraire et urbaine. La lutte contre l'égalité a soudé la bureaucratie plus fortement que jamais, non seulement à la petite-bourgeoisie agraire et urbaine, mais aussi à l'aristocratie ouvrière. L'inégalité est devenue la base sociale commune, la source et la raison d'être de ces alliés. Ainsi, des liens économiques et politiques unissent la bureaucratie et la petite-bourgeoisie de 1923 à 1928.» [24]

La montée au pouvoir de Staline est liée à la cristallisation de l'appareil bureaucratique et à la prise de conscience de ses intérêts spécifiques. «À cet égard, Staline présente un phénomène tout à fait exceptionnel. Il n'est ni un penseur, ni un écrivain, ni un orateur. Il a pris le pouvoir avant que les masses n'aient appris à discerner sa figure des autres lors des marches de célébration sur la Place Rouge. Staline a accédé au pouvoir non pas grâce à des qualités personnelles, mais grâce à un appareil impersonnel. Et ce n'est pas lui qui a créé l'appareil, mais l'appareil qui l'a créé». [25]

Trotsky a brisé le «mythe de Staline» en révélant les relations socio-économiques et de classe dont il est issu. Ce mythe, a écrit Trotsky, «est dépourvu de toute qualité artistique. Il n'est capable d'étonner l'imagination qu'à travers le grandiose balayage de l'impudeur qui correspond tout à fait au caractère de la caste des arrivistes avides, qui souhaite hâter le jour où elle sera devenue maîtresse de maison». [26]

La description que fait Trotsky de la relation de Staline avec son entourage de satrapes corrompus rappelle les satires de Juvénal:

«Caligula a fait de son cheval préféré un sénateur. Staline n'a pas de cheval préféré et jusqu'à présent, il n'y a pas de député équin au Soviet suprême. Cependant, les membres du Soviet suprême ont aussi peu d'influence sur le cours des affaires en Union soviétique que le cheval de Caligula, ou même que l'influence de ses sénateurs sur les affaires de Rome. La Garde prétorienne se situait au-dessus du peuple et, dans un certain sens, même au-dessus de l'État. Elle devait avoir un empereur comme arbitre ultime. La bureaucratie stalinienne est un pendant moderne de la Garde prétorienne avec Staline comme chef suprême. Le pouvoir de Staline est une forme moderne de césarisme. C'est une monarchie sans couronne, et jusqu'à présent, sans héritier apparent.» [27]

Dans le domaine de la politique, Trotsky était le plus grand esprit de son époque. Il représentait une menace intolérable pour le régime stalinien, qui fonctionnait en fin de compte comme une agence de l'impérialisme mondial. Il ne pouvait pas lui permettre de vivre. Trotsky comprenait très bien les forces qui s'opposaient à lui: «Je peux donc affirmer que je vis sur cette terre non pas en accord avec la règle, mais comme une exception à la règle.» [28] Mais même face à un danger aussi extrême, Trotsky a maintenu un degré extraordinaire d'objectivité personnelle:

«Dans une époque réactionnaire comme la nôtre, un révolutionnaire est obligé de nager à contre-courant. Je le fais au mieux de mes capacités. La pression de la réaction mondiale s'est peut-être exprimée de la manière la plus implacable dans mon destin personnel et dans celui de mes proches. Je n'y vois aucun mérite: c'est le résultat de l'entrelacement de circonstances historiques. [29]

À suivre.

[1] Writings of Leon Trotsky 1939-40, p. 233

[2] Ibid, pp. 233-34

[3] Ibid, p. 235

[4] L’auteur de cet essai a eu de nombreuses discussions avec Harold Robins (1908-1987) pendant notre collaboration dans les années 1970 et 1980 à l’enquête du Comité international sur l’assassinat de Trotsky.

[5] Writings of Leon Trotsky 1939-40, p. 247

[6] Ibid, p. 248

[7] Ibid, p. 247

[8] Patenaude, Bertrand M., Trotsky: Downfall of a Revolutionary (HarperCollins e-books. Kindle Edition), p. 256

[9] “Healy’s Big Lie,” in Education for Socialists, December 1976, p. 36

[10] Writings of Leon Trotsky 1939-40, pp. 363-64

[11] Barry Carr, “Crisis in Mexican Communism: The Extraordinary Congress of the Mexican Communist Party, Science & Society, Spring, 1987, Vol. 51, No. 1, p. 50

[12] Ibid, p. 51

[13] Ibid, p. 54

[14] Writings of Leon Trotsky 1939-40, p. 352

[15] Stalin: Triumph & Tragedy, translated by Harold Shukman (New York, 1988), pp. 254-256.

[16] Writings of Leon Trotsky 1939-40, p, 350

[17] Ibid, p. 351

[18] From Lenin to Stalin (New York, 1937), p. 104

[19] Writings of Leon Trotsky: Supplement 1934-40 (New York, 1979), p. 830

[20] Le traducteur et éditeur de cette édition est Alan Woods. Bien qu’il soit associé à une tendance de gauche avec laquelle le Comité international a des désaccords politiques fondamentaux bien connus, les efforts de Woods dans la production de cette édition du Staline de Trotsky méritent d’être appréciés et salués.

[21] Leon Trotsky, Stalin, edited and translated by Alan Woods (London, 2016), p. 545

[22] Ibid

[23] Ibid

[24] Ibid, p. 565

[25] Ibid, p. 676

[26] Ibid, p. 672

[27] Ibid

[28] Writings of Leon Trotsky 1939-40, p. 250

[29] Ibid

(Article paru en anglais le 25 août 2020)