Allemagne: Le Parti de gauche se prépare à coopérer avec l’AfD d’extrême droite en Thuringe

Par Ulrich Rippert
28 janvier 2020

Dans le petit État de Thuringe, dans l’est de l’Allemagne, (un État équivoque une région administrative en Allemagne) on assiste à un développement qui illustre la situation dans l’ensemble du pays. La classe dirigeante et tous ses partis, du Parti de gauche à l’Alternative pour l’Allemagne (AfD), d’extrême droite, se rapprochent et se préparent à former une alliance contre la classe ouvrière.

Fin octobre, la coalition du Parti de gauche avec le Parti social-démocrate (SPD) et les Verts dirigée par Bodo Ramelow (Parti de gauche) a perdu sa majorité après cinq ans de gouvernement. Bien que le Parti de gauche ait pu améliorer légèrement sa part de vote à partir de 2014, le SPD a perdu 4,2 pour cent pour terminer avec 8,2 pour cent des voix. En même temps, les Verts ont à peine réussi à dépasser le seuil de 5 pour cent minimum pour la représentation parlementaire. L’Union chrétienne-démocrate (CDU), le parti de la chancelière allemande Angela Merkel, a également perdu plus de la moitié de ses voix.

L’AfD, avec son chef de région fasciste, Björn Höcke, a pu profiter en partie de la colère généralisée contre tous les autres partis bourgeois. L’AfD a doublé sa part de voix pour atteindre 23 pour cent. Depuis l’élection, Ramelow cherche à diriger un gouvernement de minorité de gauche/SPD/Verts avec le soutien de la CDU et des démocrates libres (FD).

L’ancien président allemand Joachim Gauck a rencontré Ramelow et le leader de la CDU en Thuringe, Mike Mohring, le 12 janvier pour un dîner et a exhorté la CDU à former une alliance avec le Parti de gauche. «Je devrais vraiment être capable de faire la différence entre un communiste pur et dur qui est membre du Parti de gauche. À l’opposé d’un ministre président issu de la tradition syndicale qui a déjà montré qu’il ne nuira pas à cette société avec son profil de gauche», a déclaré Gauck à la chaîne d’information n-tv.

Pendant l’existence de l’Allemagne de l’Est stalinienne (RDA) et plus tard, en tant que commissaire d’État pour les archives de la Stasi, l’ancienne police secrète stalinienne, Gauck était déjà connu comme un anticommuniste notoire. En tant que président allemand, il a joué un rôle clé, il y a six ans, dans la mise en œuvre du retour au militarisme allemand et à une politique étrangère impérialiste.

Répondant aux demandes répétées de Gauck, l’ancien ministre de longue date de la CDU, Dieter Althaus, a proposé un «gouvernement de projet» avec le Parti de gauche. Autrement dit, l’accord formerait le fond de collaboration entre les deux parties. Der Spiegel, l’hebdomadaire d’information, a rapporté le 9 janvier que Ramelow a vu la proposition de Gauck d’un bon œil. Selon la publication, Ramelow a déclaré qu’il accueillait favorablement «tout mouvement au sein de la CDU qui aboutit à un gouvernement fiable». En plus des discussions avec la CDU, le Parti de gauche a poursuivi les pourparlers de coalition avec le SPD et les Verts. Au total, ils avaient identifié 22 domaines politiques sur lesquels la CDU, le SPD et les Verts chercheront un terrain d’entente.

Rien de vraiment surprenant n’émerge de la collaboration entre le Parti de gauche et la CDU. Après tout, le Parti de gauche soutient depuis longtemps la coalition du CDU de l’Union chrétienne sociale (CSU) du SPD au niveau fédéral sur toutes les questions clés. Ce qui est significatif, c’est qu’en Thuringe, cette coopération inclut désormais l’AfD. Les liens entre la CDU et l’AfD sont particulièrement étroits dans le Land (région). La ligne de démarcation entre les deux parties est «fluide». Un grand nombre de membres de l’AfD étaient auparavant membres de la CDU, et la droite de la CDU s’efforce de coopérer avec l’AfD.

Lundi, la radio MDR, a invité toutes les parties à l’émission Fakt ist! (La réalité est que!) Au programme, il y avait Stefán Möller, le responsable des affaires parlementaires du groupe parlementaire de l’AfD. Möller a laissé entendre que son parti était plus que prêt à soutenir une coalition du Parti de gauche, du SPD et des Verts sur des questions clés. Son parti ne poursuivrait pas l’opposition à tout prix, mais «déciderait selon des critères purement objectifs basés sur le programme électoral de l’AfD». Déjà lors de la dernière session parlementaire, il y a eu des initiatives «où l’AfD était certainement d’accord avec le Parti de Gauche/SPD/Camp des Verts».

Benjamin-Immannuel Hoff, chef de la Chancellerie d’État, a répondu pour le Parti de gauche. Il a déclaré qu’un certain nombre de questions ont apparu dont les partis au pouvoir et les partis d’opposition avaient indiqué qu’ils voulaient chercher des solutions dans l’intérêt de l’État. Les partis ont déjà pratiqué des échanges entre eux ces dernières années entre le Parti de gauche, le SPD et les Verts, a-t-il poursuivi.

Indépendamment des «lignes politiques et idéologiques divergentes» qui existent entre les partis, une coopération efficace sur les questions techniques est non seulement possible, mais nécessaire, Hoff a noté. Ensuite, il a commenté cyniquement: «Je ne rédigerai certainement pas avec M. Höcke une loi qui qualifie le mémorial de l’Holocauste à Berlin de mémorial de la honte». Cependant, les questions liées au règlement financier municipal pourraient certainement être discutées et résolues avec les politiciens municipaux de l’AfD, a-t-il ajouté.

Hoff est un représentant typique de la droite du Parti de gauche, qui est procapitaliste. Il a gagné ses galons politiques à Berlin lorsque le gouvernement de l’État (région) du SPD et du parti de gauche était au pouvoir. En tant que secrétaire d’État à la Santé, à l’environnement et à la protection des consommateurs, il a participé à l’élaboration des réductions des dépenses sociales et d’autres mesures d’austérité.

En tant que ministre d’État à la culture et chef de la chancellerie d’État de Thuringe, il a participé en novembre dernier à une cérémonie publique de serment d’allégeance pour les nouveaux soldats. Il a défilé aux côtés du général de brigade Gunnar Brügner et a appelé à un rapprochement entre le public et l’armée.

Le soutien de l’AfD à la coalition du Parti de gauche, du SPD et des Verts n’est pas venu de nulle part. Au cours des cinq dernières années, Ramelow a effectivement adopté les politiques de l’AfD à l’égard des réfugiés et avec des mesures anti-ouvrières. Depuis que le Parti de gauche est arrivé au pouvoir à Erfurt il y a cinq ans, la Thuringe a le deuxième taux moyen d’expulsions le plus élevé d’Allemagne. Rien que l’année dernière, son gouvernement a été à l’origine de 1650 expulsions. Les organisations d’aide aux réfugiés ont critiqué les pratiques impitoyables du gouvernement en matière d’expulsion à plusieurs reprises.

En matière de politique intérieure, Ramelow et le Parti de gauche ont poursuivi un programme de maintien de l’ordre strict. Ils se vantent même d’aller plus loin que la CDU. Leur programme électoral précise: «Alors que la CDU a réduit le nombre de stagiaires de la police à 120 par an d’ici 2014, nous avons inversé la tendance à la baisse. Nous avons augmenté le nombre de stagiaires de la police au cours des années successives pour atteindre 300 en 2019».

Le nouvel accord de coalition poursuit ce programme de maintien de l’ordre. Il stipule: «Nous déclarons notre soutien à une force de police d’État moderne, complète, proche des citoyens et prête à être déployée. Nous la soutiendrons par des mises à niveau appropriées des équipements et des innovations nécessaires. Nous développerons également la prévention, qui est tout aussi importante pour la sécurité publique, en adoptant une approche axée sur les résultats.»

Le renforcement de l’appareil d’État répressif se fera rapidement. «À cette fin, nous allons revoir les effectifs de police déjà convenus d’ici 2025. Cette étude encadra notre stratégie de développement du personnel. On va garantir ainsi la réalisation de l’objectif de l’augmentation requise des effectifs et du plan à long terme nécessaire pour les nouvelles embauches et les départs», indique le nouvel accord de coalition.

Malgré ce langage abscons et bureaucratique, c’est clair que le renforcement de l’appareil de répression de l’État est dirigé contre l’opposition croissante de la classe ouvrière. Les conditions sociales en Thuringe sont explosives. Elle compte parmi les plus pauvres des États allemands. Selon les chiffres actuels de l’Office fédéral des statistiques, un ménage sur six (16,6 pour cent) est menacé de pauvreté, dont un cinquième des enfants et des jeunes de moins de 18 ans.

Les politiques de droite du Parti de gauche et sa collaboration avec tous les autres partis ouvrent la voie aux luttes de classes à venir et renforcent l’AfD.

Trente ans après la réunification allemande, les effets sociaux et politiques de la réintroduction des rapports de propriété capitaliste dans l’ancienne RDA sont évidents pour tous. On a utilisé le déclin social à l’Est comme un bélier pour décimer les conditions sociales à l’Ouest, et créer un énorme secteur à bas salaires et imposer la misère sociale. Dans le même temps, la classe dirigeante a réagi à la crise capitaliste mondiale en se réarmant et en se préparant à la guerre, et en construisant l’ADF comme un parti fasciste.

Pour combattre le danger fasciste, le rôle joué par le parti de gauche doit être clairement énoncé. Avec sa politique pro-capitaliste de droite, le parti, dont le prédécesseur a organisé la réintroduction des rapports de propriété capitaliste en RDA il y a 30 ans, porte une responsabilité significative dans la montée de l’AfD. En particulier, le fait que le parti ait imposé une catastrophe sociale tout en se présentant comme un parti nominalement «de gauche» a intensifié la frustration sociale et la confusion politique que l’extrême droite exploite.

Il est nécessaire d’en tirer les leçons. Dans le contexte de la crise capitaliste la plus profonde depuis les années 1930, tous les partis établis resserrent les rangs et s’orientent politiquement vers l’AfD. On peut seulement arrêter le retour de la classe dirigeante au militarisme, au fascisme et à la guerre par la mobilisation de la classe ouvrière internationale de manière indépendante sur un programme socialiste. La question décisive est la construction du Sozialistische Gleichheitspartei (SGP — Parti de l’égalité socialiste) et du Comité international de la Quatrième Internationale comme direction révolutionnaire de la classe ouvrière.

(Article paru d’abord en anglais 27 janvier 2020)