A Davos, le gouvernement espagnol du PSOE-Podemos montre ses références aux banques

Par Alejandro López
28 janvier 2020

Le premier ministre espagnol récemment installé, Pedro Sánchez, s'est envolé pour Davos afin de montrer les références de son gouvernement aux centaines de banquiers, de dirigeants d'entreprises, de célébrités, de chefs d'État et de membres de cabinet qui ont participé au 50e Forum économique mondial (WEF) annuel de la ville suisse.

Dans son discours, Sánchez a souligné que son nouveau gouvernement de coalition du Parti socialiste (PSOE) et Podemos s'est engagé à faire preuve d'austérité: «Nous maintenons notre engagement à réduire le déficit et le niveau de la dette publique, ce qui générera sans aucun doute une plus grande confiance parmi les agents économiques et nous permettra d'avoir un gouvernement avec de plus grandes possibilités d'action et d'investissements futurs.»

Spanish Prime Minister Pedro Sanchez addresses the annual meeting of the World Economic Forum in Davos, Switzerland, Wednesday, Jan. 23, 2019 (Photo Credit- Markus Schreiber/AP)

Son discours a été bien accueilli, obtenant l'aval du capital financier international. Lors d'une réunion à huis clos sur l'Espagne avec des investisseurs, Franck Petitgas, responsable des opérations internationales chez Morgan Stanley, a déclaré à Sánchez que «sur les marchés, nous "achetons" vos arguments, Monsieur le Président. Nous pensons que vous dirigerez un gouvernement responsable en matière économique et nous ne sommes pas inquiets.»

Le secrétaire général de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Ángel Gurría, a présenté Sánchez au forum comme «l'un des grands champions du multilatéralisme». Gurría a déclaré dans une interview à EURACTIV que M. Sánchez «a été très clair hier, lorsque je l'ai présenté ici dans le forum, sur les réformes et sur son programme. Nous allons le soutenir, et nous allons travailler avec lui et pour lui afin qu'il réussisse.»

L'accord du PSOE avec Podemos, négocié avec les fédérations d'entreprises et les syndicats espagnols, qui augmente le salaire minimum de 5,5 %, soit de 59,8 euros, à 1 108 euros ($1 230) brut par mois, n'a pas été discuté. Les participants ont partagé l'avis du président de la Confédération des organisations d'employeurs, Antonio Garamendi, qui a déclaré que «nous aurions aimé que [l'augmentation] soit un peu plus faible», mais ils ont été satisfaits de constater que le chiffre convenu était inférieur aux 1167 euros initialement proposés.

Les banques comprennent si bien le rôle réactionnaire du parti de pseudo-gauche Podemos qu'après une réunion avec des investisseurs à Davos, Sánchez a souri et en a parlé aux journalistes: «Ils ne m'ont même pas posé de questions sur Podemos, c'est moi qui ai dû soulever le problème.»

Il y a cinq ans à peine, des représentants de l'aristocratie financière espagnole comme Ana Botín (PDG du groupe Santander, cinquième banque européenne), Francisco González (ancien PDG de BBVA, deuxième banque espagnole) et Ignacio Sánchez Galán (PDG d'Iberdrola, l'une des plus grandes compagnies d'électricité du monde) ont dû se rendre à Davos pour calmer les investisseurs au sujet d'un éventuel gouvernement de Podemos. Le milliardaire américain et gestionnaire de fonds spéculatifs Raymond Dalio a lancé un avertissement: «En Europe, les partis comme Podemos en Espagne se multiplient.»

Podemos avait été fondé l'année précédente, devenant le bienfaiteur immérité de l'opposition sociale croissante à l'austérité, au militarisme et aux attaques contre les droits démocratiques. Les voix de Podemos ont augmenté de manière significative, passant de 1,2 million (8 % des voix) aux élections européennes de 2014 à 3 millions (12 %) aux élections générales de 2015. Son chef, Pablo Iglesias, a lancé des phrases sur la «caste», comprenant le Parti populaire (PP) et le PSOE, et a fait des promesses démagogiques pour renverser l'austérité.

Cinq ans plus tard, El Confidencial Digital a cité des sources autour de Davos qui ont déclaré que la principale conclusion sur l'Espagne est que «Pedro Sánchez a désactivé Podemos. C'est le message que les PDG de Santander et d'Iberdrola ont reçu. Ils ont également reçu les félicitations de quelques cadres éminents de divers secteurs.»

Le fait est que Podemos n'a pas été «désactivé». Podemos n'a jamais été créé pour menacer le capitalisme espagnol ou européen. Réceptacle des forces de la petite bourgeoisie stalinienne ou pabliste dont les ancêtres ont négocié la Transition vers la démocratie parlementaire en 1978 avec le régime fasciste franquiste précédent, il a toujours fait partie intégrante de l'establishment espagnol.

Podemos, comme l'a mis en garde le WSWS quelques semaines après sa fondation en janvier 2014, était une «fraude politique» qui cherchait «avant tout à désarmer politiquement la classe ouvrière». Il était basé sur les théories postmodernes du «populisme de gauche» rejetant le rôle révolutionnaire de la classe ouvrière, la lutte des classes et le socialisme. Le WSWS a écrit que Podemos visait à empêcher «une rébellion de la classe ouvrière contre les partis sociaux-démocrates et la bureaucratie syndicale et à canaliser le mécontentement dans des formations soi-disant radicales, mais pro-capitalistes.»

Terrifié par l'essor international croissant de la classe ouvrière et reflétant les craintes de la classe dirigeante quant à la position internationale de l'impérialisme espagnol au milieu des guerres néocoloniales, des guerres commerciales et des divisions croissantes au sein de l'Union européenne, Podemos a soutenu un gouvernement dirigé par le PSOE en 2018. Après les élections de 2019, il a formé un gouvernement de coalition. Le parti de pseudo-gauche a calculé que ce serait le meilleur moyen de supprimer l'opposition sociale croissante à l'austérité et au militarisme, et enrichir une couche de jeunes de la classe moyenne aisée pour laquelle il s' exprimait.

Ces politiques réactionnaires renforcent, comme on pouvait s'y attendre, les tendances d'extrême droite de la politique bourgeoise espagnole qui bénéficient sans doute aussi d'un soutien important parmi les oligarques réunis à Davos.

Le pouvoir judiciaire s'efforce de mettre un terme aux tentatives du PSOE de suspendre temporairement la répression des nationalistes catalans afin d'obtenir leur soutien au budget d'austérité du PSOE. Le PSOE et Podemos ont supervisé la campagne anti-catalane de Madrid pendant des années, y compris le soutien à la répression violente des manifestants, les machinations judiciaires, le procès spectacle et l'incarcération des dirigeants nationalistes catalans et l'adoption de lois anti-démocratiques, comme la loi du «bâillon» numérique.

Jeudi, la Cour suprême espagnole a déchu le Premier ministre régional catalan Quim Torra de son siège au parlement régional jusqu'à ce qu'une sentence finale soit rendue sur son interdiction d'exercer une fonction publique. En décembre, la Haute Cour régionale de Catalogne a déclaré Torra coupable de désobéissance pour avoir refusé de retirer des banderoles de soutien aux leaders indépendantistes emprisonnés.

Torra a refusé de se retirer. Le président du parlement catalan, Roger Torrent, qui s'est publiquement opposé à la révocation de Torra, est maintenant menacé par la Cour suprême. Il pourrait être accusé de désobéissance.

Le débat public est de plus en plus dicté par le parti fascisant Vox, dont les résolutions, la politique et les discours sont largement promus par les médias et l'establishment politique.

La semaine dernière, les projets de la région de Murcie - dirigée par les partis de droite - visant à obliger les écoles à demander aux parents la permission d'organiser «des conférences, des ateliers ou des activités ayant une portée idéologique ou morale contraire à leurs convictions», ont fait la une des journaux dans toute l'Espagne. Pour l'instant, ces plans visent principalement des discussions sur l'éducation sexuelle et les droits des LGBTI+. Cette mesure, qui ne bénéficie d'aucun soutien populaire, vise à mobiliser la base catholique d'extrême droite de Vox.

Quelques jours plus tard, Vox a de nouveau dominé le débat en proposant au Parlement d'interdire les partis nationalistes catalans et basques. La mesure toucherait six partis représentés au Parlement espagnol.

La semaine s'est terminée par la demande de démission du ministre des transports José Luis Ábalos par les partis d'opposition de droite, après qu'il eut été révélé qu'il avait rencontré secrètement la vice-présidente vénézuélienne Delcy Rodríguez tôt lundi matin à l'aéroport de Madrid. Les sanctions de l'Union européenne, soutenues et conçues par le précédent gouvernement du PSOE, interdisent à M. Rodríguez d'entrer dans l'espace aérien de l'Union européenne.

(Article paru en anglais le 27 janvier 2020)