Tandis que la population appuie de plus en plus la lutte des enseignants de l'Ontario, le gouvernement dénonce les débrayages

Par Carl Bronski et Roger Jordan
27 janvier 2020

Les 80.000 enseignants des écoles primaires de l'Ontario poursuivront cette semaine la campagne de grèves régionales tournantes qu'ils ont lancée lundi dernier contre l'attaque du gouvernement conservateur de l'Ontario contre l'éducation publique et ses demandes de réduction de leurs salaires réels.

La Fédération des enseignants des écoles secondaires de l'Ontario (FEESO), l'un des trois autres syndicats qui représentent les enseignants des écoles publiques et catholiques financées par l'État de la province, devrait également organiser au moins une journée de grève régionale.

Les négociations étant dans l'impasse en raison de la volonté du gouvernement de réduire de plusieurs milliards les dépenses en matière d'éducation dans les années à venir, le premier ministre populiste de droite de l'Ontario, Doug Ford, et le ministre de l'Éducation Stephen Lecce tentent de jeter les bases politiques d'une législation d'urgence sur le retour au travail afin de criminaliser tout moyen de pression des enseignants. Lors d'un entretien avec les journalistes vendredi, Ford a affirmé que son gouvernement n'avait pas l'intention de suspendre le droit de grève des enseignants, mais a ajouté: «Ma patience ne peut pas durer éternellement».

En novembre dernier déjà, les conservateurs ont adopté une loi, la loi 124 sur la Protection d'un secteur public durable pour les générations futures, qui limite les augmentations de salaires et d'avantages sociaux pour les quelque 200.000 enseignants de la province et les 800.000 autres travailleurs du secteur public à 1 % par an seulement, soit un taux bien inférieur au taux d'inflation, pour les trois prochaines années.

Chaque jour de la semaine dernière, les enseignants des écoles primaires ont débrayé dans les différentes commissions scolaires de la province. Reflétant les efforts du syndicat pour dissiper l'opposition de la classe ouvrière et empêcher un affrontement direct avec le gouvernement Ford, la Fédération des enseignants de l’élémentaire de l’Ontario (FEEO) n'a pas tenté de coordonner les grèves d'une journée avec les actions prévues par l'FEESO et l'Ontario English Catholic Teachers Association (OECTA). Cela va de pair avec l'opposition des syndicats à toute action conjointe et à toute remise en question du gouvernement, depuis que les contrats de près d'un quart de million d'enseignants et de personnel de soutien à l'éducation ont expiré en août dernier.

Mardi, tous les 45.000 enseignants des écoles catholiques ont participé à leur première journée d'action et mercredi, les 60.000 membres de la FEESO ont tenu leur cinquième journée de grève régionale tournante d’une fois par semaine.

Les enseignants sont déterminés à annuler les centaines de millions de dollars de coupes imposées aux services de soutien à l'éducation, et à faire échouer les plans du gouvernement visant à introduire des cours en ligne obligatoires et à augmenter considérablement la taille des classes dans les niveaux supérieurs. Cette dernière mesure entraînera la suppression de 10.000 postes d'enseignants et de nombreux cours facultatifs.

«Ce n'est jamais, jamais une bonne chose que les classes soient plus grandes» a déclaré un enseignant en grève de l'école primaire de Toronto au World Socialist Web Site. «Le public le sait. J'ai été stupéfait de voir le nombre de voitures qui klaxonnaient pour nous soutenir sur le piquet de grève, le nombre de personnes qui s'arrêtaient pour nous apporter du café et des beignets, et le nombre de parents qui sont venus avec leurs enfants pour marcher avec nous.»

«Toutes augmentations de salaire que nous obtenons sont englouties par l'inflation, mais aussi par la réduction des avantages dans les contrats passés par le gouvernement libéral. Les plafonds des prestations dentaires et médicales que nous pouvons réclamer ont été affaiblis et c'est un gros problème pour les personnes ayant des problèmes de santé. Ils ont réduit nos prestations et, lorsque certains d'entre nous doivent interrompre leur traitement et que leur état de santé s'aggrave, ils s'en prennent à nous pour cause d'absentéisme. Ils veulent avoir le beurre et l'argent du beurre».

Un sondage diffusé par TVO cette semaine confirme que les enseignants bénéficient d'un large soutien de la part du public. Cinquante-sept pour cent des personnes interrogées ont déclaré soutenir les enseignants, tandis que seulement 30 % ont indiqué qu'ils soutenaient les augmentations des effectifs des classes et les coupes du gouvernement Ford.

Une autre question clé pour les enseignants est le soutien supplémentaire aux élèves ayant des besoins spéciaux, que le gouvernement est en train de détruire. Une ancienne enseignante d'école primaire qui fera la grève à Waterloo lundi nous a dit: «Le gouvernement veut augmenter la taille des classes dans des conditions où il y a de plus en plus d'élèves ayant des besoins individuels. La taille des classes a augmenté au fil du temps et avec ce gouvernement, elle augmentera encore plus.»

«Lecce veut juste parler de l'avidité des enseignants et du fait que nous voulons plus que le plafond salarial de 1 % fixé par le gouvernement. C'est parce qu'il ne veut pas attirer l'attention sur les autres questions plus importantes comme la taille des classes. Dans ma région, nous n'avons même pas eu de discussion sur l'argent et Lecce ne veut même pas dire que son plafond est négociable. Un pour cent, cependant, érode nos salaires pendant la durée du contrat».

Le gouvernement Ford refuse effectivement de négocier. Les négociateurs de la FEEO et du gouvernement se sont rencontrés pour la dernière fois le 19 décembre, et le gouvernement n'a prévu aucune rencontre avec la FEEO, l'OECTA ou la FESSO. Les seules dates de négociation prévues sont deux dans la semaine à venir avec l'Association des enseignants franco-ontariens, qui représente les enseignants des conseils scolaires de langue française de la province.

Néanmoins, le gouvernement et la presse continuent de dénigrer les enseignants, les accusant de prendre les étudiants en «otage», alors qu'ils résistent aux plans de Ford visant à ravager l'éducation publique.

Dans une déclaration cette semaine, Lecce a attaqué les «dirigeants des syndicats d'enseignants» pour avoir rompu «leur promesse de ne pas nuire à l'apprentissage des élèves en retirant les services destinés à nos enfants, notamment les tests de mathématiques de l'OQRE, les activités extrascolaires et les bulletins scolaires». Lecce, qui semble avoir oublié que le droit de grève est accordé à tous les enseignants, a déclaré avec arrogance dans une déclaration. «Les étudiants méritent mieux, et surtout, notre gouvernement estime qu'ils méritent d'être en classe».

Si Lecce peut exprimer publiquement un tel mépris pour les enseignants, malgré le large soutien public dont ils bénéficient, c'est avant tout grâce au rôle désastreux joué par les syndicats d'enseignants et leurs alliés au sein de la Fédération du travail de l'Ontario.

Soucieux d'éviter que la lutte des enseignants ne devienne le fer de lance d'une contestation ouvrière au gouvernement Ford, ils ont tous scrupuleusement évité de parler de la menace d'une législation de retour au travail. En effet, les syndicats d'enseignants entendent se soumettre docilement à une attaque aussi flagrante contre les droits des travailleurs, et se dérober aux demandes d'action en disant aux enseignants que la seule façon d'avancer est de contester la constitutionnalité de la législation devant les tribunaux et de voter pour les libéraux ou le NPD, c'est-à-dire les autres partis proaustérité de l’establishment en 2022.

Les grévistes commencent à voir clair dans cette mascarade. Un gréviste de Toronto a déclaré à notre reporter: «Je pensais à la dernière grande grève de 2012 et à la manière dont le gouvernement libéral a utilisé la loi de retour au travail contre nous et dont les tribunaux ont ensuite jugé cette loi inconstitutionnelle parce qu'elle portait atteinte à nos droits de négociation. J'ai donc demandé (à un responsable syndical), comme si je ne faisais que lancer un ballon d'essai, que si les tribunaux décidaient cela à l'époque, peut-être que nous pourrions ignorer toute nouvelle législation conservatrice parce que ce genre d'ingérence a déjà été jugé inconstitutionnel. Il n'a pas aimé cette idée et a dit que nous ne pouvions pas faire cela et que nous devrions retourner au travail et ensuite aller au tribunal à nouveau».

L'enseignant faisait référence à l'interdiction d'une grève par le gouvernement libéral de Dalton McGuinty en Ontario en 2012. Quatre ans après la grève, un juge a statué que les libéraux avaient «considérablement entravé» les droits de négociation des enseignants. Néanmoins, il a refusé d'imposer une sanction ou une réparation, se contentant de dire que les syndicats et le gouvernement pouvaient désormais relancer les discussions.

Le dernier mouvement de grève des enseignants, d'une ampleur similaire à celle de l'actuelle bataille des contrats, s'est produit en 1997, en opposition au gouvernement conservateur de Mike Harris, qui, comme l'actuel gouvernement Ford, a été chargé par la grande entreprise de réduire les services publics et d'intensifier l'exploitation de la classe ouvrière.

Une enseignante de Waterloo a réfléchi à l'expérience de cette précédente grève. «J'ai participé à la grande grève de deux semaines contre les attaques du gouvernement (Harris) contre les enseignants en 1997», a-t-elle déclaré. «Ensuite, nous avons renoncé aux augmentations de salaire pendant des années pour essayer de sauver des programmes comme la musique, l'art et les bibliothèques. Oui, nous avons reçu le soutien des parents à l'époque, mais nous recevons encore plus de soutien maintenant parce que les gens ont vu que personne n'a rien obtenu après la fin de la grève».

Le défi auquel sont confrontés les enseignants consiste à traduire le large soutien populaire dont ils bénéficient pour défendre l'éducation publique en un mouvement politique de masse capable de faire échouer le programme d'austérité de Ford, qui est soutenu par l'ensemble de l'élite dirigeante. Cela nécessite la formation par les enseignants et leurs partisans de comités de grève indépendants pour retirer la conduite de la lutte des mains des syndicats procapitalistes. Ces comités doivent appeler à une grève de tous les éducateurs à l'échelle de la province et se préparer à défier toute loi contre les grèves en faisant appel au soutien des travailleurs à travers le pays et à l'échelle internationale.

Ils doivent avant tout reconnaître que leur combat n'est pas simplement un conflit de négociation collective. Il s'agit plutôt d'une lutte politique contre l'élite dirigeante et son système capitaliste qui ne peut être menée avec succès que dans le cadre de la lutte pour un gouvernement ouvrier engagé dans des politiques socialistes, afin que les vastes richesses de la société puissent être utilisées pour répondre aux besoins sociaux fondamentaux, notamment une éducation publique de qualité.

(Article paru en anglais le 25 janvier 2020)

Les auteurs recommandent également:

Il faut bâtir des comités de la base et préparer une grève générale politique contre le gouvernement de l’Ontario [15 juillet 2019]