Erdogan s'engage à envoyer des troupes turques en Libye

Par Bill Van Auken
28 décembre 2019

Le président Recep Tayyip Erdogan a annoncé jeudi qu'Ankara déploiera des troupes turques en Libye, affirmant que le Gouvernement d'accord national (GNA) basé à Tripoli a demandé un soutien militaire.

L'envoi d'unités militaires turques dans ce pays d'Afrique du Nord déchiré par la guerre menace d'exacerber une tension de plus en plus complexe et croissante entre Ankara, Moscou et Washington.

Le GNA, dirigé par le Premier ministre Fayez al-Sarraj, est assiégé par l'«Armée nationale libyenne» du général Khalifa Haftar, qui est liée à un gouvernement rival basé dans la ville portuaire de Tobrouk, dans l'est de la Libye. La Turquie et le GNA ont signé le mois dernier des accords couvrant l'aide militaire et la délimitation des frontières maritimes que le gouvernement Erdogan invoque pour revendiquer l'exclusivité des vastes réserves de gaz et de pétrole sous la Méditerranée orientale.

«Comme il y a une invitation [de la Libye] en ce moment, nous allons l'accepter», a déclaré M. Erdogan lors d'une réunion de son parti au pouvoir, le Parti de la justice et du développement (AKP). «Sur la base de notre mémorandum d'accord sur la coopération sécuritaire et militaire, nous soumettrons une motion pour le déploiement des troupes au parlement en tant que premier point après la réouverture de celui-ci.»

L'«invitation» de la Libye n'avait pas encore été rendue publique, car M. Erdogan a promis que le déploiement des troupes turques serait approuvé d'ici le retour du Parlement turc le 8 janvier.
Le projet d'envoi de troupes turques en Libye menace d'intensifier un conflit qui a des implications de grande envergure. Bien que le GNA soit reconnu comme le gouvernement «légitime» de la Libye par les Nations Unies, il contrôle peu de territoire à l'extérieur de la capitale de Tripoli, qui est maintenant assiégée. Elle dépend d'un ensemble de milices islamistes et régionales pour sa défense.

Haftar, un ancien général du gouvernement libyen de Mouammar Kadhafi, qui a fait défection aux États-Unis et est devenu un «agent» de longue date de la CIA, est soutenu par l’Égypte, l'Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis, la Russie et la France. Et, alors que Washington soutient officiellement le GNA, le président américain Donald Trump a loué Haftar en avril dernier pour son «rôle significatif dans la lutte contre le terrorisme et la sécurisation des ressources pétrolières de la Libye.»

La fracture du gouvernement libyen en deux factions rivales en guerre l'une contre l'autre est le produit final de la guerre d'agression des États-Unis et de l'OTAN de 2011, qui ont eu recours à des bombardements aériens massifs et à l'utilisation de milices islamistes comme troupes par procuration au sol, et qui a abouti au renversement et au meurtre de Kadhafi. L'intervention impérialiste, qui a brisé l'infrastructure de la Libye et a coûté la vie à des dizaines de milliers de personnes, a transformé ce qui était la nation la plus riche d'Afrique en ce que l'on appelle un «État défaillant», qui a depuis subi huit ans de guerre civile ininterrompue.

La menace d'Erdogan d'envoyer des troupes en Libye fait partie d'une politique de plus en plus belliqueuse par laquelle Ankara a cherché à faire avancer les intérêts de la bourgeoisie turque tout en alimentant le nationalisme comme moyen de détourner vers l'extérieur les tensions de classe croissantes de la Turquie.

Les relations de la Turquie avec la Libye remontent à l'Empire ottoman, qui a gouverné le territoire du 16ème siècle jusqu'à la guerre de conquête coloniale italienne de 1911-12, dans laquelle Mustafa Kemal Ataturk, qui allait fonder la République de Turquie une décennie plus tard, a servi comme volontaire pour combattre les Italiens. Le régime actuel du GNA à Tripoli serait politiquement aligné sur les Frères musulmans, ce qui lui vaut la sympathie politique de la Turquie mais en fait un anathème pour les régimes d'Égypte, d'Arabie Saoudite et des Émirats arabes unis.

L'armée nationale libyenne de Haftar a accusé les services de renseignement turcs d'avoir fait entrer en Libye, via la Tunisie, des combattants de l'ancienne filiale syrienne d'Al-Qaïda, le Front al-Nusra, pour soutenir le GNA. Erdogan a effectué une visite en Tunisie mercredi, consolidant une alliance de soutien au gouvernement de Tripoli, tout en publiant une déclaration commune en faveur d'un cessez-le-feu.

Le déploiement de troupes turques en Libye a le potentiel de déclencher un affrontement avec la Russie, qui soutient Haftar. Le gouvernement d'Erdogan a accusé les mercenaires de l'entreprise de sécurité Wagner liée au Kremlin d'être sur le terrain pour soutenir les forces de Haftar, une accusation que Moscou a démentie.

Une rencontre entre Erdogan et le président russe Vladimir Poutine est prévue à Ankara au cours de la première semaine de la nouvelle année, dont la Libye sera l'un des premiers points à l'ordre du jour. Le conflit dans ce pays d'Afrique du Nord est encadré par les deux pays à la lumière de leur accord tendu en Syrie, où ils ont organisé des patrouilles communes à la frontière entre la Turquie et le nord-est de la Syrie.

Entre-temps, il y a toujours la menace d'un conflit au sujet de l'offensive soutenue par la Russie du gouvernement syrien du président Bachar al-Assad pour reprendre la province nord-ouest d'Idlib, où la Turquie a déployé des troupes et a fourni un soutien aux milices islamistes.

Le gouvernement d'Erdogan a envoyé une délégation à Moscou cette semaine pour tenter de négocier un cessez-le-feu à Idlib. La Turquie craint qu'une poursuite de l'offensive n'envoie une nouvelle vague de réfugiés à travers ses frontières, dans des conditions où quelque 3,6 millions de Syriens y ont déjà trouvé refuge pour échapper au carnage déclenché par la guerre pour le changement de régime orchestrée par les États-Unis.
Les tensions entre Ankara et Moscou ne sont dépassées que par celles entre le gouvernement Erdogan et Washington.

Erdogan a fait la menace dans un récent entretien télévisé selon laquelle la Turquie «pourrait fermer Incirlik et Kurecik», deux bases aériennes qui ont joué un rôle majeur dans les opérations militaires américaines au Moyen-Orient, et où les États-Unis stockent des armes nucléaires et entretiennent des installations radar essentielles.

Cette déclaration a été faite en réponse à la menace croissante de sanctions radicales américaines contre la Turquie pour l'achat d'un système de missiles S-400 russe. Washington a déjà interdit à la Turquie de participer au développement et au déploiement de son avion d'attaque interarmées F-35 au motif que la Russie pourrait utiliser le radar du système S-400 pour compromettre les capacités de l'avion. Ankara a à son tour menacé d'acheter des avions de combat russes à la place.

Le secrétaire américain à la défense Mark Esper a répondu à ces menaces en disant que la décision de la Turquie de ne pas accueillir de bases de l'OTAN remettait en question son «engagement envers l'alliance». Auparavant, il avait déclaré à plusieurs reprises qu'Ankara quittait «l'orbite de l'OTAN».

Les tensions entre Ankara et l'OTAN, alliance dirigée par les États-Unis, n'ont fait que s'aggraver depuis que Washington et Berlin ont soutenu un coup d’État militaire avorté en 2016 pour renverser et assassiner Erdogan en raison de ses liens avec la Russie.

L'accord entre le gouvernement d'Erdogan et le régime du GNA à Tripoli a également de profondes implications pour une crise de plus en plus aiguë en Méditerranée orientale, où la dévastation causée par des décennies d'interventions militaires américaines au Moyen-Orient menace de déborder sur un conflit impliquant toutes les grandes puissances.

Le mémorandum signé entre Ankara et l'Assemblée nationale libyenne revendique de vastes étendues de la Méditerranée orientale comme zone économique exclusive (ZEE), y compris les eaux au large de Chypre, de l'île grecque de Crète et de l’Égypte, ainsi que des réserves de pétrole et de gaz naturel en mer dont la valeur est estimée à plusieurs centaines de milliards de dollars.

Washington a répondu aux revendications de la Turquie par un changement marqué de soutien à la Grèce et à Chypre, où il a levé un embargo sur les armes vieux de plusieurs décennies.

Les guerres en Syrie et en Libye, combinées à la lutte pour le contrôle des réserves énergétiques de la Méditerranée orientale, créent une situation de plus en plus instable qui menace de déclencher un conflit militaire à l'échelle régionale et même mondiale.

(Article paru en anglais le 27 décembre 2019)