Des milliers d'enseignants en grève en Croatie

Par Markus Salzmann
6 décembre 2019

Des milliers d'enseignants sont en grève en Croatie depuis plus d'un mois. Ils exigent une augmentation des salaires et de meilleures conditions de travail dans les écoles et l'enseignement supérieur, ainsi que de meilleures installations pour les écoles. La grève des enseignants est le plus grand conflit de travail en Croatie depuis l'émergence de l'État après l'éclatement de la Yougoslavie il y a presque 30 ans.

Selon le syndicat des enseignants, 90 % des enseignants du secteur public participent actuellement à la grève. La semaine dernière, quelque 20.000 enseignants ont manifesté dans la capitale, Zagreb, et leurs représentants ont annoncé leur intention de poursuivre la grève jusqu'à ce que le gouvernement réponde à leurs revendications. Initialement, la grève a été limitée à quelques jours et s'est concentrée sur certaines villes. Cependant, le gouvernement n'ayant pas réagi, les enseignants ont étendu leur protestation à l'ensemble du pays le 19 novembre.

Les enseignants protestent contre les bas salaires sur la place principale de Zagreb en Croatie [Source: AnderArmor, Reddit]

Le premier ministre de la Croatie, Andrej Plenkovic, de la HDZ (Union démocratique croate), a déclaré qu'il était prêt à négocier, mais aucun accord n'a encore été trouvé. Vendredi dernier, les syndicats ont rejeté l'offre du gouvernement d'augmenter les salaires de 10% en quatre étapes à partir de l'année prochaine.

Au total, 68.000 personnes travaillent dans le secteur de l'éducation et 240.000 dans l'ensemble du secteur public. Le salaire moyen des enseignants est d'environ 1200 euros par mois et il est pratiquement impossible de subvenir aux besoins d'une famille avec un tel salaire. Le coût de la vie en Croatie est devenu comparable à celui de l'Allemagne après l'adhésion du pays à l'UE, et c'est pourquoi la grève bénéficie d'un large soutien public. De nombreux autres employés du secteur public ont participé au rassemblement de vendredi dernier. Les parents d'élèves soutiennent également les revendications des enseignants, parce que leurs enfants souffrent des conditions misérables des écoles.

C'est le secteur de l'éducation qui a le plus souffert de la série de compressions budgétaires introduites au cours des dernières années et décennies. La situation des enseignants est encore pire que celle des autres employés du secteur public. Les gouvernements croates successifs ont mis en œuvre les mêmes politiques néolibérales visant à démanteler les services sociaux et les services et institutions publics.

Dans la perspective de l'entrée de la Croatie dans l'Union européenne à l'été 2013, l'UE a formulé une série d'exigences conformes au programme d'austérité qu'elle avait mis en œuvre après la crise économique mondiale de 2008. Il en a résulté la destruction presque totale des réseaux sociaux, la désindustrialisation et la privatisation à grande échelle.

Les syndicats ont joué un rôle central dans cette évolution. Les principaux syndicats du pays ont collaboré avec le gouvernement pour imposer des coupes dans les services et l'emploi, et ont étouffé toute protestation dans l'œuf. Ces organisations entretiennent des liens étroits avec les différents partis de droite et procapitalistes en Croatie et n'ont déclenché la grève actuelle que sous la pression massive des enseignants.

De nouveaux pourparlers entre le gouvernement et les syndicats ont eu lieu le week-end dernier, dans le but de mettre fin rapidement à la grève. Les syndicats collaborent avec le gouvernement d'extrême droite, qui est hostile aux enseignants. La HDZ a été fondée en 1989. Elle a suivi un cours nationaliste extrême sous la direction de son dirigeant de l'époque, Franjo Tudjman, qui a plongé l'ex-Yougoslavie dans une guerre civile sanglante. Malgré toutes les protestations du parti selon lesquelles la HDZ est devenue un parti conservateur traditionnel, cet esprit nationaliste continue de prévaloir.

Le gouvernement mène une politique particulièrement brutale à l'égard des réfugiés. Actuellement, environ 8000 réfugiés sont bloqués en Bosnie parce que la Croatie les empêche d'entrer sur son territoire ou les force illégalement à traverser en Bosnie. Selon le Réseau de surveillance de la violence aux frontières (BVMN), la police et les gardes-frontières croates ont utilisé à plusieurs reprises des armes à feu contre des réfugiés. À la mi-novembre, un policier croate a tiré sur un réfugié et l'a grièvement blessé.

Selon le magazine allemand Der Spiegel, les pires conditions du pays règnent «dans le camp de tentes improvisé de Vucjak, installé sur une ancienne décharge près de Bihac.

«Depuis juillet, des centaines de personnes y sont bloquées dans des tentes surpeuplées, sans électricité et sans installations sanitaires. Leur seule nourriture est fournie par la Croix-Rouge et des activistes privés.»

Malgré cette situation intolérable, tous les partis politiques du pays et les candidats à l'élection présidentielle prévue pour le 22 décembre proposent des politiques de droite. La présidente par intérim de la Croatie, Kolinda Grabar-Kitarović du HDZ, se présente pour un second mandat. Parmi les autres candidats figurent l'ancien premier ministre social-démocrate Zoran Milanović et un éminent musicien populaire, Miroslav Škoro. L'ancien politicien de la HDZ a le soutien des forces d'extrême droite, et tous les candidats à la présidence discutent de l'utilisation de l'armée à la frontière.

La grève des enseignants croates n'est pas un incident isolé. Des grèves et des protestations contre les conditions de vie et de travail intolérables imposées par une classe dirigeante corrompue et réactionnaire se déroulent de plus en plus régulièrement en Europe orientale et dans les Balkans, le plus récemment en Serbie, en Albanie, au Kosovo et au Monténégro. En Slovénie voisine, les postiers se sont mis en grève en novembre. Selon le syndicat des postes, presque tous les bureaux de poste du pays ont été touchés par la grève. Les employés exigent une augmentation de salaire de 10 pour cent et l'embauche de 300 nouveaux employés. Actuellement, les bureaux de poste slovènes emploient environ 6300 personnes.

Début octobre, environ 600 travailleurs de l'entreprise industrielle Djuro Djaković se sont mis en grève en Croatie, n'ayant pas reçu leur salaire pour le mois de septembre. L'entreprise produit des wagons de marchandises, des chars d'assaut et d'autres équipements militaires et connaît des difficultés financières depuis un certain temps. Le gouvernement négocie actuellement avec des entreprises américaines et européennes au sujet de nouveaux investisseurs potentiels. Les travailleurs de l'entreprise exigent le paiement des salaires impayés et la démission de la direction.

(Article paru en anglais le 5 décembre 2019)