L'armée chilienne déployée contre des manifestations pour la première fois depuis Pinochet

Par Andrea Lobo
22 octobre 2019

Pour la première fois depuis la dictature militaire fasciste d'Augusto Pinochet, des chars d'assaut ont été déployés ce week-end dans le centre-ville de Santiago du Chili contre les manifestants qui manifestaient contre une hausse drastique des tarifs du métro de Santiago, de l'équivalent de 1,12 à 1,16 dollar. Des militaires en civil et en uniforme ont été filmés en train de tirer à la mitrailleuse et de les braquer sur des foules de manifestants.

Samedi, le gouvernement de droite du milliardaire Sebastián Piñera a invoqué la Constitution de 1980, toujours en vigueur, établie par Pinochet pour déclarer l'état d'urgence dans tout le pays et imposer des couvre-feux à Santiago, Valparaiso et Concepción, imposés par 9441 soldats et des milliers de Carabineros, la célèbre police militaire. Le principal passage frontalier avec l'Argentine a également été bloqué tout au long du week-end.

Un manifestant lève les mains vers l'avancée des soldats lors d'une manifestation alors que l'état d'urgence est toujours en vigueur à Santiago du Chili, le dimanche 20 octobre 2019. Les protestations dans le pays se sont propagées à un autre jour, même après que le président Sebastian Piñera a annulé la hausse des tarifs du métro qui a provoqué des manifestations massives et violentes. (AP Photo/Esteban Felix)

L'imposition unanime de ces mesures dictatoriales par la classe dirigeante chilienne, avec le soutien de l'impérialisme américain et européen, met en évidence la simulacre d'une «transition vers la démocratie» dans laquelle la structure politique et militaire de base sous Pinochet reste intacte sous les gouvernements de la «Concertación» dirigée par les sociaux-démocrates et staliniens qui ont dirigé le pays pendant 25 des 30 dernières années.

Le caractère international de ce processus, reflété simultanément par la répression fascisante contre les nationalistes catalans par un gouvernement social-démocrate en Espagne et la répression militaire en Équateur, démontre que la classe dirigeante répond partout à la crise du capitalisme et à la résurgence de la lutte des classes avec un retour à la dictature pour imposer les diktats économiques du capital financier.

La hausse des tarifs du métro, qui a été annoncée au début d'octobre, a incité les jeunes et les travailleurs par l'entremise des médias sociaux à convoquer des rassemblements lundi dernier. Les usagers ont sauté par-dessus les tourniquets en masse, rencontrant une répression policière brutale. Vendredi, ces manifestations ont déclenché une colère sociale de masse contre les inégalités sociales croissantes et déclenché des protestations en faveur de revendications sociales plus larges.

Exprimant ces sentiments, Alejandra Ibánez, une manifestante de 38 ans, a déclaré à l'AFP: «Je n'aime pas la violence ou le fait que certaines personnes cassent des choses, mais tout d'un coup ces choses doivent arriver pour qu'on cesse de se moquer de nous et de nous museler, d'augmenter tout sauf les salaires, et tout cela pour enrichir les riches du pays.»

Vendredi, les manifestations se sont multipliées et les 136 stations du métro de Santiago ont été fermées. Des dizaines de stations ont été incendiées, de même que le siège d'Enel, une entreprise privée italienne qui contrôle 40% de la distribution d'énergie au Chili, et les bureaux du journal pro-Pinochet El Mercurio à Valparaíso.

Samedi et dimanche, les couvre-feux ont été défiés par des milliers de manifestants et, à Santiago, des manifestants tenant des photos de victimes sous la dictature de Pinochet ont encerclé temporairement les tanks.

Samedi à 22 heures, quelques heures après avoir invoqué l'état d'exception et qualifié les manifestants d'«authentiques délinquants qui ne respectent rien», Piñera a déclaré avoir «entendu avec humilité la voix de mes compatriotes» et a annoncé l'annulation de la dernière hausse tarifaire de 30 pesos pour le métro de Santiago. (Le prix du métro à l'heure de pointe avait déjà augmenté de 100 pesos, soit près de 15 pour cent, depuis février 2018)

L'état d'urgence, cependant, se poursuivra indéfiniment, et le couvre-feu a également été invoqué dimanche soir. Selon une déclaration faite dimanche par le ministère de l'Intérieur, 1462 personnes ont été arrêtées et 15 civils blessés.

Cinq civils sont morts lorsqu'un supermarché de Santiago a pris feu au milieu des manifestations et de la répression. En même temps, des sections entières de Santiago sont restées sans électricité le dimanche, tandis que les écoles étaient fermées aujourd'hui.

La principale confédération syndicale, le Centre unitaire des travailleurs (CUT), qui est contrôlé par le Parti communiste stalinien (CP), s'est efforcé de supprimer toute action des travailleurs au-delà d'ordonner aux travailleurs du métro de ne pas travailler en raison de «conditions dangereuses». Au lieu de cela, les responsables syndicaux ont marché dans une mascarade vers le Palais présidentiel de la Moneda pour faire appel à la conscience de Piñera pour mettre fin à l'état d'urgence.

Le PC et le Frente Amplio (Front large) de pseudo-gauche ont pris la décision symbolique de refuser de participer à une réunion convoquée par Piñera ce week-end. Cependant, leurs interventions se sont concentrées sur des appels similaires à Piñera et la justification ouverte de la répression.

Beatriz Sánchez, cheffe du Frente Amplio a tweeté: «Avec beaucoup de douleur, je vois une manifestation juste et soutenue par la majorité, capturée par un vandalisme inacceptable et injustifiable». Le député du Frente Amplio, Giorgio Jackson, a écrit: «Comme beaucoup d'autres, j'ai mal au ventre et je me sens frustré et impuissant de voir des images de pillages et d'incendies injustifiables dans les villes.»

Pour sa part, Daniel Jadue, le maire du PC de Recoleta, une ville du nord de Santiago, a déclaré: «Les mobilisations légitimes ne peuvent pas se terminer par du vandalisme et des pillages inexplicables. Cela ne fait que confirmer le point de vue d'une administration Sebastián Piñera qui cherche à justifier son incompétence par la violence contre les citoyens.»
Ces déclarations justifiant la répression exposent les sentiments de larges couches de la classe moyenne supérieure représentées par ces partis et syndicats, qui voient avec hostilité les manifestations de masse contre les inégalités. Ces déclarations révèlent d'ailleurs le caractère réactionnaire de leurs appels universels à mettre en valeur l'armée par des coupes budgétaires mineures et la «démocratisation».

La réponse de la «gauche» officielle a enhardi des éléments fascistes purs et durs au Chili à lancer des appels à la mobilisation contre les travailleurs et les jeunes. Faisant référence à la dictature de Pinochet, l'Association des officiers retraités de la marine a publié dimanche une déclaration dans laquelle elle affirmait que «nous avons une préparation et une vaste expérience dans l'organisation et la gestion d'un pays en crise» et appelait à une action qui «aiderait les forces armées et la police à rétablir l'État de droit au Chili.»

La résurgence de la lutte de classe exige le développement d'une direction révolutionnaire de la classe ouvrière armée d'un programme socialiste basé sur les leçons historiques tirées des trahisons meurtrières du nationalisme bourgeois et petit-bourgeois au Chili. Cette histoire démontre que les travailleurs ne peuvent pas promouvoir leurs intérêts de classe indépendants sur une base nationale puisqu'ils font face à un ennemi mondial: l'impérialisme et la finance mondiale.

Lorsque le nationaliste bourgeois de gauche Salvador Allende fut élu en septembre 1970, l'administration de Richard Nixon complota immédiatement son renversement. Richard Helms, directeur de la CIA à l'époque, a écrit dans des notes des ordres donnés par Nixon 10 jours après l'élection d'Allende: «Ca ne m'inquiété pas qu'il y ait des risques. Aucune implication de l'ambassade. 10 millions de dollars disponibles, plus si nécessaire. Un travail à plein temps - Les meilleurs agents que nous avons [...] Faire craquer l'économie. 48 heures pour le plan d'action.» (Kissinger: A Biography, Walter Isaacson, 1992, p. 290)

Malgré les efforts évidents de Washington pour saper l'économie et le gouvernement chiliens, Allende a rampé sans cesse pour obtenir l'approbation de Nixon. En février 1971, Allende invita le porte-avions américain USS Enterprise à faire escale à Valparaíso, invitation finalement rejetée par Nixon. Le Chili «ne fournira jamais une base militaire qui pourrait être utilisée contre les États-Unis», a répondu Allende.

Le refus de combattre l'impérialisme américain découlait à la fois de la dépendance économique de la classe dirigeante chilienne représentée par Allende vis-à-vis du capital financier mondial et de la conciliation d'après-guerre entre l'impérialisme et la bureaucratie stalinienne à Moscou, représentée par le Parti communiste chilien dans le Front populaire au pouvoir. Pendant ce temps, les grèves, les occupations d'usines et de terres ont été réprimées par la police chilienne, l'armée et les voyous staliniens. Les milices ouvrières ont été désarmées, alors même que les dirigeants du Front populaire savaient pertinemment que les militaires, les fascistes chiliens et Washington préparaient un coup d'État.

La guerre civile a été laissée entre les mains de la classe dirigeante capitaliste par les staliniens, leurs alliés pablistes du Secrétariat unifié, le MIR (Mouvement de la gauche révolutionnaire) guévariste et d'autres forces nationalistes petit-bourgeoises qui ont canalisé les soulèvements pré-révolutionnaires contre les politiques pro-capitalistes d'Eduardo Frei pendant les années 1960 et les révolutions de 1972-73 favorisant des secteurs ouverts ou «critiques» de la bourgeoisie nationale.

Ces forces de pseudo-gauche s'efforcent à nouveau de désarmer politiquement les travailleurs qui font face à la menace du fascisme en canalisant l'opposition derrière la classe dirigeante par des appels aux syndicats en faillite, au PC et au Frente Amplio.
Les 20 et 21 septembre 1973, le Comité international de la IVe Internationale (CIQI) publia une déclaration expliquant que «comme Hitler et Franco, le général Pinochet avait gagné par défaut, à cause de la trahison du stalinisme». Le CIQI a ensuite lancé un appel aux travailleurs chiliens qui est encore plus urgent aujourd'hui: «Ne faites pas confiance au stalinisme, à la social-démocratie, au centrisme, au révisionnisme ou à la bourgeoisie libérale, mais construisez un parti révolutionnaire de la Quatrième Internationale dont le programme sera la révolution permanente.»

(Article paru en anglais le 21 octobre 2019)