Le gouvernement allemand utilise le 75e anniversaire du complot pour tuer Hitler afin de promouvoir le réarmement et la guerre

Par Johannes Stern
29 juillet 2019

Sous la nouvelle ministre de la défense Annegret Kramp-Karrenbauer, la Grande Coalition prépare une nouvelle escalade du militarisme allemand. L’apparition de la chancelière Angela Merkel, dirigeante de la CDU, samedi dernier devant 400 recrues dans le Bendlerblock de Berlin, siège secondaire du ministère de la défense, ne laissait aucun doute à ce sujet. L’occasion du spectacle réactionnaire était le serment cérémonial de la Bundeswehr (Forces armées de défense fédérales) à l’occasion du 75e anniversaire du complot manqué du 20 juillet 1944 visant à assassiner Adolf Hitler.

Dans son premier discours public en tant que ministre de la défense, Kramp-Karrenbauer a clairement indiqué qu'elle souhaitait «poursuivre la modernisation de la Bundeswehr de toutes ses forces» et qu'elle défendrait sans condition les intérêts de l'armée.

«Les remerciements seuls ne suffisent pas», a-t-elle assuré aux généraux, aux amiraux et aux nouvelles recrues. «Votre service exige du respect; votre service requiert de l'estime; votre service requiert du soutien. Tout d'abord, par moi. Je sais: l'Allemagne peut compter sur vous. Et je vous le dis, vous pouvez compter sur moi.» Cela s'applique «de manière particulière à toutes les femmes et tous les hommes qui sont en service actif qui se battent à l'étranger pour notre sécurité et nos valeurs.»

Dans son discours, Merkel a fait des commentaires similaires et a annoncé qu'elle continuerait avec l'armement militaire. «Nos soldats doivent recevoir le soutien, le matériel et l'entraînement nécessaires pour s'acquitter de leur tâche. C'est pourquoi nous avons déjà augmenté nos dépenses de défense et continuerons de le faire. Nous le devons à nos soldats. Nous le devons à nos partenaires des Nations Unies, de l'OTAN et de l'Union européenne.»

La chancelière a parcouru une liste de pays et de régions dans lesquels l’impérialisme allemand affirmait déjà ses intérêts par la force des armes: «Des soldats allemands participent à des missions dirigées par l’ONU et par l’UE, comme au Mali – cette année j’ai pu me convaincre du niveau très élevé des préparations d’interventions - dans la Corne de l’Afrique ou au large des côtes du Liban. Ils sont en poste dans les Balkans. Ils travaillent pour l’OTAN en Afghanistan et en Lituanie.»

Et du point de vue du gouvernement fédéral, ce n’est que le début. Ces dernières années, le concept de «défense nationale et d'alliance» - en termes simples, cela signifie se préparer à une éventuelle guerre contre la Russie dotée d'armes nucléaires - a «repris de l'importance», a expliqué la chancelière. Cela a été démontré par «notre mission en Lituanie» et par de «très impressionnantes démonstrations organisées à Munster sous l'égide de l'OTAN sous la direction allemande en mai». Elle était «fermement convaincue: nous devons toujours prouver que nous sommes prêts et capables de déployer nos forces et de nous défendre.»

Il est logique que la classe dirigeante, dans son retour à une politique étrangère agressive, célèbre les assassins du 20 juillet, tous originaires de la Wehrmacht (forces armées de l'Allemagne nazie) et, en tant que représentants du militarisme allemand, voulaient avant tout éviter la défaite militaire totale dans la Seconde Guerre mondiale. Ils n'étaient pas des pionniers «contre l'injustice, la dictature, la barbarie et le mépris de l'humanité», comme l’a affirmé Kramp-Karrenbauer dans son discours, mais plutôt des gens cherchant à contrer l'opposition croissante et socialiste parmi les travailleurs et les jeunes, comme elle s'exprimait dans des groupes de résistance tels que la Rose blanche ou la Chapelle rouge.

Contrairement à la propagande du gouvernement fédéral et de tous les partis établis, les conspirateurs du 20 juillet autour de Claus von Stauffenberg étaient pour la plupart des anti-démocrates de droite, des antisémites et des nationalistes qui soutenaient depuis longtemps le régime hitlérien et étaient eux-mêmes profondément impliqués dans les crimes nazis.

En voici quelques exemples: Le général Eduard Wagner, qui a fourni l'avion qui a amené Stauffenberg au Repaire du loup, le quartier général militaire de Hitler, puis à Berlin après la tentative d'assassinat, a joué un rôle clé dans la guerre d'anéantissement contre l'Union soviétique. «Les prisonniers de guerre qui ne travaillent pas dans les camps de prisonniers doivent mourir de faim», avait-il déclaré en novembre 1941. Au sujet du blocus de Léningrad, il écrivait à sa femme le 9 septembre 1941: «D’abord, il faut laisser Pétersbourg mourir de faim. Que sommes-nous censés faire avec une ville de trois millions et demi d’habitants qui pèse sur nos approvisionnements alimentaires. Il n’est pas question de sentimentalité.»

Wolf-Heinrich von Helldorf , que Stauffenberg avait rencontré personnellement à plusieurs reprises en 1944 et que Himmler avait nommé en premier parmi les conspirateurs dans son discours devant le Gauleiter (dirigeants du parti des nazis) le 3 août 1944, avait été membre du NSDAP, de la SA et de la SS bien avant le transfert du pouvoir à Hitler. Avec Joseph Goebbels, alors Gauleiter de Berlin, il organisa la soi-disant «émeute Kurfüstendamm», le premier pogrom antisémite à Berlin le 12 septembre 1931, jour du Nouvel An juif.

Plus tard, il a joué un rôle central dans la déportation des Juifs de la capitale. «Helldorff me présente une liste des mesures prises à Berlin contre les Juifs. Elles sont désormais vraiment rigoureuses et complètes. Ainsi, nous chasserons les Juifs de Berlin dans un avenir proche», a déclaré Goebbels dans son journal le 2 juillet 1938.

Le SS-Gruppenführer Arthur Nebe , dont les unités étaient censés arrêter les principaux représentants du régime nazi après l'assassinat, a dirigé l'infâme Einsatzgruppe B pendant les premiers mois de la guerre contre l'Union soviétique. Sous son commandement, cet escadron de la mort SS a assassiné plus de 45 000 civils, en majorité juifs. Nebe a testé le massacre à l'aide de gaz toxique, s'est procuré le gaz toxique pour le meurtre de personnes handicapées, par exemple lors de la campagne T4, et a mené les enquêtes sur le combattant de la résistance communiste Georg Elser. Elser avait effectué une tentative d'assassinat complexe contre Hitler et presque toute la direction nazie au Bürgerbräukeller de Munich le 8 novembre 1939.

En décembre 1941, Stauffenberg lui-même se félicitait de l'unification de l'autorité du commandant en chef de l'armée et du commandant suprême de la Wehrmacht aux mains d’Hitler. Il avait perçu le début de la Seconde Guerre mondiale comme un «salut» et, au cours de l'invasion de la Pologne, avait écrit dans une lettre à sa femme: «La population est une foule incroyable, composée de nombreux juifs et de nombreux peuples mélangés. Un peuple qui s’accommode bien à la menace du fouet. Les milliers de prisonniers seront bons pour notre agriculture. En Allemagne, ils sont certainement bons à utiliser, ils sont travailleurs, de bonne volonté et consomment peu.»

Avant la tentative d'assassinat, Stauffenberg s'était engagé «dans l'esprit et dans l'action des grandes traditions» du peuple allemand et «à la nature germanique». Il a expliqué qu'il méprisait le «mensonge d'égalité» et que le « ouvel ordre» auquel il aspirait devrait être fondé sur la «reconnaissance des rangs naturels».

Dans ce contexte, la déclaration de Merkel selon laquelle les conspirateurs du 20 juillet «nous exhortent à nous opposer résolument à l'extrémisme de droite, à l'antisémitisme et au racisme dans toutes leurs manifestations» constitue un cynisme absolu. Tout comme elle prétend «s'assurer que les leçons de l'histoire ne s'effacent pas».

En fait, le serment cérémoniel dans le bloc Bendler a clairement montré que la classe dirigeante - contrairement à la majorité de la population, qui déteste profondément le militarisme, le fascisme et la guerre - n'a pas tiré de «leçons de l'histoire». En témoignent la commémoration des membres de la Wehrmacht, la politique de guerre de la Bundeswehr et la construction d’un nouveau parti extrémiste de droite. De manière significative, le dirigeant de l'AfD, Rüdiger Lucassen, ancien soldat et porte-parole du ministère de la défense, a pris part à la cérémonie organisée dans le Bendlerblock pour commémorer les «patriotes courageux» qui «ont tenté de sauver l'honneur de notre pays en risquant leur vie».

A lire aussi (en anglais):

Valkyrie: A thriller, but not a historical film
[2 février 2009]