Les compagnies pharmaceutiques ont déversé 76 milliards de comprimés d'opioïdes dans les quartiers américains en seulement six ans.

Par Genevieve Leigh
20 juillet 2019

Les données non divulguées antérieurement publiées par la Drug Enforcement Administration (DEA - agence de lutte anti-drogue) des États-Unis sur les sociétés pharmaceutiques ont fourni l'aperçu le plus complet à ce jour de la crise des opioïdes du pays. La base de données, qui retrace le cheminement de chaque narcotique vendu en Amérique - du fabricant au distributeur en passant par la pharmacie de 2006 à 2012 - a été analysée dans un article du Washington Post.

Les données, ainsi que l'historique de leur publication tardive, sont remarquables à bien des égards. Tout d'abord, elles confirment en termes les plus concrets le rôle criminel joué par les compagnies pharmaceutiques dans la création de l'épidémie mortelle d'opioïdes qui tue maintenant 70.000 personnes par an aux États-Unis. À elle seule, l'épidémie d'opioïdes sur ordonnance a causé près de 100.000 décès entre 2006 et 2012.

Thousands killed by opioid epidemic

Selon la base de données, tout au long de la période étudiée de six ans au cours de laquelle l'épidémie de drogues commençait à échapper à tout contrôle, les compagnies pharmaceutiques ont déversé 76 milliards de comprimés d'oxycodone et d'hydrocodone dans les quartiers américains.

Ce nombre presque incompréhensible signifie qu'au cours de ces années, les compagnies ont distribué suffisamment de comprimés pour en fournir 36 par an à chaque adulte et enfant du pays.

Cependant, la distribution des pilules n'était pas uniforme d'un État à l'autre ou d'une ville à l'autre. L'Etat du Kentucky, par exemple, a été inondé avec assez de pilules pour donner à chaque personne 63,3 pilules par an; la Caroline du Sud, 58; et le Tennessee, 57,7.

La Virginie-Occidentale, l'État où le taux de mortalité des opioïdes était le plus élevé pendant cette période, a reçu suffisamment de comprimés pour en donner 66,5 à chaque personne chaque année.

Les zones rurales durement touchées
Les zones rurales ont été parmi les plus durement touchées. À Norton, en Virginie, il y avait suffisamment de comprimés pour en fournir 306 par personne par an; Martinsville, en Virginie,

242; Mingo County, en Virginie occidentale, 203.

Au cours des années couvertes par la base de données, de 2006 à 2012, le nombre annuel de décès dus aux opioïdes est passé de moins de 18.000 à plus de 23.000, les médicaments sur ordonnance étant cités comme facteurs dans presque la moitié des décès. Le volume des pilules commercialisées par les compagnies a également grimpé en flèche à mesure que l'épidémie augmentait, passant de 8,4 milliards en 2006 à 12,6 milliards en 2012, soit une augmentation d'environ 51 pour cent.

Depuis, le nombre total de décès dus aux opioïdes aux États-Unis a grimpé en flèche. L'inondation des marchés par les médicaments sur ordonnance, en particulier dans les régions économiquement défavorisées, a entraîné une augmentation de la consommation d'héroïne et, avec un certain nombre d'autres facteurs, ce qui a mené à la crise actuelle du fentanyl qui a fait plus de 67.000 morts entre 2013 et 2017

Il ne fait aucun doute que les plus grands fabricants et distributeurs de médicaments sont mille fois coupables de la mort de centaines de milliers d'innocents, de la douleur et des souffrances incalculables des toxicomanes, de leurs enfants et de leurs familles, ainsi que de la dévastation économique et sociale que la crise a causée dans de vastes zones rurales d'Amérique. Elle a mis à rude épreuve les systèmes de soins de santé, les services sociaux et le système de placement familial. Ces entreprises ont gagné des milliards de dollars grâce à la souffrance humaine.

La complicité de l'élite politique

Cependant, le caractère insidieux de cette opération massive s'étend bien au-delà des fabricants et des distributeurs de médicaments. Les fabricants et distributeurs de médicaments n'ont pu mener à bien cette opération que grâce au soutien structurel critique qu'ils ont reçu du plus haut niveau de l'establishment politique.

Les données révélées lundi proviennent d'une base de données exclusive contrôlée et consultable uniquement par la DEA, un organisme contrôlé par le gouvernement censé surveiller et contrôler ces entreprises. Les informations auxquelles cet organisme avait accès sont très détaillées, notamment le nom, le numéro d'enregistrement auprès de la DEA, l'adresse et l'activité commerciale de chaque vendeur et acheteur d'une substance contrôlée aux États-Unis. La base de données comprend également les codes des médicaments, les dates de transaction, les unités posologiques totales et les grammes de stupéfiants vendus.

76 milliarder oxycodon og hydrocodon piller pushet ut i amerikanske nabolag; 36 piller årlig for hver voksen og hvert barn

Ce ne sont pas seulement les compagnies pharmaceutiques qui se sont battues pour garder secrète cette base de données, mais aussi la DEA et le ministère américain de la justice. La base de données n'a été dévoilée qu'après un an de lutte pour l'accès aux documents du Washington Post et de HD Media. Qu'est-ce qui explique cette culture du secret ?

La vérité, c'est que, comme dans toutes les grandes industries, les sociétés pharmaceutiques achètent régulièrement des politiciens pour obtenir des conditions commerciales idéales. La DEA illustre le fait que les organismes fédéraux censés être chargés de surveiller les grandes entreprises - la Securities and Exchange Commission (la commission des titres et de la Bourse), la Food and Drug Administration (Agence des produits alimentaires et médicamenteux), l'Environmental Protection Agency ( Agence de protection de l'environnement), la Occupational Safety and Health Administration (Administration de la santé et de la sécurité au travail) - sont sous la coupe des entreprises et font de l'ingérence politique pour elles.

D'innombrables faits appuient cette affirmation. Premièrement, malgré son

accès à ces données écrasantes, la DEA n'a pris, au cours de toute cette crise, que les mesures les plus limitées contre ces entreprises, ce qui a fait que beaucoup d'entre elles ont payé une maigre somme pour leurs infractions.

Le rôle de l'administration Obama

Cependant, même cette surveillance minimale était trop lourde pour les entreprises et leurs homologues de Washington. Alors que la crise des opioïdes éclatait, le Congrès américain s'employait à vider de leur contenu les pouvoirs de surveillance de la DEA, à partir de 2014 et jusqu'à l'adoption en 2016 de la loi intitulée Ensuring Patient Access and Effective Drug Enforcement Act (loi pour la garantie d'accès des patients et d'efficacité anti-drogue), qui a été adoptée à une écrasante majorité au Congrès et signée par Barack Obama, alors président de la Chambre des représentants.

L'objectif principal de la loi était d'empêcher le Bureau de contrôle du détournement de la DEA d'arrêter les expéditions de médicaments pour des ventes inhabituellement importantes et inexpliquées. Par exemple, lorsque plusieurs pharmacies Walgreens en Floride ont vendu plus d'un million de comprimés d'opioïdes en un an, contre une moyenne nationale de 74.000, le Bureau de contrôle du détournement était habilité à imposer des amendes et à suspendre la distribution en attendant les résultats d'une enquête, empêchant ainsi les comprimés d'être répandus dans les rues.

La loi de 2016 a effectivement mis fin à la capacité de la DEA de suspendre de telles commandes. Les comités d'action politique représentant l'industrie pharmaceutique ont versé au moins 1,5 million de dollars aux 23 législateurs qui ont parrainé ou co-parrainé quatre versions du projet de loi. Dans l'ensemble, l'industrie pharmaceutique a dépensé, entre 2014 et 2016, 102 millions de dollars en lobbying auprès du Congrès pour faire adopter le projet de loi et les lois connexes.

Au moins 46 enquêteurs et avocats de la DEA, dont 32 provenant directement du Bureau de contrôle du détournement, ont été embauchés par les compagnies pharmaceutiques après que la surveillance des distributeurs de médicaments eut commencé en 2014.

Le lien intime entre ces gigantesques monopoles capitalistes et les institutions du pouvoir d'État révélé dans le cas des distributeurs d'opioïdes est la relation qui prévaut partout dans le système capitaliste international.

Au cours des trois dernières années, diverses poursuites ont été intentées contre différentes compagnies pharmaceutiques. Certains ont réussi à attirer l'attention sur les questions en jeu et à obtenir des représailles monétaires de la part des entreprises. À l'heure actuelle, des dizaines d'entreprises pharmaceutiques sont poursuivies en cour fédérale à Cleveland par près de 2000 villes et comtés, alléguant qu'elles ont conspiré pour inonder le pays d'opiacés.

Bien que ces efforts ciblent à juste titre bon nombre des coupables impliqués dans la création de cette crise, les résultats des poursuites judiciaires, aussi «réussies» soient-elles, ne contribueront guère à réparer les dommages causés par l'épidémie de drogue au cours de la dernière décennie, et encore moins à panser les plaies des familles qui ont subi le traumatisme de la perte des êtres chers.

Plus fondamental que les individus impliqués dans ces crimes est le système social qui les produit. La subordination de l'establishment politique aux intérêts privés des sociétés n'est pas une caractéristique de la vie qui sera modifiée par des poursuites judiciaires. La solution à la crise des opioïdes réside plutôt dans la mobilisation de la classe ouvrière pour s'approprier les compagnies pharmaceutiques à but lucratif, les distributeurs de médicaments et toute l'industrie des soins de santé afin de fournir des soins médicaux dans l'intérêt des besoins humains et non du profit privé.

(Article paru en anglais le 19 juillet 2019)