Conférence sur Trotsky à Cuba: un post-scriptum

Par Bill Van Auken
16 juillet 2019

Dans son analyse de la conférence convoquée à La Havane, Cuba, en mai sous le titre «Conférence universitaire internationale sur Léon Trotsky», le World Socialist Web Site a souligné l'importance de fournir une compréhension claire aux travailleurs et aux jeunes cubains du rôle de Trotsky et du trotskisme dans le maintien de la continuité historique de l'internationalisme socialiste, incarnée dans le programme et la pratique de la Quatrième Internationale.

Nous avons affirmé catégoriquement que ceci n'était pas le but de la conférence de La Havane, dont le caractère était déterminé par qui était exclu de la conférence, et qui était invité à y participer.

Dans la seconde catégorie se trouvait une collection de révisionnistes pablistes qui se faisaient passer pour des universitaires ou des «chercheurs indépendants». Leurs présentations avaient pour but d’effacer le rôle révolutionnaire de Trotsky et du trotskisme sans heurter la sensibilité de l'élite dirigeante cubaine.

Le Comité international de la Quatrième Internationale, qui a mené la lutte contre le révisionnisme pabliste, a été exclu de la conférence.

Frank García Hernández, l'organisateur de la conférence, a menti sur les raisons de l’exclusion du CIQI avant l'événement. Dans un échange de courriels avec le WSWS, il a affirmé que la raison du rejet de la demande du CIQI était uniquement pour des raisons d’espace disponible. García Hernández a écrit que la présence de représentants du CIQI diminuerait «la capacité de participation du public cubain».

Outre le fait que le «public cubain» était lui-même pratiquement exclu de la conférence, il allait de soi que les raisons de refuser l’entrée au CIQI étaient politiques. Le gouvernement cubain est bien conscient que s'ils avaient été autorisés à participer, les représentants du CIQI auraient présenté un bilan de la longue lutte contre le révisionnisme au sein de la Quatrième Internationale et, en particulier, des profondes divergences sur la nature de la Révolution cubaine.

Cette évaluation a été confirmée par un entretien avec García Hernández réalisé le mois dernier par Socialist Action, la publication d'un groupe pabliste américain, qui a envoyé un représentant à La Havane.

Interrogé sur les «obstacles» à la tenue de la conférence, García Hernández a déclaré que l'un des principaux problèmes était «la prédisposition négative de certains fonctionnaires [cubains] envers Trotsky».

Il a qualifié cette attitude de «normale», l'attribuant au fait que «certains groupes trotskistes ont été extrêmement critiques à l'égard de la Révolution», ajoutant qu’ils «craignent que certains de ces groupes que j'ai mentionnés soient venus pour essayer de créer des organisations politiques trotskistes à Cuba. C’est quelque chose qui ne risque pas d’arriver parce que personne à Cuba n'est intéressé à le faire.»

Si «personne» à Cuba ne s'intéresse au trotskisme, pourquoi García Hernández a-t-il organisé la conférence?

Fait significatif, l'intervieweur de l'Action socialiste, Rob Lyon, décrit comme le «coordinateur de la solidarité internationale» de l'organisation, n'a exprimé aucun désaccord avec cette évaluation.

García Hernández a souligné que ces «obstacles» avaient été surmontés en raison du «caractère strictement académique» de la conférence et parce que «ceux qui sont venus ont montré un grand respect pour le pays où ils étaient».

En langage clair, les personnes invitées ont été approuvées par le gouvernement cubain. Ils sont venus sur la base d'une compréhension explicite qu'ils ne diraient rien sur la relation de Trotsky ou du trotskisme avec l'histoire de la Révolution cubaine, encore moins avec les conditions actuelles de crise et d'aggravation des inégalités sociales à Cuba même.

La déclaration de García Hernández selon laquelle «personne à Cuba ne s'intéresse» à la construction du mouvement trotskiste dans ce pays est une expression grossière du vœu pieux du gouvernement cubain lui-même, qui craint une mobilisation politique indépendante de la classe ouvrière basée sur un programme socialiste et internationaliste.

On pouvait compter sur ceux qui ont fait des présentations à la conférence – pour la plupart des anti-trotskistes politiquement démoralisés (Ernie Tate, Suzie Weissman, Alex Steiner et autres) – pour ne pas provoquer la colère de l'État cubain.

Les développements objectifs ont validé la lutte menée par le CIQI contre le révisionnisme pabliste et sa tentative de dépeindre la Révolution cubaine et les mouvements de guérilla petits-bourgeois comme une nouvelle voie vers le socialisme, et le gouvernement dirigé par Fidel Castro comme un État ouvrier.

Les efforts de l'État cubain et de ses complices pablistes ne peuvent isoler les travailleurs cubains du développement croissant de la lutte de classe à l'échelle mondiale. Le WSWS, malgré les efforts du régime pour bloquer sa diffusion, est lu par un nombre croissant de Cubains à la recherche d'une alternative socialiste au programme nationaliste petit-bourgeois du castrisme qui a échoué. La perspective du trotskisme, réalisée dans la lutte menée par le CIQI pour l'indépendance politique et l'unification internationale de la classe ouvrière dans une lutte commune pour mettre fin au capitalisme et à l'impérialisme, trouvera une audience sur l'île.

(Article paru en anglais le 12 juillet 2019)