Des chars d’assaut dans les rues de Washington DC pour le 4  juillet

Par Eric London
3 juillet 2019

Dans la matinée du 4 juillet, les bases militaires de la banlieue de Washington, D.C. se trouveront en activité constante.

Si Donald Trump l’emporte dans les négociations en cours au sein de l’armée sur les plans pour le Jour de l’Indépendance, les escadrons de chars M1A1 Abrams se préparent à rouler sur le Potomac vers le centre commercial national. En même temps, les escadrons de démonstration des chasseurs Blue Angel de la Marine, des hélicoptères marins et des chasseurs furtifs F-35 vont se préparer à survoler de la colline du Capitol dans l'après-midi.

Avant le crépuscule, avec le rugissement des jets d’attaque à l’arrière-plan, Trump prononcera un discours télévisé à l’échelle nationale devant la foule rassemblée de ses partisans.

Cette démonstration de force militaire dans la bande de terre qui sépare le Congrès de la Maison-Blanche est une provocation politique délibérée et prévue depuis longtemps par Trump et ses conseillers fascistes. En remplaçant le traditionnel feu d’artifice du Jour de l’Indépendance par un rassemblement de style campagne qui met en vedette ce qui sera effectivement un défilé militaire, Trump teste ses forces.

En affirmant le pouvoir personnel du pouvoir exécutif sur l’armée, Trump suit la voie historique des régimes autoritaires et de l’abolition des droits constitutionnels.

Le pouvoir législatif, ayant déjà cédé à Trump le pouvoir de déclarer une «urgence nationale» et les milliards appropriés pour financer sa répression à la frontière, fait maintenant face aux perspectives des chars à l’ombre du Capitole. La semaine dernière, le Parti démocrate a voté pour 1) Donner à Trump 4,9 milliards de dollars pour financer sa répression de l’immigration 2) Financer le budget militaire le plus important jamais alloué, et 3) «dévier» l’argent du Pentagone pour construire un mur frontalier.

Le Parti démocrate est incapable de s’opposer aux mesures de Trump parce qu’elles représentent toutes deux les mêmes intérêts sociaux: le capital financier.

Trump prend la parole à l'usine de chars de l'armée de Lima dans l'Ohio en mars [Crédit : La Maison Blanche]

Trump a annoncé ses plans pour le 4 juillet en février, tweetant que l’événement s’appellera «A Salute to America» et inclura «un discours de votre président préféré, moi!»

Vendredi, moins d’une semaine avant le jour férié, le département de l’Intérieur de Trump a annoncé, comme jamais auparavant, que l’événement comprendrait également des survols militaires de la capitale. Le ministre de l’intérieur, David Bernhardt, a déclaré, en utilisant des mots soigneusement choisis, qu’elle comporterait «une allocution de notre commandant en chef». Lundi, la presse a rapporté que Trump a également demandé des chars et autres véhicules militaires.

Les préparatifs de l’événement du 4 juillet de Trump remontent à janvier 2017, lorsque son comité inaugural s’est battu pour inclure du personnel et du matériel militaires dans son défilé inaugural. Quelques jours avant l’inauguration, Trump a déclaré au Washington Post: «Nous allons montrer aux gens que nous allons construire nos forces armées, nous allons montrer nos forces armées. L’armée pourrait descendre l’avenue Pennsylvania.»

Si les militaires ont empêché Trump d’effectuer cette démonstration, Trump a tenté d’aligner des soldats derrière lui alors qu’il prononçait son discours d’investiture. En 2018, il a de nouveau demandé la tenue d’un défilé militaire le jour de la Journée des anciens combattants, mais cela fut annulé aussi.

Depuis les élections de mi-mandat de l’an dernier, Trump n’a cessé de mettre à l’épreuve son pouvoir personnel sur les militaires. Il a proposé de gracier les soldats condamnés pour crimes de guerre. Aussi, il a exigé que la Marine déplace le destroyer USS John McCain — nommé en partie en l’honneur du rival républicain décédé de Trump, en dehors de sa vu.

Trump n’est pas une aberration dans une démocratie par ailleurs saine. Il est le produit réactionnaire d’un processus prolongé.

La dernière fois que des chars et des soldats ont défilé à Washington, c’était en juin 1991. Huit mille soldats ont participé à la «Célébration de la victoire nationale» qui marquait la fin de la première invasion américaine de l’Irak. À l’époque, comme aujourd’hui, le défilé militaire était dirigé vers une fin politique consciente. Le défilé de 1991 a eu lieu en pleine dissolution de l’Union soviétique, l’impérialisme américain déclarant son hégémonie géopolitique incontestée sur le monde entier dans ce qu’il a appelé un «moment unipolaire».

Quelques semaines avant le défilé militaire, le président George H. W. Bush a déclaré : «Nous avons enfin donné un coup de pied au syndrome du Vietnam». Il faisait référence à l’espoir qu’une victoire militaire disproportionnée mettrait fin au sentiment anti-guerre généralisé dans les décennies qui ont suivi la guerre catastrophique au Vietnam. Cette guerre-là a tué trois millions de Vietnamiens et 55.000 soldats américains.

Ce défilé a marqué le début d'un effort visant à intégrer systématiquement les militaires dans tous les éléments de la vie politique et culturelle. Après 30 ans de guerre permanente, les États-Unis ont commis un sociococide à travers l'Afrique du Nord, le Moyen-Orient et l'Asie centrale, et ont créé catastrophe après catastrophe. Loin de résoudre le déclin à long terme de la position mondiale du capitalisme américain, les États-Unis regardent vers l'extérieur et voient des concurrents dans tous les coins du monde, tout en faisant face à des troubles sociaux croissants dans leur pays. La classe dirigeante se prépare fébrilement à la guerre mondiale et à la répression interne.

Ce qui démontre que Trump n’est pas une aberration est la réaction de la prétendue opposition. Depuis l’inauguration de Trump, le Parti démocrate a minimisé en public le danger que représentaient les efforts de Trump pour mobiliser les militaires dans la capitale.

Lorsque Trump a proposé de faire descendre l’armée sur l’avenue Pennsylvania après les élections de mi-mandat, les Démocrates ont refusé d’attirer l’attention sur les implications politiques d’une telle manœuvre, dont ils étaient tout à fait conscients. Au lieu de cela, les démocrates ont affirmé que le défilé serait «trop cher».

Les médias patronaux ont consciencieusement suivi ce récit malhonnête, s’opposant aux chars dans les rues au motif qu’ils endommageraient les routes de la ville! Hier, le conseil municipal de Washington DC, sous contrôle démocrate, a publié un jeu de mots banal sur Twitter: tanks but no tanks,«Merci, mais pas de tanks.»

La vraie raison pour laquelle les démocrates minimisent la nature dictatoriale des actions de Trump est leur peur de l’opposition d’en-bas. En ce qui concerne les plans de Trump pour le 4 juillet, le New York Times a écrit que «Eleanor Holmes Norton, démocrate et déléguée qui représente le District de Columbia (DC) à la Chambre, a dit craindre que la présence du président ne politise tellement un événement familial qu’il pourrait déclencher des manifestations contre Trump.»

Le Times a cité Holmes Norton: «Les gens vont être en colère. Ce sera le 4 juillet le plus en colère de tous les temps. Les gens vont être tellement furieux qu’une figure politique s'accapare le 4 juillet que vous trouverez beaucoup de gens pensant qu’ils devront trouver une expression politique de leur dégoût.»

Dans une déclaration faite en juin par Michelle Cottle, membre du comité de rédaction, le New York Times s’est également inquiété du fait que Trump «ne se soucie pas du tout de l’unité publique» et que ses actions «alimentent les divisions du pays». De telles déclarations montrent que le Parti démocrate est le complice des actes fascistes de Trump.

Des dizaines de millions de personnes sont en effet «en colère» contre les crimes historiques commis par l’Administration Trump, et à juste titre. Au-delà de sa petite base de soutien, les menaces dictatoriales de Trump trouvent peu de soutien parmi les larges masses de la population.

La proposition de Trump pour un défilé militaire à Washington fait partie d’une méthode de gouvernement impopulaire et de plus en plus autoritaire. Il a menacé à plusieurs reprises de ne pas tenir compte des résultats des élections de 2020 s’il perdait — un fait que les principaux Démocrates ont malhonnêtement qualifié de «blague».

La semaine dernière, Trump a menacé d’utiliser une «force écrasante» pour «éradiquer» l’Iran, entraînant les États-Unis dans une nouvelle guerre désastreuse. Son administration cherche à extrader et emprisonner l’éditeur de WikiLeaks, Julian Assange, pour avoir dénoncé les crimes de guerre commis par les États-Unis pendant la guerre contre le terrorisme.

L’événement du 4 juillet de Trump a lieu à la veille de l’expiration du délai, de deux semaines, fixé à la mi-juin pour le lancement de raids contre des immigrés de type militaire dans 10 villes.

Des milliers de soldats sont déjà déployés à la frontière américano-mexicaine au motif d’une «urgence nationale». Les raids coordonnés à l’échelle nationale soulèvent le spectre des déploiements militaires et de la loi martiale dans certaines des villes les plus peuplées du pays. Les villes ciblées sont: Chicago, Los Angeles, Miami, Houston, La Nouvelle-Orléans, Denver, San Francisco, Atlanta et Baltimore.

Des dizaines de milliers d’enfants immigrés sont toujours détenus dans des conditions inhumaines que les médecins et les avocats appellent «camps de concentration» et «installations de torture». Les cadavres de familles d’immigrés morts sont en train de s’échouer sur les rives du Rio Grande. Hier, ProPublica a révélé sur Facebook des messages qui montrent que des milliers de gardes-frontières sont de véritables fascistes qui plaisantent sur le meurtre de travailleurs immigrés sans défense qui risquent leur vie pour une vie meilleure.

Le Parti démocrate s’oppose aux menaces de Trump de défilés militaires non pas pour des raisons démocratiques. Leur opposition provient de leurs préoccupations quant à la présidence personnaliste de Trump et sa conduite erratique. Ce sont des obstacles au maintien de la domination géopolitique de l’impérialisme américain. Les effort dignes de McCarthy des agences de renseignement militaire et des démocrates pour présenter Trump comme un larbin de la Russie et pour censurer les médias sociaux sont également anti-démocratiques.

La poussée vers la dictature, a noté Trotsky, peut être comparée à un circuit électrique surchargé. «La trop forte tension de la lutte internationale et de la lutte de classe provoque un court-circuit de la dictature, faisant sauter l’un après l’autre les fusibles de la démocratie». Ce sont les conflits mondiaux et internes du capitalisme américain et mondial qui ont fatalement sapé la démocratie américaine.

(Article paru d’abord en anglais le 2 juin 2019)