Le compte à rebours est commencé dans la lutte pour les conventions collectives

Les dirigeants de l’automobile et l’UAW ont leur stratégie: Que ferons les travailleurs de l’automobile?

Par Jerry White
29 juin 2019

Peu de travailleurs de l'automobile lisent régulièrement la publication de l'industrie, Automotive News. L’abonnement coûte assez cher et ses articles sont généralement arides. Cependant, la revue a souvent l'avantage de révéler ce que les dirigeants de l'automobile discutent réellement entre eux.

Le 19 juin, Automotive News a publié un article intitulé «GM demande plus de travailleurs temporaires alors que les pourparlers avec l'UAW se profilent». Il cite «des personnes qui connaissent bien la pensée du constructeur». On y ajoute «GM cherche de plus en plus d'usines pour adopter des accords similaires à celui utilisé par son usine de voitures électriques située à Orion, dans le Michigan. Là-bas, des travailleurs employés par une filiale nommée GM Subsystems LLC sont moins payés pour des travaux tels que la manutention de pièces et de matériaux avant leur arrivée sur la chaîne de montage. Quatre des 33 usines américaines de GM ont déjà signé de tels contrats.»

L'article poursuit: «Si GM peut embaucher plus de travailleurs temporaires, moins bien rémunérés et ne bénéficiant pas du même régime de soins de santé, le constructeur estime qu'il peut offrir une sécurité d'emploi à ses employés syndiqués. GM aimerait également trouver des moyens de réduire sa facture annuelle de soins de santé d’environ 900 millions de dollars pour les employés syndiqués, notamment en augmentant les contributions des travailleurs, ont déclaré les personnes».

L'article note que les rivaux japonais appartenant à GM, Toyota, Honda et Nissan, «emploient déjà environ 20% de travailleurs temporaires dans leurs usines». Il se plaint que «seulement environ 7% du personnel de GM est intérimaire». En d'autres termes, GM – qui a fait dix années consécutives de bénéfices record – veut au moins tripler le nombre de ces travailleurs très exploités.

GM,Ford et Fiat Chrysler ont l'intention d'utiliser la menace de davantage de fermetures d'usines et de licenciements pour contraindre les travailleurs à accepter de nouvelles concessions encore plus brutales. S'ils y parviennent, d'ici la fin de l'entente de quatre ans, les travailleurs de l'automobile seront beaucoup plus pauvres et exploités davantage.

L'UAW n'a pas dit un mot sur les plans de GM. Cela s'explique par le fait que les hauts fonctionnaires de l'UAW, très bien payés, détiennent des milliards de dollars en actions de la société GM et souscrivent à ses demandes.

En 2015, l'UAW a tenté de créer une coopérative de soins de santé, qui permettrait de réduire considérablement le coût des soins de santé des entreprises en étendant l'activité de soins de santé pour retraités contrôlée par le syndicat, connue sous le nom de VEBA, à tous les salariés actuels. Il ne fait aucun doute que les entreprises et l'UAW envisagent de relancer ce programme de réduction des coûts.

En ce qui concerne le remplacement des travailleurs mieux rémunérés par des sous-traitants, l’UAW a déjà accepté de signer des «protocoles d’entente» et des «accords d’exploitation concurrentiels» secrets qui incluent des sous-traitants de plusieurs usines. Loin de sauver les usines, celle de Lordstown, dans l'Ohio, a été fermée et celle de Detroit-Hamtramck devrait fermer ses portes au début de 2020. Orion est remplie d'employés de GM Subsystems qui ne sont rien de plus que des esclaves industriels pouvant être embauchés et licenciés à volonté.

Tout ce qui préoccupe les dirigeants de l’UAW, c’est de continuer à percevoir des cotisations des travailleurs, qui doivent payer pour le privilège d’être exploités à fond.

L’UAW est un prestataire de main-d'œuvre bon marché qui sacrifie les salaires, les conditions de travail et les droits des travailleurs en échange de millions de dollars de pots-de-vin illégaux et légaux, qui sont acheminés par le biais de centres de formation communs et d'autres programmes corporatistes.

Le journal Automotive News a déjà reconnu que l'annonce de la fermeture de l'usine par GM aiderait l'UAW à diminuer les attentes des travailleurs dans les prochains contrats. En n'attribuant pas de produits aux usines, GM «est en train de changer le discours des membres qui souhaitent obtenir plus, au profit de potentiellement sauver des emplois et des usines».

Cela «pourrait en fait être une bénédiction déguisée pour les dirigeants de l'UAW, qui se battent contre leurs membres à la suite d'un scandale de corruption fédérale». En d'autres termes, l'UAW prépare un travail de couverture.

Tout cela confirme les avertissements du Bulletin d'information des travailleurs de l’automobile du WSWS selon lesquels les dirigeants de l'entreprise et du syndicat ne se préparent pas à des «négociations», mais plutôt à des séances de stratégie où ils discuteront de la meilleure façon de faire passer un autre accord pro-entreprise.

Les patrons de l'automobile et leurs co-conspirateurs au sein de l'UAW ont une stratégie. Les travailleurs de l’auto savent ce qui se passe. La question qui se pose est la suivante: quelle stratégie les travailleurs doivent-ils adopter pour riposter?

Une lutte est possible, mais les travailleurs ont besoin de leurs propres organisations. Le Bulletin d'information des travailleurs de l’automobile du WSWS exhorte les travailleurs de chaque usine à mettre sur pied des comités de la base pour organiser l’opposition. La première étape consiste pour les travailleurs à établir une liste de revendications pour lutter pour des contrats basés sur ce dont les travailleurs et leurs familles ont besoin, et non sur ce que les entreprises et l'UAW considèrent comme étant abordable.

Cette liste devrait inclure :

• L'abolition des paliers d’emploi(multi-tiers)

• Une hausse de salaire de 40% pour compenser la perte du COLA (ajustement au coût de la vie) et d’autres augmentations.

• La fin de toutes les fermetures d'usines et mises à pied. Réembaucher tous les travailleurs licenciés et les travailleurs victimisés.

• Convertir tous les travailleurs temporaires en employés à temps plein, avec avantages sociaux et protection de l'emploi complets.

• Pour le contrôle des travailleurs sur la production, la vitesse de la ligne de production et la sécurité.

Un réseau de comités doit maintenant être mis en place pour mobiliser le pouvoir collectif de tous les travailleurs de l’automobile – premier et deuxième niveaux, employés à plein temps, à temps partiel et contractuels, jeunes, âgés et retraités. Ces comités doivent exiger que toutes les négociations soient ouvertes aux travailleurs – pas de discussion secrète! Tous les votes doivent être surveillés par les travailleurs afin d’éviter tout bourrage d’élections et toute fraude de la part de l’UAW.

Réunies dans une chaîne mondiale de production et d'approvisionnement, les grèves de n'importe quel groupe de travailleurs peuvent rapidement paralyser la production de l'industrie automobile mondiale. Cela a été démontré par la courageuse grève sauvage des travailleurs à Matamoros, au Mexique, au début de cette année. C’est aussi pourquoi l’UAW a rapidement mis fin à la grève à l’usine Faurecia de Saline, dans le Michigan, la semaine dernière, alors que des pénuries de pièces commençaient à toucher les très rentables camionnettes F-150 de Ford.

Les travailleurs de l’industrie automobile doivent établir des lignes de communication entre toutes les usines, ainsi qu’entre les travailleurs de GM, Ford et Fiat Chrysler, afin de préparer une grève nationale pour paralyser l’industrie automobile. Ils devraient rejeter la campagne anti-mexicaine et anti-chinoise de l'UAW, de Trump et des démocrates et lancer un appel aux travailleurs du Mexique, du Canada et du monde entier pour qu'ils mènent une grève commune contre l'attaque mondiale contre les travailleurs de l'automobile.

Partout, les travailleurs disent «assez, c'est assez» à un système, le capitalisme, qui appauvrit la classe ouvrière afin que les banquiers et les propriétaires capitalistes de Wall Street puissent avoir plus de jets privés et de manoirs. En construisant de nouvelles organisations de lutte, contrôlées démocratiquement par les travailleurs de la base eux-mêmes, les travailleurs de l'automobile inspireront des millions de travailleurs aux États-Unis et dans le monde qui veulent se battre pour l'égalité sociale et gagneront leur soutien.

Il n’y a pas de temps à perdre. Joignez cette lutte aujourd’hui.

Le WSWS invite les travailleurs de l'automobile et leurs partisans à s'inscrire au Bulletin d'information des travailleurs de l’automobile du WSWS pour des mises à jour fréquentes et à laisser vos commentaires ou questions.

(Article paru en anglais le 26 juin 2019)