L’appui pour Assange et les manifestations du SEP en Australie obtient une puissante réponse internationale

Par James Cogan
25 février 2019

La déclaration de Roger Waters, ancien compositeur et interprète de Pink Floyd, en soutien des manifestations du Parti de l’égalité socialiste en Australie visant à garantir la liberté du rédacteur en chef de Wikileaks, Julian Assange, a atteint un public important et a été chaleureusement accueillie. Les rassemblements auront lieu le 3 mars à Sydney et le 10 mars à Melbourne.

La déclaration «Acclaimed musician Roger Waters calls on people to demonstrate in Australia to defend Julian Assange» a été publiée pour la première fois sur le World Socialist Web Site le 11 février. Pendant plusieurs jours, il s'agissait de l'article le plus consulté du WSWS.

Roger Waters

L’appel de Waters a été publié sur les comptes Facebook et Twitter du PES d’Australie, ainsi que sur les flux Facebook et Twitter du WSWS. Il a été largement partagé et commenté. Sur la seule page Facebook du SEP, il a été partagé plus de 220 fois. Sur Twitter, il a été retweeté ou republié par WikiLeaks, Unity4J, la Fondation Courage, la campagne Defend Assange, Christine Assange et des dizaines d’organisations et des centaines de personnes qui défendent Julian Assange.

Le 17 février, la déclaration a été publiée sur la page Facebook deRoger Waters, qui compte environ 2,1 millions d’abonnés. Un lien y a été publié à partir de son compte Twitter officiel, qui compte 277.000 abonnés.

Les messages ont suscité une forte réaction. Depuis sa page Facebook, il a été partagé plus de 290 fois et apprécié de plus de 1 200 personnes. Sur le compte Twitter de Roger Waters, en moins de 48 heures, il a déjà été retweeté 2 700 fois et «aimé» plus de 5800 fois. Un tweet de WikiLeaks, qui renvoie à la déclaration de Waters sur Facebook, a reçu plus de 1100 retweets et a été «aimé» environ 2500 fois.

Des articles rapportant correctement sa déclaration ont été publiés en anglais par Sputnik News et Russia Today, ainsi qu'en espagnol dans des journaux d'Amérique du Sud et d'Amérique centrale. L’appel de Waters reste toutefois soumis à la censure des principaux médias australiens, britanniques et américains.

Le WSWS a également publié la semaine dernière l’appui des manifestations du SEP par le professeur Stuart Rees, avocat et défenseur des droits de l’homme australien très respecté et à la retraite. Sa déclaration a également été largement partagée et retweetée. Le professeur Rees sera l'un des orateurs du rassemblement du 3 mars à Sydney, à 14h, dans l'amphithéâtre Martin Place, au centre-ville.

Le journaliste et commentateur politique américain Chris Hedges, lauréat du prix Pulitzer, a fait part de son soutien via une déclaration publiée le 16 février par le WSWS. Cette déclaration a également été largement diffusée sur les médias sociaux.

Le 16 février, le secrétaire national du SEP, James Cogan, a participé à la 17e vigile en ligne d'Unity4J et a précisé les objectifs des manifestations qui auront lieu en mars. (la vidéo YouTube des remarques de Cogan )

La semaine dernière, le WSWS a publié l'appel lancé par le journaliste et cinéaste John Pilger pour que les gens soutiennent et rejoignent les manifestations à Sydney et à Melbourne.

John Pilger, l'un des opposants internationaux les plus connus au néo-colonialisme impérialiste et défenseur des droits démocratiques et de Julian Assange, prononcera le discours de clôture du rassemblement du SEP à Sydney le 3 mars pour exiger la liberté du rédacteur en chef de WikiLeaks.

Le mouvement de défense d'Assange se développe dans une opposition consciente aux calomnies et aux mensonges développés par l'appareil d'État américain et les médias officiels pour justifier sa persécution.

Celles-ci vont de la tentative de l’establishment de dénigrer Assange à propos de «viol», lorsque les accusations forgées par le parquet suédois selon lesquelles il aurait dû répondre à des «questions» sur les «soupçons» de crimes sexuels possibles avaient été discréditées il y a des années. Aucune accusation n’a jamais été portée contre lui.

Plus généralement, les agences gouvernementales et les médias qui mènent la vendetta antidémocratique contre Assange le dénoncent pour la publication par WikiLeaks d'informations lors de l'élection présidentielle américaine de 2016. WikiLeaks a publié des fuites révélant comment le Comité national démocrate (DNC) conspirait pour saper la campagne du soi-disant socialiste Bernie Sanders, afin d’aider la campagne militariste de droite de la candidate du parti démocrate Hillary Clinton.

Les hauts responsables de la DNC ont été forcés de présenter des excuses aux 13 millions de personnes qui avaient voté pour Sanders lors des primaires et de démissionner de leurs fonctions.

Assange est néanmoins absurdement accusé par le Parti démocrate, la CIA, le FBI et la NSA d'être un instrument de la Russie et responsable de l'élection de Trump, sans la moindre preuve d'une prétendue «collusion» jamais présentée ou découverte par «l'enquête» étendue du procureur spécial et ancien chef du FBI, Robert Mueller (voir: «Stone indictment presents no evidence of links between WikiLeaks and Trump campaign»).

La vérité est que WikiLeaks a publié des documents, obtenus à travers des fuites, qui étaient véridiques et clairement dans l'intérêt du public.

Le Parti démocrate est responsable de la victoire de Trump. Il a choisi Clinton comme candidate – une figure méprisée, de droite et opposée à la classe ouvrière, qui a dénoncé les travailleurs dont les emplois et les communautés avaient été ravagés en les qualifiants de «pitoyables».

Bien qu'elle ait remporté plus de trois millions de voix de plus que Trump, Clinton a aliéné les électeurs de la classe ouvrière dans une poignée d'États clés qui, devant le choix entre un oligarque milliardaire et une va-t’en-guerre de l'establishment, n'ont pas voté du tout. Trump a atteint la présidence grâce aux caprices obscurs du collège électoral américain.

Tandis que la classe ouvrière internationale entre dans des luttes de masse, avec des grèves et des actions politiques dans le monde entier, les élites dirigeantes détestent Assange et WikiLeaks, et censurent et cherchent à réduire au silence tous les médias critiques, indépendants et de gauche. L'oligarchie financière et capitaliste est terrorisée par un mouvement de travailleurs et de jeunes informés et politiquement conscients qui n'acceptera pas l'inégalité sociale, le danger de guerre ou la perspective d'un changement climatique dévastateur.

Le CIQI et le SEP exhortent tous les lecteurs du WSWS à promouvoir les manifestations en Australie.

Julian Assange est un citoyen australien. Un mouvement d'en bas, un mouvement de la classe ouvrière et de la jeunesse, peut faire pression sur le gouvernement australien pour le forcer à demander au gouvernement britannique de permettre à Assange de quitter son emprisonnement dans l'ambassade de l'Équateur à Londres et de retourner en Australie, avec une protection garantie de toute extradition vers les États-Unis sous de fausses accusations d'espionnage ou de complot.

Opposez-vous à l'isolement et au musèlement de Julian Assange, journaliste et rédacteur en chef courageux!

Rendez-vous le 3 mars à Sydney et le 10 mars à Melbourne pour réclamer la liberté d'Assange!

Combattez la censure sur Internet et défendez les droits démocratiques!

(Article paru en anglais le 19 février 2019)