Le massacre de Tuticorin et l'Inde de Modi

Par Keith Jones
28 mai 2018

Il y a une semaine, le premier ministre indien Narendra Modi et toute la direction du parti suprémaciste hindou Bharatiya Janata (BJP) célébraient le quatrième anniversaire de leur accession au pouvoir par des discours saluant les «progrès» de l'Inde.

Progrès pour qui? La barbarie de la vie sociale et des relations de classe dans l'Inde contemporaine a été dévoilée mardi lors du massacre par la police de travailleurs exigeant la fermeture d'une fonderie de cuivre qui a longtemps pollué avec des substances chimiques toxiques les nappes phréatiques et les environs de Tuticorin dans l’État indien de Tamil Nadu.

Le massacre, qui a fait 12 morts et plus de 60 blessés, avait toutes les caractéristiques d'une provocation de l'État. Les autorités du Tamil Nadu avaient criminalisé la manifestation dans les jours précédant l’événement, affirmant qu’elle représentait une menace pour «l'ordre public».

Les autorités ont déployé 1500 policiers qui ont rapidement attaqué la manifestation «illégale», puis ont recouru à la force meurtrière lorsque le cortège de 20 000 personnes, plus important que prévu, a riposté. Violant ses propres procédures, la police n'a tiré aucun coup de semonce et a visé dans le but de les tuer ceux qui étaient en tête de la manifestation. Comme en témoignent les vidéos et les témoignages oculaires et, ce qui est le plus révélateur, les corps des victimes, les tireurs d'élite de la police ont visé la tête et le torse des manifestants, pas les jambes.

Tandis que les habitants du Tamil Nadu et de toute l'Inde manifestaient leur colère contre les actions de la police, le régime de Modi et le parti au pouvoir du Tamil Nadu, l'AIADMK, proche allié du BJP, ont rapidement proclamé que l'atrocité de Tuticorin représentait un usage nécessaire et proportionné de la force et ont tramé de nouveaux actes de répression et de violence. Parmi ceux-ci : couper tout accès aux médias sociaux et à l’Internet pendant cinq jours dans les trois districts les plus méridionaux de l'État, mise en attente de la Force de police de réserve centrale en vue d'un éventuel déploiement au Tamil Nadu et mises en garde menaçantes des services de renseignement contre des plans « d’extrême gauche » d’utiliser le tollé populaire sur les événements Tuticorin pour fomenter la violence.

Les habitants de Tuticorin et les pêcheurs du sud-est du Tamil Nadu protestent contre le danger représenté par le dioxyde de soufre, le plomb, l'arsenic et d'autres substances toxiques rejetées par l'usine de Vedanta Resources depuis 1996. Pourtant, les autorités sont restées totalement insensibles à leurs plaintes.

Vedanta et son propriétaire, l'industriel multimilliardaire Anil Agrawal, ont reçu l'autorisation de déverser des polluants qui ont rendu malade et tué des habitants locaux et ravagé les industries perlières et piscicoles au large des côtes du sud-est du Tamil Nadu. Le déclencheur de l'agitation la plus récente pour la fermeture de la fonderie était l'autorisation du gouvernement de doubler la capacité de production annuelle de la fonderie de Tuticorin à 800 000 tonnes par an, ce qui en ferait la deuxième plus grande fonderie de cuivre au monde.

Afin d'apaiser la colère populaire face au massacre de mardi, le gouvernement et les tribunaux du Tamil Nadu ont ordonné la fermeture jusqu’à nouvel ordre de la fonderie, alors que l’Agence pour la protection de l’environnement de l’État a déclaré de manière démonstrative qu'elle avait coupé l'alimentation électrique de la fonderie.

Mais l'Etat indien et l'élite politique ont montré à maintes reprises qu'ils sont au service d'Agrawal et de l’élite patronale de l'Inde et qu'ils considèrent la dévastation environnementale et la misère sociale comme «le prix du progrès». Ils donneront, à plus ou moins brève échéance, le feu vert pour la réouverture de la fonderie, comme ils l'ont déjà fait lors de précédentes infractions de Vedanta aux normes environnementales les plus minimes, les obligeant à ordonner l’arrêt temporaire de la production.

De tels crimes sociaux sont monnaie courante dans toute l'Inde. Dans sa volonté de faire de l'Inde un centre mondial de production de main-d'œuvre bon marché, la bourgeoisie indienne a poursuivi ses objectifs socialement incendiaires de privatisation, de déréglementation et de réduction des impôts sur les sociétés tout en détournant des ressources de l’État destinées à la santé, l’éducation et aux subventions agricoles, vers les projets d’infrastructure privés et la modernisation et nucléarisation de l’armée indienne.

L'opposition sociale grandissante des travailleurs et des paysans de l'Inde s'est heurtée à la répression d'État et à la fomentation de communautarisme réactionnaire et d’une politique de caste toxique.

Prenons le cas des 13 travailleurs de l'automobile de Maruti-Suzuki emprisonnés à vie pour meurtre, victimes d’un coup monté parce qu’ils osaient contester le régime brutal de main-d'œuvre bon marché qui prévaut dans les nouvelles industries indiennes intégrées à l’économie mondiale. Les procureurs et les juges ont justifié publiquement la justice de classe brutale qui leur est imposée au motif que leur punition exemplaire était nécessaire pour rassurer les investisseurs et promouvoir la campagne «Make in India» de Modi, visant à attirer les capitaux étrangers et établir la production dans le pays.

Un quart de siècle de «réforme» néolibérale a transformé l'Inde en une des sociétés les plus inégalitaires du monde. Alors que les trois quarts des Indiens gagnent à peine leur vie avec moins de 2 dollars par jour, les un pour cent les plus riches accaparent 23 pour cent de tous les revenus et 60 pour cent de la richesse totale du pays.

Cette polarisation sociale est illustrée par la croissance exponentielle des milliardaires indiens. Alors qu'au milieu des années 1990, il n'y avait en Inde que deux milliardaires, aujourd'hui, selon Forbes, il y en a 131. Cela signifie que l'Inde, dont le PIB est à peine plus grand que celui du Canada, a le troisième plus grand nombre de milliardaires au monde, dépassant l’Allemagne, la Grande-Bretagne et la Russie.

Le régime de Modi – un gouvernement qui associe vénération du marché capitaliste et enrichissement personnel au communautarisme enragé – est l'aboutissement de ce processus de pillage social.

L'élite patronale indienne, menée par son premier milliardaire Mukesh Ambani, a propulsé Modi et son BJP au pouvoir en mai 2014 pour intensifier l'assaut contre la classe ouvrière et affirmer plus agressivement les ambitions de grande puissance de la bourgeoisie indienne. Le gouvernement du BJP, au pouvoir depuis quatre ans, a accéléré la «réforme» pro-investisseurs, réduit drastiquement des dépenses sociales déjà dérisoires et attelé l'Inde à l'offensive militaro-stratégique de Washington contre la Chine.

Alors que la grande masse de la population indienne est exclue des bénéfices du développement capitaliste de l'Inde, le processus a donné naissance à une nouvelle classe ouvrière de plus en plus rebelle.

L'État du Tamil Nadu, dans le sud de l'Inde, a connu l'urbanisation la plus rapide de l'Inde ces dernières décennies et n’est pas devenu par hasard un centre d'opposition sociale. Selon le Bureau national de recherche et développement de la police, en 2016, dernière année pour de telles statistiques, le Tamil Nadu a connu le deuxième plus grand nombre de protestations, – grèves, manifestations ou rassemblements anti-gouvernementaux – une moyenne de 47 par jour.

Alors que le BJP et l'élite patronale célèbrent «l'ascension» de l'Inde, la réalité est que le pays est une poudrière sociale agitée par les chocs économiques et géopolitiques grandissants venus de l'effondrement du capitalisme mondial.

Que cette colère sociale de masse n'ait pas encore donné lieu à une contestation politique consciente de la classe ouvrière contre le régime Modi et la bourgeoisie indienne dans son ensemble est principalement dû à la trahison politique des partis parlementaires staliniens – le Parti communiste indien (marxiste) et son allié plus petit et plus ancien, le Parti communiste indien (CPI), et leurs affiliés syndicaux CITU et AITUC.

Pendant des décennies, les staliniens ont fonctionné comme partie intégrante de l'establishment bourgeois et comme pilier social le plus important de la bourgeoisie indienne. Le BJP est arrivé au pouvoir en exploitant la colère populaire contre le chômage de masse et la pauvreté chronique. Mais ce sont les staliniens qui lui ont ouvert la voie en soutenant une succession de gouvernements nationaux, pour la plupart dirigés par le Parti du Congrès, qui poursuivaient une «réforme» néolibérale et des relations plus étroites avec Washington, mettant en œuvre, dans les États où ils étaient au pouvoir, ce qu’ils ont eux-mêmes qualifié de politique «pro-investisseur».

Les staliniens ont réagi à l'intensification de la lutte de classe en virant encore plus à droite. Au nom de l'opposition au BJP, ils exhortent la classe ouvrière à faire confiance aux institutions « démocratiques » pourrissantes de l’État indien – les institutions mêmes responsables du massacre du 22 mai et de la victimisation des travailleurs de Maruti Suzuki – et à prêter leur soutien au Parti du Congrès, jusqu'à récemment le parti de gouvernement préféré de la bourgeoisie indienne, ainsi qu' à une foule de partis régionalistes et de droite basés sur les castes.

L'attitude des staliniens envers la classe ouvrière est illustrée par leur hostilité à l'égard des travailleurs de Maruti-Suzuki victimes d’un coup monté. Bien que les employeurs menacent régulièrement les travailleurs de «faire un Maruti Suzuki», les staliniens traitent ces prisonniers de guerre comme les parias au 19e siècle, refusant de faire connaître leur cause et encore plus de mobiliser la classe ouvrière pour obtenir leur libération. C'est parce qu'ils savent qu'une campagne liant la défense des travailleurs de Maruti Suzuki à la lutte contre les salaires de misère et l'emploi précaire ferait exploser leur alliance avec le Parti du Congrès et les relations corporatistes douillettes de leurs syndicats avec les grandes entreprises.

En Inde comme ailleurs dans le monde, la tâche la plus urgente est de forger l'indépendance politique de la classe ouvrière afin qu'elle puisse mettre en avant son propre programme contre les inégalités sociales, l'exploitation et la guerre et rallier les pauvres urbains et ruraux à la lutte pour le pouvoir ouvrier et le socialisme. La tâche centrale dans la réalisation de cette perspective est la construction d'une nouvelle direction politique de la classe ouvrière, celle d'une section du Comité International de la Quatrième Internationale en Inde.

(Article paru en anglais le 26 mai 2018)