L'alliance entre Mélenchon et le PCF s'effondre aux législatives

Par Alexandre Lantier
11 mai 2017

Hier, la France insoumise (FI) de Jean-Luc Mélenchon a confirmé qu'elle présenterait des listes électorales indépendamment du Parti communiste français (PCF) stalinien aux législatives du 11 et 18 juin. Les deux principales forces qui ensemble ont soutenu la candidature de Mélenchon aux présidentielles s'affronteront donc aux législatives.

Le PCF présentera au moins 535 candidats, contre 410 pour la FI, sur les 577 circonscriptions électorales représentées à l'Assemblée nationale. Olivier Dartigolles, le porte-parole du PCF, a dit au Figaro : « Des discussions sont toujours en cours, mais dans un climat dégradé. Nous travaillons pour le moment sur une liste réduite de circonsciptions, un vingtaine, dans lesquelles il y aura un désistement ».

Les conflits qui divisent Mélenchon et le PCF soulignent la justesse de la décision du Parti de l'égalité socialiste (PES) d'appeler à un boycott actif du second tour des présidentielles. Le PES a souligné qu'il fallait donner une perspective révolutionnaire au rejet massif par les travailleurs des deux candidats, Macron comme Le Pen, établir leur indépendance politique envers tous les partis bourgeois, et fournir une perspective révolutionnaire au luttes ouvrières à venir. Il a mis en garde contre la faillite de toute perspective de combattre Macron par la voie parlementaire.

L'annonce par Macron après son élection d'une politique violemment de droite et la division des « opposants » officiels de Macron, dont Mélenchon, le PCF, et le NPA, donnent encore une fois la preuve de la faillite d'une orientation vers les partis bourgeois et les combinaisons parlementaires.

La perspective ébauchée tant par Mélenchon que par le PCF tombe rapidement en ruines. Ces partis ont tous deux proposé de former une majorité législative pour essayer de dicter sa politique à Macron depuis l'Assemblée ; la porte-parole de la FI, Martine Billard, s'est flattée que sa formation serait « la première force à l'Assemblée ». C'était la stratégie proposée par Mélenchon dimanche, le soir de l'élection de Macron, qu'il a salué avec obséquiosité tout en proposant de former une alliance parlementaire qui travaillerait contre lui.

« Puisse le sens du destin de notre patrie vous habiter, monsieur le président. Et la pensée des démunis, sans droits, sans toit, sans emploi, vous obséder. Puisse la France y trouver son compte. Mais mieux vaudrait y veiller par nous-mêmes », a-t-il déclaré. Il a ajouté : « Une nouvelle majorité parlementaire est possible autour de nous. Le goût du bonheur reste contagieux. À notre appel, le 18 juin, deuxième tour des législatives, notre résistance peut gagner la bataille ».

Pierre Laurent, le secrétaire national du PCF, a également proposé hier de remporter les législatives afin de tenter de faire barrage aux attaques sociales de Macron. Se lamentant face au « gâchis qui se prépare » à présent que les pourparlers avec Mélenchon ont capoté, il a dit : « La responsabilité de créer une dynamique gagnante nous incombe. (...) Sans accord national, nous diviserions les électeurs de Jean-Luc Mélenchon alors qu'ils nous demandent l'unité ».

Laurent a prétendu ressentir « un peu de colère » face à Mélenchon, à qui il a adressé ces questions : « Que cherche-t-on, la défense d'intérêts de recomposition partisane ou une victoire du peuple » ?

La stratégie proposée par Mélenchon et Laurent est fondamentalement fausse. Elle propose aux travailleurs de se fier à des partis procapitalistes qui sont des alliés au PS de longue date, et qui ont participé à des nombreux gouvernements qui ont mené des guerres et des politiques d'austérité. Au plus, en cas d'une victoire écrasante de l'alliance FI-PCF aux législatives, ceci produirait ce que Mélenchon a évoqué entre les deux tours de la présidentielle : il deviendrait le premier ministre de Macron.

Ceci condamnerait Mélenchon à mener une politique intérieure sans aucune marge de manœuvre, car conditionnée par les dépenses faramineuses sur l'escalade militaire et la mobilisation intérieure des forces de l'ordre voulues par Macron, qui veut rétablir le service militaire.

Mais la perspective qui se dégage des législatives n'est pas celle d'une victoire de l'alliance FI-PCF. Selon les premiers sondages, cette alliance recevrait environ 16 pour cent des voix, en quatrième position derrière le mouvement de Macron, La République en Marche (22 pour cent), le Front national néo-fasciste (20 pour cent), et Les Républicains (20 pour cent). A présent que la FI et le PCF vont se concurrencer, il sera même plus difficile pour eux de réaliser un score conséquent aux législatives. Actuellement, ils se partageraient quelques dizaines de sièges.

En coulisse, les relations entre les deux formations sont tendues. Toutefois, ces divisions ne ressortent d'aucun différend principiel exprimé sur des questions politiques fondamentales, mais de luttes d'appareil entre deux tendances pro-capitalistes alliées de longue date au Parti socialiste (PS) et au président sortant discrédité, François Hollande.

Le PCF ayant renoncé à utiliser le symbole communiste de la faucille et le marteau, suite à la restauration stalinienne du capitalisme en URSS, des conflits surgissent sur des questions d'image. Le 4 mai, la FI a annoncé qu'elle allait « engager les poursuites judiciaires » contre le PCF, pour exiger « l'arrêt immédiat de l'utilisation de la photo de Jean-Luc Mélenchon, ainsi que tous les éléments graphiques appartenant à la France insoumise ».

Plus largement, le financement du PCF et de son journal, L'Humanité, dépendent des subventions de l'Etat aux élus du PCF, ainsi que de la participation au capital de L'Humanité par de grands groupes capitalistiques dont le Groupe Hachette et Lagardère. Les tentatives de Mélenchon de réorganiser la périphérie du PS autour de la FI risquent d'étrangler le PCF, qui a totalement perdu sa base ouvrière il y a plusieurs décennies et dont les finances sont exsangues.

A présent que le PS lui-même est menacé d'effondrement suite à la présidence désastreuse de Hollande, ces conflits prennent un caractère particulièrement envenimé et intraitable.

Face à un président qui promet de mener une politique militariste, sécuritaire, et d'austérité, qui s'allie avec l'Union européenne, et qui adresse un « salut républicain » au FN et à Marine Le Pen, ces querelles mesquines sont irresponsables et réactionnaires. Elles trahissent l'abdication totale par la FI et les autres forces dans son entourage de leurs responsabilité de présenter une perspective sur laquelle s'opposer à Macron.

Cette abdication n'est pas, toutefois, l'expression d'une simple erreur tactique, mais d'intérêts de classe matériels, profondément hostiles envers la classe ouvrière. Les appareils de la FI, du NPA et du PCF, recrutés auprès de sections aisées des classes moyennes, orbitent depuis des décennies autour du PS, dont ils dépendent pour préserver leurs privilèges et leur accès aux centres du pouvoir étatique en France.

Ils s'avéreront être violemment hostiles à une lutte révolutionnaire de la classe ouvrière contre la politique réactionnaire de Macron. Pour mener à bien ces luttes, les travailleurs seront poussés à une rupture sans merci avec eux, à fonder leur action sur la perspective trotskyste que défend le PES, et à constuire le PES en tant qu'avant-garde révolutionnaire de la classe ouvrière.