Université de New York : des professeurs soutiennent la liberté d’expression et la reconnaissance de l’IYSSE

Par nos correspondants
4 mars 2017

Le Student Activities Board (SAB) – Conseil des activités étudiantes – a annoncé vouloir statuer vendredi 3 mars sur la demande d’octroi du statut d’association de l’International Youth and Students for Social Equality (IYSSE – Étudiants et Jeunes internationalistes pour l’égalité sociale) ainsi que d’autres associations à l’Université de New York (NYU).

Au cours du dernier semestre, le SAB avait refusé la demande de l’IYSSE en affirmant faussement qu’elle était trop similaire à d’autres organisations et que l’université n’avait pas assez d’argent pour financer toutes les organisations qui satisfont les critères exigés pour l’octroi du statut d’association. En réponse, l’IYSSE avait lancé une campagne pour s’opposer à cette décision ainsi qu’au processus antidémocratique pour la demande d’octroi du statut d’association en mobilisant des centaines d’étudiants à signer des pétitions ou à participer à des réunions ou des rassemblements de l’IYSSE.

Ces dernières semaines, un certain nombre de professeurs ont écrit à l’université pour soutenir l’IYSSE en appelant à la démocratisation du processus de demande pour l’octroi du statut d’association.

L’IYSSE a fait appel aux professeurs en envoyant la semaine dernière des e-mails soulignant qu’« au semestre dernier entre 40 et 46 demandes avaient été rejetées », et que le processus de demande du statut d’association était « particulièrement inadéquat et antidémocratique et ouvre la voie à des décisions politiquement biaisées. » L’IYSSE a rejeté l’affirmation que les objectifs de l’IYSSE seraient « trop similaires à ceux d’autres organisations. »

« L’IYSSE représente le mouvement étudiant du Socialist Equality Party [Parti de l’égalité socialiste], un parti politique distinct possédant une histoire unique, une perspective et un programme. Dire que nous devrions rejoindre des associations existantes liées à des partis politiques rivaux, est à notre avis, une tentative antidémocratique de dicter les termes des discussions et du débat politique à l’université NYU. »

Le professeur Bertell Ollman au Département de science politique de la NYU a réagi en adressant la lettre suivante au SAB :

« En tant que professeur de la NYU qui a reçu pour une grande part son éducation de différentes associations politiques étudiantes aux universités du Wisconsin et d’Oxford auxquelles j’avais adhéré, et même du nombre bien plus grand de celles auxquelles je n’appartenais pas mais aux réunions desquelles j’assistais souvent, je dois vous dire à quel point j’ai été choqué d’apprendre le nombre restreint de telles associations qui ont reçu à l’université où j’enseigne une reconnaissance officielle avec tous les avantages qui en découlent. »

« Vous savez certainement que ces associations offrent la meilleure opportunité aux étudiants, qui partagent les mêmes idées, de se rassembler pour discuter, entre autres, des implications pratiques de ce qui est enseigné dans la plupart de leurs cours […] sans l’omniprésence de leurs professeurs. J’ai toujours pensé que l’enseignement universitaire et les activités de l’association étaient complémentaires de façon à fournir la meilleure éducation possible. Si les ressources posent un problème, pourquoi ne pas réduire le nombre de professeurs et de gestionnaires et laisser s’épanouir les associations étudiantes les plus diverses ?

« Je ne doute pas que la qualité de l’enseignement en général qui est proposé à NYU s’améliorerait et nous pourrions même économiser de l’argent qui pourrait ensuite être utilisé pour baisser les coûts de notre enseignement. »

Le SAB a répondu en défendant sa décision de blocage de l’IYSSE et en écrivant ne pas pouvoir approuver toutes les organisations pour les raisons précitées de manque de moyens et d’espace sur le campus.

Ollman a alors répondu :

« Merci de votre réponse. Je crains cependant que vous n’ayez inversé la question essentielle : QUI EST – Est-ce que le SAB devrait accepter son rôle d’instrument de la volonté manifeste de la direction de la NYU de consacrer le moins de ressources possibles à tous les étudiants qui souhaitent former des associations ? C’est votre CHOIX et, évidemment, celui de la direction. Rien n’est inscrit dans le marbre, surtout pas combien d’argent et d’espace l’université, qui a l’un et l’autre en quantités, met à la disposition des associations. Autrement, vous vous trouvez dans une situation impossible à essayer de déterminer quelles associations sont déjà représentées et lesquelles ne le sont pas (il n’y a par exemple pas deux associations politiques identiques). Réfléchissez-y. »

Plusieurs autres professeurs de la NYU ont écrit au SAB. Hasia R Diner, directrice du Centre Goldstein-Goren pour l’Histoire juive américaine à l’Université NYU, a écrit :

« Au comité du SAB : Pourquoi refuseriez-vous à une association le droit au statut officiel ici sur le campus ? L’association a-t-elle porté atteinte à quiconque ? A-t-elle discriminé d’autres étudiants ? A-t-elle menacé quelqu’un ? Refusez-vous ce statut à d’autres associations politiques ? Ce n’est pas à vous, si je comprends bien, de rendre un jugement sur la valeur d’une association ou de ses idées. Ce n’est pas ce qu’une université est censée être. Je ne partage pas forcément les opinions de ce groupe ; et même, je ne les connais pas, mais cela n’a aucune pertinence. Changez d’avis au nom de l’équité. »

Liza Featherstone, professeur auxiliaire au Arthur Carter Journalism Institute a écrit :

« Veuillez reconnaître l’International Youth and Students for Social Equality comme association officielle à NYU. Ne pas le faire c’est clairement de la discrimination politique et une atteinte à la liberté d’association des étudiants de la NYU. Les étudiants devraient avoir accès à un large éventail d’organisations politiques. De plus, il semblerait que vous ayez besoin d’un processus plus juste et plus démocratique pour décider quelles associations doivent être reconnues. »

Ce n’est là qu’une sélection des lettres que l’IYSSE a reçues en appui de sa lutte pour l’octroi du statut d’association. L’IYSSE se félicite du soutien apporté par les professeurs et prépare la prochaine étape de sa lutte pour le socialisme à NYU et au sein de la classe ouvrière.

(Article original paru le 2 mars 2017)