Stop à la censure à l’Université Loyola de Chicago

Les étudiants ont le droit de constituer des organisations politiques sur les campus !

Par International Youth and Students for Social Equality (US)
3 mars 2017

L’International Youth and Students for Social Equality (IYSSE – Étudiants et Jeunes internationalistes pour l’égalité sociale) défend les droits des étudiants de former les associations politiques de leur choix sur les campus. L’accès des étudiants à un large spectre d’opinions politiques est un droit démocratique fondamental qui doit être défendu.

Loyola Socialists, une section étudiante de l’International Socialist Organization (ISO) à l’université Loyola de Chicago, est empêchée de former une association sur des motifs antidémocratiques fallacieux. Selon la direction de l’université, son Registered Student Organization (RSO) Review Board [Comité de marque interne] « a estimé [que] l’organisation faisait double emploi avec un autre RSO. De plus, il existe une certaine crainte quant à une éventuelle influence de l’organisation externe. »

Conformément à l’ISO, deux autres groupes étudiants à Loyola, les Students for Worker Justice et les Students for Reproductive Justice, sont également pour des motifs similaires empêchés de constituer des groupes.

L’IYSSE condamne les actions de la direction de l’Université de Loyola et demande l’annulation immédiate de sa décision d’interdire l’ISO et d’autres groupes.

L’IYSSE connaît bien la censure politique pour l’avoir subie. Il nous a à plusieurs reprises été interdit de former des associations sur les campus aux États-Unis et sur le plan international. Nous avons fait l’objet d’attaques par des professeurs de droite. En 2010, l’International Students for Social Equality (ISSE), le prédécesseur du groupe IYSSE, avait été empêché de former une association à l’université Loyola de Chicago pour les mêmes raisons qui sont actuellement invoquées pour interdire les Loyola Socialists.

À New York City, l’IYSSE à l’université de New York (NYU) exige que le Student Activities Board (SAB) – Conseil des activités étudiantes – de NYU revienne sur sa décision de refuser le statut officiel d’association à l’IYSSE. En octobre 2016, le SAB avait refusé d’accorder à l’IYSSE le statut d’association en prétendant qu’il « était trop similaire » à d’autres organisations existant déjà sur le campus, notamment l’ISO.

En 2014, l’université de Melbourne en Australie avait refusé la requête de l’IYSSE de former une association au motif qu’il y avait des « objectifs qui se recoupaient » avec ceux de Socialist Alternative (SAlt). En novembre dernier, au bout de deux ans et demi de lutte politique, l’IYSSE obtenait le statut d’association.

Le 8 février, Jörg Baberowski, un professeur de droite à l’université Humboldt en Allemagne, avait diffamé l’IYSSE en traitant l’un de ses membres de « fasciste en tunique rouge » et de « délateur répugnant » et en qualifiant la direction de l’université de « lâche » pour avoir permis « à ces criminels [l’IYSSE] de faire et de permettre ce qu’il leur plaît. » Baberowski a clairement exprimé que ses mesures préférées étaient de « simplement [leur] interdire l’accès aux salles de cours ou de leur interdire l’institution. »

L’IYSSE et son organisation mère, le Socialist Equality Party (Parti de l’égalité socialiste), ont des différences politiques bien connues et irréconciliables avec les Loyola Socialists et l’ISO. Et c’est précisément pour cette raison que les étudiants doivent être en mesure de recourir à un éventail diversifié de points de vue politiques.

L’application de la censure à la vie politique sur les campus en empêchant au moyen de mesures administratives la formation de groupes d’étudiants doit être rejetée et contrecarrée.

La censure politique qui est exercée à Loyola, à NYU et sur les campus au plan international est l’expression du brutal virage vers la droite que la classe dirigeante et ses serviteurs politiques ont opéré dans les conditions d’une radicalisation politique, d’un intérêt accru pour le socialisme et d’une croissance de l’opposition sociale. Les directions universitaires qui sont intimement liées à divers intérêts économiques et miliaires, tout comme le parti des Démocrates et celui des Républicains, veulent recourir à tous les instruments bureaucratiques dont ils disposent pour étouffer tout débat politique sérieux et empêcher qu’un groupe étudiant ne vienne menacer leur monopole sur le débat politique sur les campus des universités.

Le gouvernement Trump est l’expression la plus crue de ce processus autoritaire et profondément antidémocratique. Les efforts entrepris par le gouvernement Trump pour intimider et faire taire la dissidence politique ne fera que croître face à l’opposition populaire contre ses attaques à l’encontre des immigrés, la destruction de l’éducation publique et autres programmes sociaux vitaux ainsi que contre ses plans de guerre.

C’est ce qui contribue à rendre la lutte contre la censure politique sur les campus d’autant plus déterminante. L’IYSSE appelle toutes les organisations étudiantes à s’opposer à cette censure et à défendre le droit des étudiants d’établir les organisations politiques de leur choix.

(Article original paru le 1ᵉʳ mars 2017)