Des travailleurs et étudiants indiens prennent la défense d’Edward Snowden

Par nos correspondants
2 décembre 2013

Des travailleurs et étudiants du sud de l’Inde ont exprimé leur soutien à la campagne internationale lancée par le World Socialist Web Site pour la défense du lanceur d’alerte Edward Snowden qui a dévoilé les vastes opérations de surveillance illégale effectuées par l’Agence nationale de sécurité américaine (NSA).

Au cours du mois dernier, les partisans du WSWS en Inde ont fait campagne auprès des travailleurs, des étudiants et des professionnels dans les provinces du Sud du Tamoul Nadu et de Karnataka, à Chennai, Neyveli et Bangalore. De nombreuses personnes ont signé une déclaration dénonçant la chasse aux sorcières menée par les Etats-Unis contre Snowden, reflétant les préoccupations croissantes des travailleurs et des jeunes au sujet des enjeux mondiaux et des attaques perpétrées contre les droits démocratiques fondamentaux.

Le gouvernement indien mené par le Parti du Congrès a refusé la demande d’asile de Snowden en dépit du fait qu’il a dévoilé l'espionnage massif pratiqué par les Etats-Unis et qui ciblait les missions diplomatiques et les hauts responsables du gouvernement de l’Inde. Le Parti communiste de l’Inde (marxiste) stalinien ou CPM, a aussi refusé de défendre Snowden.

Les travailleurs de l’Integral Coach Factory signent la pétition

A Chennai, les partisans du WSWS ont discuté avec les travailleurs de l’Integral Coach Factory (ICF) et ceux de la Madras Export Processing Zone (MEPS) ainsi qu’avec des étudiants des universités. A Bangalore, les étudiants et les employés de l’information technologique ont apporté leur appui à la campagne. A Neyveli, nous avons parlé aux travailleurs de la Neyveli Lignite Corporation (NLC).

La déclaration que les gens ont signée explique que Snowden a accompli « un pas courageux en révélant des opérations de surveillance secrètes et illégales pratiquées par l’agence nationale de sécurité américaine… visant directement des millions de gens aux Etats-Unis et de par le monde » La déclaration exige un arrêt immédiat de la chasse aux sorcières contre Snowden et dénonce le refus du gouvernement indien de lui accorder l’asile politique.

La déclaration s’oppose aussi « au propre système de surveillance interne du gouvernement indien (Central Monitoring System, CMS) qui fournit aux agences de renseignement un accès incontrôlé aux bases de données de 900 millions de clients indiens du téléphone fixe et mobile et de 120 millions d’utilisateurs d'internet. »

A Neyveli, James, conducteur de véhicule à trois roues a dit au WSWS : « Je suis d’accord avec vous qu’il n’y a pas d’appui au sein de la classe dirigeante américaine pour la démocratie. Cependant, le soutien dont Snowden a pu bénéficier de la part d’Américains ordinaires montre qu’il y a une base de soutien parmi les gens pour défendre la démocratie.

« Les actions de Snowden sont courageuses. Quoiqu’il en soit, la démocratie ne peut pas être défendue par des actions individuelles. Ceci requiert un mouvement social. Dans chaque pays, la classe dirigeante considère les gens comme une force hostile. C'est parce que sa politique en soutien au patronat est devenue impopulaire. »

Jabar Ali, travailleur de chez NLC a dit : « L’affirmation de la classe dirigeante américaine selon laquelle la surveillance de masse des gens sert à empêcher une action terroriste est un mensonge. Je suis d’accord que le danger réel pour les droits des gens ne vient pas des terroristes mais de l’Etat capitaliste américain. Il y a une décennie, les Etats-Unis avaient mené une guerre d'agression contre l’Irak et qui était fondée sur le mensonge absolu que l’Irak possédait des armes de destruction massive. »

Un autre travailleur de chez NLC a fait remarquer : « Snowden a dévoilé l’espionnage de masse par l’Etat américain à l’encontre non seulement de sa propre population mais aussi des gens dans le monde entier. C’est du devoir des gens du monde entier de venir à sa défense parce qu’il s’est exprimé en leur nom. Je ne savais rien de Snowden avant de vous rencontrer. »

A Chennai, Kannan, travailleur de chez ICF a dit: « J’ai entendu parler de Snowden. Maintenant grâce à vous, j’en sais plus sur la question. Je suis contre la chasse aux sorcières à son encontre. Je comprends aussi qu'il n’y a pas un gouvernement dans le monde qui se range du côté des travailleurs. Actuellement, le gouvernement indien cherche à privatiser l’ICF qui est une entreprise publique. Par conséquent, nos emplois seront détruits. S’ils introduisent un régime de contrat, notre échelle des salaires sera substantiellement tirée vers le bas. »

Monisa, épouse d’un travailleur de l’ICF a expliqué : « Je suis contente d’avoir pu avoir connaissance des actions courageuses de Snowden. Il risque sa vie pour défendre la démocratie et cela mérite des applaudissements. » Elle a commenté le processus de privatisation de l’ICF en disant : « J’en ai entendu parler par mon mari. Quel que soit le parti qui est au pouvoir, nos conditions de vie restent très mauvaises. J’aimerais voir un gouvernement agir en faveur des travailleurs. »

Ganesh, travailleur de chez MEPZ, a voulu savoir pourquoi le WSWS avait lancé en Inde une campagne pour la défense de Snowden et si elle aurait un impact quelconque. Les partisans du WSWS ont expliqué l’énorme signification des révélations de Snowden pour la classe ouvrière américaine et internationale. L’enjeu est la défense des droits démocratique qui sont violés par les Etats-Unis tout comme par d’autres gouvernements capitalistes partout dans le monde. Snowden a fait preuve de courage pour la défense de ces principes et doit être soutenu et défendu par la classe ouvrière internationale.

Ganesh a précisé: « En effet, les révélations de Snowden ont effrayé le gouvernement américain et il s’est aliéné de la population. Le gouvernement indien s’est également discrédité. C’est pourquoi les deux gouvernements, américain et indien, s’adonnent à des opérations de surveillance de masse. Je suis contre tout ceci. Je reconnais que nous avons besoin d’un mouvement international pour défendre les droits démocratiques et pour défendre Snowden. »

Logesh, étudiant en science politique de l’université de la Présidence (Presidency College) à Chennai, a dit au WSWS : « Les remarques de Snowden disant qu’il n’avait pas violé la loi et que sa vie est en danger ne sont pas exagérées. En fait, les sénateurs et les médias qui le qualifient de traître sont les véritables traîtres. Le caractère de plus en plus dictatorial de l’Etat américain a été révélé par ailleurs par la façon dont il essaie de faire taire Snowden. »

Dans les environs de BTM à Bangalore, la région de Marathahalli et la ville de l'électronique, les partisans du WSWS ont discuté avec des employés et des étudiants en informatique, y compris certains originaires d’Andhra Pradesh. Beaucoup d’entre eux ne savaient pas grand-chose de Snowden, bien qu’ils aient entendu parler de WikiLeaks et de Julian Assange. Ils étaient toutefois très intéressés d’en apprendre plus sur l’affaire Snowen et sa signification internationale.

(Article original paru le 29 novembre 2013)